American Horror Story : Freak Show – Une saison monstre !

American Horror Story est une série TV américaine dite d’anthologie, créée et produite par Ryan Murphy et Brad Falchuk.

Pour ceux d’entre vous qui ignoreraient encore ce qu’est le phénomène AHS pour les intimes, voici quelques précisions.

Il s’agit d’une série TV d’épouvante-horreur, mais aussi, il faut le dire, dramatique. Les personnages, principaux ou secondaires, sont presque toujours des êtres torturés, blessés et usés par la vie, leurs mauvais choix et leurs espoirs déçus. Qu’ils soient bourreaux ou victimes, sains d’esprit ou détraqués, ils n’en restent pas moins des êtres-humains, avec tout ce que ça comprend de bon et de mauvais.
Le principe d’American Horror Story est de proposer des saisons totalement distinctes les unes des autres en se servant des mêmes acteurs dans des rôles différents. Et quel panel d’acteurs me direz-vous ! Qu’il s’agisse de Jessica Lange, Sarah Paulson, Evan Peters ou encore Lily Rabe, ils sont tous incroyables. La liste de comédiens récurrents est longue, très longue. Mais personne dans AHS n’est figurant. Le moindre petit rôle a son importance et est brillamment interprété.

Entrez, entrez Messieurs Dames, entrez voir le show!

Entrez, entrez Messieurs Dames, entrez voir le show!

AHS en 10 mots :

Pervers, vicieux, violent, choquant, dérangeant, émouvant, génial, inspiré, crade, beau.

Le thème :

Pour cette quatrième saison se déroulant dans la Floride des années 50, American Horror Story nous emmène dans les coulisses d’un cirque où les monstres, (personnes souffrant de malformations), font le show. Et comme la série ose tout, certains personnages sont réellement des freaks, comme on les appelle. Vous pourrez ainsi y voir Jyoti Amge, une indienne de 21 ans souffrant d’achondroplasie et ne dépassant pas les 63cm, reconnue comme étant la plus petite femme du monde.
Le cirque a planté ses tentes dans la petite ville de Jupiter, essentiellement peuplée par la classe moyenne américaine, où la femme au foyer s’ennuie ferme et se paie parfois les services d’un « monstre » pour se divertir l’entre jambe.
Les habitants et les freaks seront par ailleurs confrontés à la présence d’un clown serial killer faisant régner la terreur dans ce petit coin de Floride.

Certains clowns ne donnent franchement pas envie de rire...

Certains clowns ne donnent franchement pas envie de rire…

La troupe :

Jessica Lange incarne ici Elsa Mars, recruteuse d’êtres hors normes et maîtresse des lieux, mais aussi starlette ratée en quête de reconnaissance et de gloire. Elle s’est construite une famille avec ceux qu’elle appelle ses monstres et veille sur eux, du moment qu’ils ne lui font pas d’ombre. Bien sûr, elle les aime. Elle les aime sincèrement même, mais elle aime aussi l’idée de devenir une star.

La diva Elsa Mars, entre ombre et lumière...

La diva Elsa Mars, entre ombre et lumière…

Pour le reste, le cirque comprend une douzaine de freaks. Femme à barbe ou à trois seins. Sœurs siamoises. Nains. Femme tronc… Chaque membre de la troupe a son histoire et nous découvrons celle-ci au fil des épisodes. L’occasion d’en apprendre davantage sur Pepper (American Horror Story : Asylum), qui fait ici partie du Freak Show, et de comprendre comment elle a échoué à l’asile.

Une partie de la troupe

Une partie de la troupe

Pour conclure :

Il n’est jamais bon de trop en dévoiler sur une nouvelle saison d’AHS, alors je me contenterai de vous dire qu’encore une fois, Ryan et Brad frappent très fort. Chaque épisode est une petite perle et l’on ne souhaite pas que ça s’arrête. Les acteurs sont comme toujours au top, la photographie magnifique et l’histoire est aussi belle que monstrueuse.
Comme habituellement dans la série, il faut s’attendre à tout. Les monstres n’étant pas forcément ceux qui en ont l’apparence.
Si American Horror Story tient bien à nous démontrer une chose à chaque fois, c’est que l’être humain n’est ni tout blanc, ni tout noir, et qu’à l’image des sœurs siamoises forcées de cohabiter dans un même corps bien que radicalement différentes, l’homme est en perpétuel conflit avec lui même. Entre ce qu’il voudrait faire et ce qu’il doit faire.

Et par pitié, préférez la VOSTFR ! Je le dis et le redis.

avatar Publié par le 21 décembre 2014. Classé dans à la une, Actualités, The Other Inferno, TV Inferno. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *