Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

Test seigneur des anneaux l'ombre du mordor
à la une PC Windows PlayStation 3 PlayStation 4 (Pro) Tests et Avis Xbox 360 Xbox One (X)

[Test] La Terre du Milieu : L’Ombre du Mordor

Comme pratiquement chaque année depuis plus de 10 ans, voici venu un jeu basé sur la franchise inépuisable du Seigneur des Anneaux. Sobrement nommé l’Ombre du Mordor, il arrive avec de sérieux arguments: graphisme ultra HD (le jeu a été testé sur XBox One), jouabilité proche des Batman Arkham, de l’action, des Orcs et du sang. Alors, promesses tenues ?

 

Un rôdeur et des Orcs, qui finiront marshmallows.
Un rôdeur et des Orcs, qui finiront marshmallows.

La loi du Talion

Il s’agit une fois encore d’un jeu à la troisième personne. On y dirige un Rôdeur, Talion, dans un monde ouvert au sein duquel sont disséminés des missions (principales ou secondaires) et des items à collectionner. Sa femme, son fils et lui ont été tués par La Main Noire, grand méchant du jeu et accessoirement bras droit de Sauron. Ne pouvant accéder au monde des morts, Talion peut naviguer entre la vie et la mort pour mener à bien sa quête: se venger. Côté scénario, c’est plutôt basique. On y croisera quelques personnages connus, tout comme le bestiaire (agrémenté de quelques nouvelles créations absentes de l’univers originel de Tolkien, comme les caragors – des créatures que l’on pourra monter pour déchiqueter en beauté de l’Orc à foison). Pour simplifier, vous allez bouffer de l’Orc, du laid, du sale, du sadique.

A peine le jeu démarré, l’empreinte des derniers jeux Batman est immédiatement visible. La présentation des logos de Warner Bros (éditeur) et Monolith (Producteur) ressemble comme 2 gouttes d’eau à celle des jeux de Rocksteady, les chauves-souris en moins. Une fois la partie lancée, la ressemblance devient évidente: le style de jeu (mi-action mi-infiltration), de combat (les touches sont exactement les mêmes) et d’objectifs (missions et collectibles) ne permettent pas le doute. Fort heureusement, l’univers est totalement différent, et quelques ajouts bienvenus sont présents, comme la possibilité de se cacher dans les buissons (à l’instar d’une certaine lignée d’assassins) et de monter les caragors. Ces bestioles sont épaisses, brutales et possèdent une sacrée paire de mâchoires, qui vous serviront à trucider encore plus salement.

T'as perdu un truc mec !
T’as perdu un truc mec !

Graphiquement, le jeu fait honneur aux consoles actuelles. Le jeu est beau, très beau, fluide, affiche l’ensemble de la map sans temps de chargement et aussi un certain nombre d’ennemis sans chute du framerate. Bref, du bon boulot. Le passage dans le monde des morts est aussi d’excellente facture, on se prend rapidement pour Frodon ou Bilbon lorsqu’ils enfilent le Précieux. Ajout sympa également, le fait de pouvoir obtenir des renseignements sur les différents capitaines de l’armée de Sauron, qui permettront de connaitre leurs points forts et points faibles pour mieux les tuer. Et lorsqu’il s’agit de tuer, notre Rôdeur fait ça avec classe et effusions d’hémoglobine.

L’ombre du Dark Knight

Le gameplay étant similaire à celui de la série Batman Arkham, une sacrée référence, il est quasiment irréprochable. Les coups s’enchaînent rapidement et facilement, les contres et esquives sont fluides et les « fatalities » assez diverses pour ne pas lasser. A noter toutefois que le style de combat est à mon goût trop proche de Batman, à tel point que même certains bruitages sont strictement identiques. Vu que l’on passe 75% de son temps à transpercer et lacérer des Orcs, il aurait été appréciable d’avoir des éléments originaux. Alors certes cette fois-ci il y a du sang, mais c’est bien peu. On a parfois l’impression durant les combats de jouer à un Arkham City skinné. C’est vraiment dommage tant le matériau de base aurait permis plus de fantaisie. Enfin, la jouabilité générale n’est pas exempte de tout reproche, Talion restant parfois bloqué contre un rocher ou un bout de mur sans vouloir s’en décoller, et le « pilotage » de caragors est parfois capricieux.

Je vois des gens qui vont mourir !
Je vois des gens qui vont mourir !

Au fur et à mesure de vos pérégrinations et missions, le Rôdeur va obtenir des points d’expérience permettant d’apprendre de nouveaux skills plus ou moins utiles. De plus, il faudra obtenir des points de pouvoir pour débloquer une partie de ces compétences. Ces points particuliers s’obtiennent en participant aux guerres intestines existant entre les différents capitaines Orcs. En tuant un capitaine alors qu’il festoie de sa dernière victoire ou en favorisant l’ascension d’un autre, vous glanerez ces précieux points. Toutefois, les Orcs restants gagneront également des points de pouvoir, les rendant plus compliqués à tuer. Si cela est surtout vrai en début de jeu, ce système montrera ses limites dès qu’un certain nombre de compétences et upgrades de Talion seront débloqués. Ca reste une bonne idée, même si on se lasse au bout d’un temps de savoir quel capitaine prend du galon, puisque tous seront transpercés, décapités, égorgés dans un futur plus ou moins proche. Bref, Monolith a essayé d’inclure quelques timides nouveautés à son Ombre du Mordor, qui reste malgré tout trop proche de sa fameuse source d’inspiration (éditée aussi par Warner, étrangement).

Niveau armes, seront à votre disposition une épée classique, une dague et un arc. Particularité de celui-ci: ses flèches sont issues du monde des morts et se ramassent par terre ou fichées dans les murs. Le tir à l’arc permet de ralentir le temps (indispensable pour pouvoir ajuster les tirs vu le manque de précision des manettes) mais cela demande de la Concentration (en quantité limitée). Celle-ci se recharge en drainant les ennemis ou les caragors que l’on monte. Le nombre de flèches étant limité et le temps de concentration également, il faudra faire mouche autant que possible en début de jeu. La difficulté globale est d’ailleurs assez bien dosée mais le jeu devient plus simple lorsque les compétences se débloquent.

Puisqu’il faut bien conclure un jour, l’Ombre du Mordor est un bon jeu mais malheureusement trop proche dans le style des récents Batman. En dehors de l’univers, on ressent un manque certain d’inventivité et une certaine lassitude s’installe au bout de quelques heures avec un sentiment certain de réchauffé. Pour ceux qui ont aimé la série concurrente maintes fois citée déjà et qui recherchent un nouveau challenge, vous trouverez votre bonheur ici, à l’inverse des lassés qui n’y trouveront qu’un nouveau clone. En bref: un bon jeu, mais rien de révolutionnaire.

NB : des DLC gratuits sont déjà dispos, dont le skin de la Main Noire pour avoir le plaisir de jouer avec le vilain du jeu. Il y a aussi des DLC payants, faut pas abuser non plus.


 

La Terre du Milieu : l’Ombre du Mordor a été testé sur une version promotionnelle fournie par l’éditeur.

3 COMMENTS

  1. Bon test ! Je viens de débuter (enfin 50% du jeu)et je suis assez d’accord avec vous. Le jeu se repose sur des bases classiques mais solides entres AC et Batman tout en y ajoutant quelques subtilités sur les compétences et le système de Némésis. Après voir l’univers du seigneur des anneaux exploité de cette façon fait super plaisir ! Bref je prends mon pied, même si on est d’accord ça sent le réchauffé.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :