2014 – Le top 10 de la Libertad!

Check, un, deux, un, deux. Je crois que ça fonctionne. Vous me lisez bien ? Je crois que j’arrive enfin à écrire, je crois que ma flemme s’est faite la malle pour de bon. J’en profite donc pour vous soumettre mon Top jeux joués en 2014 (il y aura peut-être des jeux de 2013 dedans). Let’s go !
________________________________________________________________________________

.

.

Jyuban – Muramasa Rebirth – Vanillaware (PlayStation Vita).

Muramasa Rebirth

Vanillaware ce génie, Vanillaware mon amour, Vanillaware, ta 2D sublime qui me décolle la rétine ! Sorti en 2013 sur la portable de Sony, Muramasa Rebirth est le portage de Muramasa : The Demon Blade, sorti sur Wii 4 ans plus tôt (2009 donc, vous suivez ?) Ce beat them all en 2D nous conte les histoires distinctes de deux protagonistes haut en couleurs : Momohime, une princesse possédée par un obscur bretteur du nom de Jinkuro et Kisuke, un ninja ayant perdu la mémoire. La première partira à la recherche d’une lame maudite qui lui permettra de se séparer de Jinkuro tandis que l’autre partira à la recherche de sa mémoire. Ces deux histoires ne sont pas si anecdotiques qu’il y paraît mais le véritable intérêt du jeu se trouve dans la fluidité des joutes que vous pourrez livrer dans chaque tableau, la qualité de la bande-son indescriptible et surtout les graphismes sublimes. Vanillaware, tu es bien le maître de la 2D, reviens-nous vite avec une nouvelle perle !

________________________________________________________________________________

.

.

Kyuban – inFamous Second Son – Sucker Punch (PlayStation 4).

inFAMOUS SS - Titre

Je me suis mis tardivement dans la hype de la franchise de Sucker Punch. Après avoir trouvé le premier épisode un peu chiant (via le jeu offert par Sony suite au hack du PSN), je m’étais décidé à faire le 2. De fil en aiguille, je finis par apprécier l’univers et surtout les possibilités qu’il offrait. J’étais donc obligé de m’attarder sur cet inFamous Second Son. Le résultat ? Un héros atypique (que certains ont trouvé lourd mais que j’ai adoré), la possibilité d’avoir plusieurs pouvoirs différents (là où Call McGrath n’en avait qu’un), des graphismes à tomber (exception faite de certaines textures) et un terrain de jeu grand, vivant et réel : Seattle et sa Space Needle. inFamous Second Son a été une de mes premières belles surprises de l’année 2014. Je vous invite d’ailleurs à (re)lire le test de l’ami ico.

________________________________________________________________________________

.

.

Hachiban – Captain Toad : Treasure Tracker – Nintendo EAD Tokyo (Wii U).

Captain Toad - Title 2

Dernier jeu que j’aurais fait en 2014 (et surtout en ce début d’année), Captain Toad : Treasure Tracker met, une fois n’est pas coutume, l’ami Toad dans le costume de héros. Accompagné de Toadette (et un peu de la brigade Toad), il part à la recherche des étoiles de puissance et des diamants disséminés dans différents niveaux à la manière des aventures de Captain Toad entrevues dans Super Mario 3D World (que j’ai aussi fait en 2014). Ce casse-tête sympa vous donnera plus de fil à retordre que vous ne le croyez, surtout si vous vous décidez à relever les différents défis. Un jeu rafraîchissant dans l’univers classique Nintendo qui nous prouve une fois de plus qu’il est l’un des derniers maîtres du level design.

________________________________________________________________________________

.

.

Nanaban – Soul Sacrifice Delta – Marvelous AQL/SCE Japan/Comcept (PlayStation Vita).

Soul Sacrifice Delta

Six mois que je dois écrire le test de la « suite » de Soul Sacrifice premier du nom et toujours rien. Pourtant j’en aurais passé du temps sur ce jeu. Cet épisode réussi la prouesse de faire mieux que le premier, un an seulement après sa sortie. Au menu ? De nouveaux contrats d’exterminations, de nouveaux ennemis (beaucoup plus puissants qu’avant), de nouveaux niveaux de difficulté, une IA repensée et moins ridicule (ouf), un système de faction ayant ses bonus/malus et même de nouvelles offrandes. Le jeu se paye même le luxe d’une relissage graphique du plus bel effet. Ah ! Et vu que ce n’est pas vraiment une suite, tout le contenu du premier jeu est présent dans Soul Sacrifice Delta (et ceux qui auront fait celui-ci peuvent importer leur sauvegarde). Un des rares jeux du genre que j’apprécie… Il serait temps que je le platine d’ailleurs !

________________________________________________________________________________

.

.

Rokuban – Bayonetta 2 – Platinum Games (Wii U).

Bayonetta 2 - Titre

BTA de malade mental, graphismes somptueux, histoire plus profonde qui n’y paraît… Et incluse dans une boucle du plus bel effet. Gameplay simple mais technique et personnages charismatiques. Vous l’avez compris, Platinum Games m’a mis une claque avec Bayonetta 2 (et le premier que je n’avais jamais fait). Je n’en dis pas plus et je vous renvoie au test que j’ai écrit à ce propos !

________________________________________________________________________________

.

.

Goban – Hatsune Miku : Project Diva F 2nd – Sega/Crypton Future Media (PS Vita).

Hatsune Miku

Encore un test que je dois écrire depuis un moment… Il va finir par arriver sur le site, j’y crois… J’essaye d’y croire en tout cas. Bref, pour me laisser des munitions, sachez qu’Hatsune Miku : Project Diva F 2nd est la suite du jeu de rythme du même nom (mais sans le 2nd). Il inclut 20 anciennes chansons plébiscitées par les fans tout en en ajoutant 20 nouvelles ! Le jeu se permet même le luxe d’ajouter des nouveautés au gameplay. Bien sûr, vous pouvez toujours habillez votre vocaloïd avec différents modules et même jouer avec dans son « appart ». Voilà ! J’en dis pas plus, je vais tâcher de vous écrire rapidement un truc classe !

________________________________________________________________________________

.

.

Yonban – Final Fantasy X HD Remaster – Square-Enix (PlayStation 3).

Final Fantasy X HD - Titre

Ieyui, Nobomeno, Renmiri, Yojuyogo, Hasatekanae, Kutamae. Les fans du jeu auront reconnu le mélancolique mais au combien magnifique chant du priant que l’on entend tout au long du jeu. Douze ans après sa sortie (européenne) initiale, la dixième fantaisie finale nous est revenue plus belle que jamais sur PS3 et PS Vita, accompagnée de sa suite honnie à l’époque… Et pourtant pas si mauvaise que ça. J’ai besoin de vous rappeler l’histoire de Tidus, Yuna et du monde de Spira ? Vous ne savez toujours pas qui est Sin ? Je vous invite à cliquer ici pour la première réponse et à jouer à ce sublime Final Fantasy pour la deuxième !

________________________________________________________________________________

.

.

Sanban – Freedom Wars – Shift/Dimps/SCE Japan (PS Vita).

Freedom Wars Title

Encore un test que j’ai oubl… Ah mais non ! C’est ico qui devait s’en charger, mais il a préféré travailler sur l’Other Inferno et je le comprends. Le jeu est tellement riche. J’ai rarement joué à un jeu proposant autant d’options : gérer son équipement, s’occuper de ses usines, remplir des missions de contribution pour le panopticon. Comment ? C’est quoi comme type de jeu Freedom Wars ? Certains le classeront dans la catégorie Hunting Game (comme Soul Sacrifice alors qu’en soit on ne chasse rien dans ces deux jeux). Dans Freedom Wars, vous incarnez un coupable. En effet, dans ce monde, dès la naissance, chaque individu est reconnu coupable de vivre car il usera des ressources de son panopticon. Cependant, il pourra être libre une fois sa peine d’un million d’années purgée. Oui ! Un put*** de million les enfants ! Pas de panique, pour réduire cette peine, vous pourrez donc réaliser des missions ou céder des matériaux à la communauté. Attention cependant à filer droit, la moindre erreur vous coûtera des années de prison en plus… Ajoutons à ça que les missions sont plutôt variées (extermination, domination, récupération de civils), que les graphismes sont léchés et la musique au top. Le gameplay est un peu compliqué au début mais on s’y habitue vite, tout comme les longs dialogues du début du jeu. Enfin, le mode multijoueur est un véritable plus pour casser du ravisseurs avec les copains ! Ravisseurs ? C’est quoi ? Je vous écris un test bientôt, promis.

________________________________________________________________________________

.

.

Niban – Mario Kart 8 – Nintendo EAD (Wii U).

Mario Kart 8… Je ne sais même pas quoi dire à son propos. Très beau. Fun. Nerveux. Mélodique (je ne trouve pas d’autres mots pour qualifier la beauté de la bande-son). Les nouveaux tracés sont magnifiques, les anciens ont été sublimé. On peut toujours personnaliser son kart (chassis, roues, deltaplane). Les bonus en course sont toujours aussi dingue et il y en a même des nouveaux. Il y a énormément de personnages et on peut aussi jouer avec nos Mii ! Même l’ajout de l’antigravité ne nuit pas au jeu. Enfin, le mode online ne souffre quasiment d’aucun souci. Un très grand Mario Kart, mon préféré de loin. Je me demande ce qu’en pense la #TeamBonux.

________________________________________________________________________________

.

.

Ichiban – Pokémon ROSA – Game Freak (Nintendo 3DS).

Pokémon ROSA - Team Magma vs Team Aqua

L’année dernière j’avais eu tellement de mal à me décider que j’avais mis 5 numéro 1, j’aurais pu faire pareil cette année mais je me suis forcé à faire un classement et la première place revient au remake de Pokémon Rubis/Saphir : Pokémon Rubis Oméga et Pokémon Saphir Alpha ! Sans doute l’un des meilleurs jeux de la franchise. Game Freak et Nintendo ont su sublimer un épisode que j’avais survoler à l’époque de sa sortie en améliorant la qualité du moteur graphique apparu dans Pokémon XY (même si il reste encore quelques ralentissements en combat), en gardant le meilleur de ce dernier (le SPV, la poké récré, le PSS revisité) maintenant inclus dans le Poké Multi-Navi dans l’onglet Navi-Fun! Un module vous permettant d’avoir les informations de votre aventure (Navi-Show), la carte (Navi-Map, affichant biotopes, baies et autres) et enfin, l’énormissime Navi-Dex qui liste tous les pokémons capturables dans la zone où vous vous trouvez et qui vous permettra même d’en capturer des exceptionnels (talents cachés, bons IV). On ajoutera à tout cela qu’une vingtaine de légendaires sont capturables dans ce remake, que de nouvelles méga-évolutions font leur apparition, que Rayquaza est devenu vraiment trop sale, que l’Atoll de Combat est « the place to be » et que l’histoire est loin du « cul-cul » de Pokémon XY. Un très grand Pokémon qui, j’espère, introduira le Navi-Dex durablement dans la franchise.

________________________________________________________________________________

.

A la vue de mon top 10 de l’an de grâce 2014, je crois bien que le jeu japonais est mort (Keiji Inafune avait raison) et que Big N est au bord de l’agonie.

Aurait pu avoir leur place ici : Destiny (Bungie), Child of Light (Ubisoft), Far Cry 4 (Ubisoft), Forza Horizon 2 (Playground Games), Metal Gear Solid V : Ground Zeroes (Konami), Dragon’s Crown (Vanillaware), Kingdom Hearts I.5 HD Remix (Square-Enix), Little Big Planet 3 (Sumo Digital), Bravely Default (Square-Enix), Pikmin 3 (Nintendo).

avatar Publié par le 21 janvier 2015. Classé dans (New) Nintendo 2DS, (New) Nintendo 3DS, à la une, Actualités, Nintendo eShop, PlayStation 3, PlayStation 4 (Pro), PlayStation Store, PlayStation Vita, Tests et Avis, Wii U. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

2 Réponses pour 2014 – Le top 10 de la Libertad!

  1. Ça me donne envie de tester Pokemon ^^

  2. C’est que tu me donnerais presque envie de me faire Pokemon RO/SA. Si je n’avais pas été légèrement refroidi par mon expérience sur XY, j’aurais sans doute sauté le pas… ^^’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *