Beyond: Two Souls, le film dont vous êtes le héros

Après l’attente, les belles promesses et les milliers de lignes de débat que le jeu a généré, le nouveau bébé des studios Quantic Dream (Omikron The Nomad Soul, Fahrenheit et Heavy Rain) arrive en force, porté par une communication à la hauteur des ambitions de David Cage, son créateur.

On y incarne Jodie, jeune fille possédant apparemment des pouvoirs paranormaux dus à sa connexion avec une entité du nom d’Aiden. Le jeu fera évoluer l’héroïne et sa liaison avec Aiden au cours d’une vingtaine de chapitres étalés sur 15 ans.

Beyond: Two Souls débarque plein de promesses, tant graphiques que scénaristiques et le résultat divisera.

On remarque le travail remarquable de modélisation

On remarque le travail remarquable de modélisation

Beyond la motion capture

Dès le lancement du jeu, la qualité des graphismes surprend. Impressionnant de détails et de finesse (malgré un léger aliasing inévitable), le titre prouve que la Playstation 3 en a encore un peu sous le capot. Toutefois, une fois le jeu terminé, on regrette que le même niveau de détail et d’attention n’ait pas été apporté à tous les composants. Si les visages et animations sont ce qu’il se fait de mieux, certains environnements font vides et certains effets sont dignes de la Playstation 2, comme par exemple l’eau dans un chapitre débutant en bord de mer.

Le système de Motion Capture inventé pour l’occasion fait des merveilles: les personnages sont plus vrais que nature, de leurs expressions aux petits mouvements anodins. Aucun jeu n’avait réellement retranscrit cela jusqu’à maintenant. Le choix de faire jouer les personnages principaux par Ellen Page et Willem Dafoe est lumineux, ils apportent une crédibilité maximale aux héros et ce jusque dans leur démarche. La synchronisation labiale étant également parfaite, je vous recommande de jouer en anglais (des sous-titres en français sont disponibles) pour profiter pleinement du travail d’acteur titanesque réalisé, ainsi que des doublages très travaillés. Puisqu’on aborde l’aspect sonore, la bande originale (produite par Hans Zimmer) est de très bonne facture, ajoutant à l’immersion dans la destinée de Jodie.

Jodie est bien entourée...

Jodie est bien entourée…

La jouabilité est quant à elle assez particulière. Les déplacements et interactions sont les mêmes que dans Heavy Rain, les mouvements de sticks analogiques en moins. Alors qu’il fallait reproduire le mouvement de la main du personnage dans l’opus précédent, il suffit d’orienter vaguement le stick analogique droit dans la direction du point blanc symbolisant l’action pour que celle-ci soit effectuée. Un sentiment de passivité exacerbé à mesure que l’histoire avance, qui sera difficile à admettre pour les afficionados d’une jouabilité plus classique.

L’originalité du gameplay provient des phases dans lesquelles le joueur contrôle Aiden. Il a accès à des zones et des possibilités totalement différentes de celles de Jodie, et les deux se complètent à merveille. On sent que l’équipe de David Cage s’est particulièrement penchée sur la complémentarité des protagonistes. Ses actions sont toutefois limitées, il ne peut pas interagir avec l’environnement du fait de sa composition éthérée.

Une des actions possibles d'Aiden

Une des actions possibles d’Aiden

Beyond my soul

Et la progression dans tout ça ? L’histoire n’est pas contée de manière linéaire, les chapitres passent de la petite enfance à l’âge adulte, puis reviennent à l’adolescence sans lien visible. Cet enchaînement est en fait utilisé pour combler les quelques faiblesses scénaristiques (car il y en a) et pour s’assurer que le joueur n’oublie pas en cours de route des éléments de la jeunesse de Jodie influant sur sa vie d’adulte. Même si cela n’impacte pas négativement l’impression générale, on se demandera pourquoi une trame linéaire n’a pas été choisie.

Les niveaux traversés sont assez vides, et la progression très dirigiste n’encourage pas à l’exploration. De même, le nombre d’actions possible est plus réduit que l’éventail proposé par Heavy Rain. Enfin, sa facilité est déconcertante : il n’est pas possible de subir un échec ou presque. Ce niveau de difficulté inexistant est volontaire et permet de se sentir dans un nouveau genre: le « film dont vous êtes le héros ». Comme dans tout film, il est acquis que l’héroïne nous emmènera au dénouement final. Beyond: Two Souls est toutefois plus qu’un film, car le joueur décidera du chemin emprunté par Jodie et Aiden, ces chemins menant à 23 fins différentes.

Il faudra vivre avec vos choix

Il faudra vivre avec vos choix

Techniquement, Beyond: Two Souls propose un ensemble de grande qualité, malgré cette sensation de manque de contrôle sur Jodie. Cette impression d’influer sur un film plus que sur un jeu risque de rebuter plus d’un joueur. Autant certains (dont je fais partie) adhéreront dès les premières minutes et accepteront d’être autant spectateurs qu’acteurs, autant les joueurs plus exigeants et en recherche d’une progression plus ouverte et moins dirigée seront déçus voire agacés.

Alors oui, Beyond: Two Souls est un jeu à part, où l’émotion et l’implication du joueur ont été mises en exergue. Tout est fait pour que les actions de Jodie soient ressenties par le joueur comme étant les siennes. Quantic Dream a ajouté des passages jouables de la vie de tous les jours de Jodie qui semblent inutiles au premier abord mais qui renforcent grandement l’immersion et l’identification du joueur au personnage. Mais il ne plaira pas à tout le monde, loin s’en faut. Avant même sa sortie, les joueurs se sont entretués sur les forums spécialisés, sur Twitter et autre pour déterminer s’il peut être considéré comme un jeu à part entière. Après l’avoir eu en main, ces échanges sont légitimes, et chacun décidera de ce qu’il attend d’un jeu vidéo.

Puisqu’il faut bien conclure, et que je fais partie des joueurs conquis par cette épopée simple mais si joliment racontée, je vous encourage à prendre en main la destinée de Jodie et à la modeler selon votre envie (le sadisme envers elle ou ses acolytes est bien sûr une solution envisageable). Il serait dommage de ne pas tenter l’expérience, au vu de la qualité du titre.

La note : 15/20

+ Qualité de la réalisation graphique
+ Motion Capture donnant des animations plus vraies que nature
+ Qualité des doublages et de la bande son
+ Les choix du joueur qui orientent la progression

– Trop dirigiste / linéaire
– Trop facile
– Les choix n’influent réellement qu’à la fin de l’aventure

avatar Publié par le 27 octobre 2013. Classé dans à la une, PlayStation 3, Tests et Avis. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

8 Réponses pour Beyond: Two Souls, le film dont vous êtes le héros

  1. Excellent article, j’adhère entièrement à ce test qui correspond à mes pensées.
    Bravo 🙂

  2. avatar Sleipnir / Aurrusis

    « + Les choix du joueur qui orientent la progression
    – Les choix n’influent réellement qu’à la fin de l’aventure »
    Du coup je n’aurai personnellement pas cité le point positif des choix. Je trouve que dans un jeu qui propose ce genre d’option, il est important que l’on ressente rapidement que nos actions ont eu un impact sur le fil directeur de l’histoire, que l’immersion soit beaucoup plus poussée. Pour moi, je n’aurai pas la patience d’attendre la fin d’un jeu (qui encore une fois propose ce genre de choses) pour savoir si mes actions furent utiles ou non.

    • Merci du feedback ! 🙂

      J’ai personnellement apprécié l’idée des choix, et le parti des auteurs de nous faire un peu languir sur leurs effets.

      Comme j’essayais de l’expliquer, peut être maladroitement, c’est un jeu pour gens patients, car on doit prendre le temps de mettre les pièces en place pour profiter pleinement du scénario.
      Il y a des effets immédiats aux actions choisies, forcément, mais les décisions les plus importantes mettent un peu de temps à amener leurs effets.

  3. Je viens juste de le finir une première fois et j’ai vraiment adoré !
    Certes les choix ont beaucoup moins d’influence que dans Heavy Rain Mais pour tout le reste le jeu est mieux que Heavy Rain en tout point que j’ai adoré lui aussi

    Beyond est une belle histoire a suivre d’ailleurs j’ai juste envie de le recommencer et c’est bien les meilleurs jeux qui me font ça !

    Mon top 5 de 2013
    1- The Last of Us
    2- Beyond : Two Souls
    3- Dragon’s Crown
    4- Saints Row IV
    5- Rayman Legends

    Nan il n’y a pas GTA V je ne suis qu’à 20% du jeu et je me fais chier comme c’est pas possible une belle bouse !

  4. Dragon’s Crown et The Last Of Us dans le trio de tête… Une personne de goût! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *