Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une PlayStation 4 (Pro) Tests et Avis

inFAMOUS Second Son : Défouloir Géant à Seattle

[Petit mot du Maître des Enfers, le fabuleux Liryc-Sama: Voilà, c’est donc le 400e article publié ici, incroyable! Allons, jusqu’au 666e maintenant et surtout apprécié ce premier article d’ico traitant d’inFAMOUS : Second Son.]

Les jeux PlayStation 4 ne se bousculent pas encore alors à chaque sortie nous nous jetons sur chaque jeu, comme des morts de faim (1 million d’exemplaires vendu dans le monde en 9 jours) et nous partageons dans la foulée des photos et vidéos via la fonction SHARE (Twitter en est rempli…) D’autant plus qu’inFAMOUS est une exclue développée par Sucker Punch et éditée par SONY. On l’a tous dit : « Sur PS4, j’aurais Killzone et les jeux qui sortent day one puis j’attendrai mars pour inFAMOUS. » Mais est-il si bien que ça ? Est-ce un vrai jeu « Next Gen » ? Je dis clairement OUI !!!

Zlatan peut donc voler!
Zlatan peut donc voler!

Au mauvais endroit, au mauvais moment

Il était une fois un petit gars nommé Delsin Rowe, jeune rebelle porteur de bonnet aux faux airs de Zlatan (hein Tom V) habitant un petit coin d’Amérique, qui va voir sa vie basculer suite à un événement malencontreux. La suite de l’orientation de sa « morale » sera façonnée par vous-même et vous amènera à vous balader librement dans la grande ville de Seattle! Membre de la Team Inferno oblige, j’ai tout de suite cédé à l’appel du mal, si jouissif dans les jeux en général. (Je fais rarement le good guy… Je trouve ça tellement ennuyeux. Je le suis déjà dans la vie et ça me suffit).

L’histoire en général est sympathique et honnêtement, je n’attendais pas un scénario complexe. Je ressentais seulement le besoin d’avoir une trame suffisante pour ne pas avoir à relever des points négatifs sur le scénario vu l’étendue du défouloir. D’autant plus qu’il vous faudra compter entre 15 et 20 heures de jeu (selon si vous traînez ou non) pour arriver à 100% dans chacune des deux orientations, ne vous contentez pas de faire juste l’histoire, ce serait dommage. Les différences entre les deux ne sont pas énormes mais le plaisir d’y jouer donne envie de le refaire pour tout voir. Je trouve cela donc tout à fait honorable pour un jeu d’action de nos jours. Evidemment, on en voudrait plus mais ne soyons pas trop gourmand… A aucun moment je ne me suis ennuyé avec des longueurs inutiles et ce n’est que le début de la « Next Gen ».

Delsin est aussi un grapheur  talentueux qui va semer ses créations un peu partout dans la ville. Le style de celles-ci rappellera clairement les œuvres de l’artiste de rue Banksy qui peint sur les murs du monde entier des messages « politisés ».

inFAMOUS SS - Screen 3

Delsin, le collectionneur de pouvoirs

Au fur et à mesure du jeu, notre jeune héros va acquérir de nouveaux pouvoirs (ainsi que des améliorations) tous plus jouissifs les uns que les autres. Comme dans les précédents jeux de la franchise, son panel sera différent selon votre orientation (« infâme » ou « héros »). Certains de ces « joujoux » de super héros ne sont disponibles qu’en faisant le bien ou inversement. Le plus difficile dans un test est de savoir la limite à ne pas dépasser pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte du joueur (puisqu’ils sont le point central du jeu) donc je ne vous donnerai pas le détail des différents pouvoir mais sachez qu’ils vous seront utiles selon les différentes actions que vous aurez à accomplir (puissance brut ou rapidité par exemple).

Je me suis vraiment amusé à passer d’un pouvoir à un autre (celui qui nous donne de la rapidité est très pratique pour traverser Seattle !) Et ils sont visuellement magnifiques, particulièrement les animations accompagnant le coup ultime (un par pouvoir)!

Les effets lumineux sont magnifiques
Les effets lumineux des pouvoirs sont magnifiques

Libérez Seattle !! 

Dès qu’on arrive à Seattle, on se dit tout de suite : « olalalalala je vais tout retourner !!! » A partir de là, la frénésie de Delsin à vouloir régler tous les problèmes de la ville à sa manière vont l’amener dans chaque quartier pour casser, tuer, libérer ou poser ses œuvres un peu partout sur les murs. J’ai vraiment eu la sensation d’être Spiderman avec tous les sauts entre les immeubles ou même Flash quand je courais à la vitesse de l’éclair dans les rues. Cette sensation de liberté SANS temps de chargement est géniale. Il faut avouer qu’au bout d’un moment, le passage de quartier en quartier pour les libérer devient répétitif mais c’est à vous de trouver le juste équilibre entre l’avancement de l’histoire et la quête des 100%. Rien ne sert de foncer pour mettre fin à la tyrannie des personnes possédants des pouvoirs comme vous-même. Prenez votre temps et nettoyez chaque quartier petit à petit.

Les différents moments de la journée sont aussi présents et se balader la nuit avec tous les effets de lumières est vraiment plaisant. J’ai visité la ville les yeux grands ouverts, comme si j’étais un touriste de passage. Vivement les prochains jeux modélisant des grandes villes (je pense aux Assassin’s Creed par exemple ou à Watch Dogs qui se passe à Chicago).

Pour finir sur Seattle, j’ai trouvé la ville vivante et bien remplie par les PNJ et/ou les voitures. Le temps des villes désertes ou peuplées que dans certains endroits est fini.

The Space Needle
The Space Needle

FAMOUS Cet inFAMOUS

(mwahaha, je suis drawle).

Merci Sucker Punch pour ce défouloir ! J’ai été emballé et franchement chaque possesseur de PS4 se doit de l’avoir dans sa collection !

Jouabilité : ★★★★★ C’est fluide et instinctif ! Delsin court, saute, grimpe, plane et passe d’immeuble en immeuble avec rapidité et efficacité. Je ne me suis jamais retrouvé coincé à cause d’un saut au millimètre près ou d’une action pour laquelle il fallait être pile devant l’objet qui vous permettra de continuer. En mode combat, les attaques à distance ou au corps à corps sont très bien pensées et nous permettent d’avoir différentes stratégies pour reprendre la main sur Seattle.

Réalisation : ★★★★★ Nous sommes enfin dans le futur. La barre est mise à ce niveau maintenant. Chaque jeu devra au moins être aussi beau que ce inFAMOUS Second Son. Je n’ai pas envie de chipoter sur les détails de textures et sur les bords de la map qui sont limites parce que tout le reste est soigné. Les effets de lumière, la foule, la vue sublime et lointaine en haut des tours, la modélisation de Delsin, les pouvoirs : tout est là pour en faire un jeu aussi agréable à jouer qu’à contempler.

Difficulté: ★★☆☆☆ La difficulté de ce jeu… Est inexistante. C’est un peu le point négatif : on avance, on s’amuse mais je n’ai jamais eu le sentiment de lutter un peu. C’est bien dommage! Le mal des jeux modernes atteint celui-ci aussi, ce qui peut amener une sensation d’ennui à certains lors du nettoyage des quartiers. Personnellement, j’aurais voulu des sous-Boss cachés sur la map pour finir les quartiers par exemple.

Musique et Son : ★★★☆☆ Bof bof la musique…. Elles ne m’ont pas marqué et franchement mis à part la musique du générique de fin, je ne me souviens d’aucune autre. Bref, ce jeu n’a pas une bande originale passionnante. Pour les sons du jeu, je n’ai rien à dire de spécial. Il sont bien et les effets sonores de la ville sont suffisants.

Durée de vie : ★★★☆☆ Entre 15 et 20h (ou une dizaine sans le 100% mais qui ne le ferait pas puisque c’est simple à avoir et jouissif?) par orientation de Karma. C’est vraiment honorable pour un jeu d’action actuel et l’envie d’y rejouer est bien présente une fois le jeu fini une première fois.

3 COMMENTS

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :