[Rétro Inferno] Carmageddon: Mad Max

Dans 2 secondes c’est l’anarchie

Je me tâte depuis des années à écrire sur des anciens jeux, pas forcément les plus connus mais qui ont marqué ma carrière – assez pauvre en trophées – de joueur. Le super article sur Pharaon de Phenyxe m’a enfin décidé à m’y mettre. L’idée est simplement de présenter certains jeux parfois méconnus qui ont toutefois apporté leur humble pierre à l’édifice, des mythiques Fallout et Carmageddon aux plus confidentiels Dethkarz ou Silver. L’idéal est de s’attarder sur des jeux que l’on peut trouver aujourd’hui sur des plateformes comme GOG ou Steam afin que les curieux que vous êtes puissiez tester par vous-même à moindre coût.

En voiture Simone

Pour ouvrir le bal, ce n’est rien moins que l’extraordinaire Carmageddon, pour lequel l’adjectif ne vaut pas que pour l’écrasement de piétons en bande désorganisée. Si jamais vous n’en avez pas entendu parler, c’est un jeu de course assez unique en son genre puisqu’il y a 3 manières de gagner une course. Les plus sages pourront simplement passer les checkpoints un par un et effectuer le bon nombre de tours en terminant en tête. Ceux qui veulent plutôt profiter du jeu gagneront soit en détruisant tous les adversaires (en rentrant dedans, violemment bien sûr) ou en écrasant tous les piétons présents sur la carte.

Le mythique stade

Ceci peut sembler assez barbare et primitif. Ça tombe bien, ça l’est. Les courses étant chronométrées, il est quasiment impossible de les terminer sans écraser de piétons puisque rouler dessus ajoutera quelques secondes au compteur. Mieux, les tuer avec style donnera davantage de temps et de crédits. On se retrouve rapidement à enchaîner les dérapages au frein à main ou les marches arrière à pleine vitesse pour éclater les sprites faisant office de passants. Leurs cris exagérés et les commentaires de notre pilote comme le mythique « Moi j’ai fait la guerre » lorsqu’on passe à côté (ou mieux, dessus) de vieilles dames en déambulateur pimentent tout ça joliment.

Vous l’avez compris, le ton est totalement irrévérencieux et provocateur comme savent si bien le porter les anglais (les concepteurs de Stainless Software officiaient de l’autre côté de la manche). Il se retrouve dans tous les compartiments du jeu, de la main coupée sanguinolente qui fait office de curseur dans les menus ou dans les noms de nos opposants sur la route (coucou OK Stimpson et Carkey & Clutch). Pour les plus curieux je vous encourage chaudement à aller voir cette page les présentant avec leurs véhicules respectifs.
Patrick Buckland, développeur du jeu, indique « Carmageddon est né de plusieurs années de pratique des jeux de course, au point d’en être complètement blasé » (Pix’n Love N°26). Ils vont donc s’inspirer de leur appétence pour les courses de stock-car et réaliser cette idée folle, à savoir créer un jeu de course dans lequel gagner la course en terminant premier est l’option la moins intéressante.

Ce tank n’est pas le plus simple à fumer

Nan mais écraser des gens c’est pas drôle

Pour les plus dubitatifs, je ne peux que me répéter sur le fun du titre. N’étant pas moi-même un meurtrier de la route en puissance (je ne compte aucune victime à ce jour) ni un real life destruction derby, je m’éclate comme sur quasiment aucun autre jeu. C’est tellement absurde sur tous les aspects (design des véhicules, des piétons, effets des bonus, animations, sons) qu’en aucun cas on ne relie ça à la réalité. Carmageddon déborde de qualités, aussi bien techniques qu’artistiques – bien qu’on puisse remettre en doute ce terme pour un jeu de boucherie routière agrémentée de tôle froissée – qui toutes visent un unique objectif : le plaisir du joueur.

Le jeu nous trolle même quand on le quitte

Puisqu’on parle de la technique, il est impossible même pour le plus fervent détracteur du jeu de nier les qualités du jeu de Stainless. Moteur 3D, physique des véhicules, gestion des dégâts, cartes ouvertes: la liste des innovations est longue comme le bras et touche presque toutes les parties du titre. Commençons donc par le moteur graphique, pour lequel il existe d’excellents points de comparaison comme Gran Turismo ou Need For Speed, tous les 2 sortis également en 1997. Les 3 captures suivantes sont données pour comparaison :

Carmageddon

Gran Turismo

Need For Speed 2

A première vue, les 3 jeux sont assez semblables avec un léger désavantage pour notre héros du jour, les modèles des véhicules étant un peu plus grossier sans pour autant être totalement rebutants. Sous la carrosserie se cache toutefois des éléments absents de ses illustres concurrents, à savoir une physique unique pour l’époque et une localisation et une gestion des dégâts révolutionnaires.

A chaque choc, aussi minime soit-il, la tôle se plie à l’endroit de la collision, les verres se brisent et les morceaux jonchent la piste. En remettant le jeu dans son contexte, c’est une vraie prouesse technologique, d’autant que la fonction de réparation permet de faire le chemin inverse et de recoller les morceaux. Ces impacts ne sont pas qu’esthétiques puisqu’à force de cogner comme un sourd sur les concurrents ou les murs la mécanique s’abîme aussi. En faisant trop de french kiss à des poteaux, la direction sera très vite HS et la voiture ne pourra alors plus que tirer tout droit. Les autres impacts ont une portée immédiate sur la conduite, comme les bouts de carlingue qui gênent ou un moteur détruit (qui gêne effectivement aussi un peu). Ce que l’on perd en qualité graphique pure est largement rentabilisé déjà par cette gestion localisée des dommages.

L’indispensable carte pour localiser les concurrents

A ceci s’ajoute un autre aspect particulièrement novateur, à savoir les cartes totalement ouvertes. Elle sont bordées par des limites infranchissables mais on évolue sur celles-ci sans aucune autre contrainte que nos capacités de pilote. Les tracés sont délimités mais peuvent être totalement ignorés, et l’exploration est généralement récompensée. Que ce soit par des zones densément peuplées de passants à transformer en purée ou en bonus plus généreux, c’est toujours une bonne idée de tenter d’accéder à des espaces de prime abord inatteignables. Je ne sais pas si c’est réellement le premier jeu à le proposer – il me semble que c’est le cas – mais c’est en tout cas celui qui en a le mieux montré les possibilités.

Plus malin qu’il n’en a l’air

Il est aussi intéressant de noter que les éléments ne disparaissent pas lorsque le joueur s’en éloigne. Comprendre que les cadavres des piétons mutilés ou des opposants explosés restent jusqu’à la fin de la course, tout comme les éléments de décors déplacés (comme les voitures, les cabines téléphoniques, etc.). Le nombre d’éléments à gérer par le moteur est très poussé mais le jeu tournait pourtant sans trop de souci sur une configuration modeste (je parle d’expérience). Au final, tous ces choix portent leur fruit et permettent aux développeurs d’offrir un jeu réellement innovant, aussi bien sur le fond que la forme.

Face à face avec la police, perdu par le piéton

Pour être exhaustif, notez aussi la physique des voitures qui n’a pas à rougir face aux mastodontes de l’époque. Chaque voiture a un poids et des performances différentes qui influent lourdement sur le gameplay. Il est déjà facilement identifiable tant il diffère des autres avec ses dérapages réguliers et son inertie très particulière. Les caractéristiques des bolides modifient donc réellement le style de jeu et les ambitions du joueur. Autant vous dire qu’il n’est plus difficile de terminer la course en écrasant tous les piétons avec un char qu’avec la voiture intégrant un rayon électrique désintégrant tous ceux qu’on croise.

Qui dit carte ouverte dit distance d’affichage. Si cet aspect technique est plutôt bon pour son époque au vu du nombre d’éléments affichés, il faut avouer que même avec l’option poussée à son maximum les piétons et certains obstacles apparaissent bien tardivement. Pour compenser, les adversaires sont affichés dans des formes simplistes au loin pour se préparer au combat, mais les piétons n’apparaitront que tardivement quoiqu’il arrive, ce qui encourage à effectuer moults dérapages pour optimiser les bonus de style. Un mal pour un bien quelque part.

Oui, c’est bien un tractopelle à ma droite

Pour terminer, toujours sur l’aspect des cartes ouvertes, il est pour moi vital – oui, vital, surtout pour les piétons- de parler de la qualité du level-design. Les cartes sont quasiment toujours pensées sur 3 dimensions (avec étages donc) et des passages plus compliqués à atteindre sont disséminés pour nous offrir des orgies de piétons et de bonus. Le tracé des courses sur celles-ci est plus anecdotique mais réserve parfois quelques belles séquences de WTF. Un même environnement (la ville, la plage, la montagne, etc.) ne correspond pas à une carte unique rejouée à l’envie mais à plusieurs, avec chacune ses zones distinctes.

La « conduite Carma »

Après avoir parlé de la technique, place au gameplay puisque c’est l’une des autres particularités de Carmageddon. La dynamique des voitures est facilement reconnaissable à ses dérapages: le moindre changement de direction, même faible, pour peu que le véhicule soit un peu lancé, fait immédiatement chasser l’arrière puis partir en dérapage. Ce n’est pas injouable et au final assez simple à maîtriser après quelques courses. L’idée n’est pas d’offrir des sensations réalistes mais s’inscrit dans cette volonté d’avoir un jeu vraiment différent, identifiable facilement sur tous les aspects. Sans être vraiment extravagant, le gameplay est original et devient la marque de fabrique de Stainless. Toutefois, les développeurs n’ont pas oublié d’inclure un moteur physique qui gère les comportements selon les bolides (logiquement, une voiture lourde ne se conduira pas comme un 4×4 sur des suspensions démesurées ou comme un engin de chantier).

Et là un pseudo-tank. Tout est normal.

Limité au départ à 2 voitures (Max en rouge ou Anna en jaune), on peut sur certaines courses gagner les engins de mort de nos opposants pour peu qu’on les déglingue nous-même. Certains, comme le fameux Gotcha, font office de Graal à obtenir. D’autres sont à fuir, forcément. Les 3 niveaux de difficultés offrent un challenge allant de sympa à très pénible, avec mention spéciale aux tanks de police que l’on ne manque pas de croiser et qui n’ont qu’une cible en tête: le joueur. Et peu importe si d’autres concurrents sont présents ou encore si des piétons se trouvent sur la route, ils sont focus sur un unique objectif. Les rencontrer en début de jeu, avant d’avoir fait évoluer la voiture grâce aux brouzoufs cumulés, fait assez mal.

Carma n’est pas exempt de défaut, forcément. On termine trèèèèèèès souvent sur le toit (et récupérer la voiture coûte 1000 crédits à chaque fois, soit de 1 à 10 piétons écrasés selon le bonus de style) et les phases aquatiques sont assez pénibles. La pire situation reste la glace, que l’on ne rencontre heureusement que parfois sur les niveaux en montagne.
Ce gameplay si particulier est rageant lorsqu’on passe de longues secondes à faire demi-tour et qu’on est percuté juste au moment où on réussit à reprendre un peu de vitesse (et généralement par un flic ou un opposant bien solide qui demande un paquet de crédits, et donc de piétons, en réparation). Enfin, la gestion des dégâts localisée peut amener un souci sur certains ennemis, sur lesquels certaines zones seront tellement abîmées que les attaquer dessus n’engendrera aucun nouveau dommage. Sur d’autres, les déformations nous feront même passer par-dessus sans les égratigner.

Une seule idée : sortir de l’eau car c’est injouable

Ils en ont commis plusieurs!

J’ai vraiment passé un nombre d’heures énorme sur Carmageddon et sur ses suites, sans vraiment me rendre compte de cet aspect novateur (normal à 12 ans). C’est super fun à jouer, prenant, et le côté irrévérencieux me parle vraiment. Je tiens par ailleurs à préciser que mon moi ado n’est pas devenu un chauffard psychopathe qui écrase des passants dans les rues de Paris pour autant. En y rejouant aujourd’hui, avec plus de recul et certainement une meilleure culture, je remarque à quel point il était différent des autres et cherchait à proposer autre chose que des simples courses de destruction derby sur circuit fermé.

Le 2 est un peu plus beau

Le second opus est du même acabit (Carpocalypse Now, sorti un an plus tard), je le trouvais même plus agréable à l’époque grâce à son moteur 3D de bien meilleure facture et aux bonus plus fun (comme le répulseur d’ennemis ou le lance-flamme à piétons). Il réussit à faire mieux que son prédécesseur en s’appuyant sur les mêmes bases mais en diversifiant suffisamment le contenu: des animaux sont apparus, des missions à objectif après 3 courses pour passer à l’étape suivante, meilleures performances graphiques, etc. Le troisième est par contre à oublier : Carmageddon The Death Race 2000. Bien qu’il porte le nom du film qui a inspiré le premier jeu, il s’en éloigne en devenant plus scénarisé et axé sur les checkpoints, donc moins agréable à jouer, le tout en perdant le style de conduite Carmageddon au profit de sensations plus réalistes mais moins savoureuses. Le récent remake Reincarnation est aussi assez mauvais, et je n’ai pas encore testé le nouveau remake Max Damage.

Oui, il a un transpalette-guillotine

Si l’envie vous prenait après ces quelques lignes peu digestes de tester ou de vous y remettre, les options sont nombreuses. Il y a tout d’abord le classique Steam avec le Max Pack, qui inclut le jeu et son extension. Les infos ici. Idem pour les suivants, tous dispos aujourd’hui sur la plateforme

Pour les fans de produits sans DRM, direction GOG où le jeu et ses suites sont également dispo, par ici.
Petite astuce au passage: le jeu utilise DosBox pour s’exécuter et un passage par Nglide (dans le dossier d’installation du jeu) pour changer la résolution est plus que recommandé.
Enfin, vous avez la chance de pouvoir écraser des gens devant le regard médusé des gens qui vous collent dans les transports avec la version Android d’assez bonne facture et bien plus jolie malgré des commandes moins pratiques.

Voila, vous n’avez plus d’excuse pour ne pas tester la bête. Si l’hémoglobine et les carcasses fumantes de véhicules étranges ne vous attire pas plus que ça, ce qui est difficilement entendable mais soit, ne jetez pas pour autant les Carma au rebut car ils ont apporté autre chose que des traînées de sang sur l’asphalte.

« Va, et que ta route soit sanglante« . Carfucius, -1200 avant JC

avatar Publié par le 4 juin 2018. Classé dans à la une, GOG, PC Windows, Steam, Tests et Avis. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Une réponse pour [Rétro Inferno] Carmageddon: Mad Max

  1. Pingback : [Rétro Inferno] Fallout 2 | Game Inferno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *