Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une PlayStation 4 (Pro) Tests et Avis

[AVIS] Marvel’s Spider-Man: Miles Morales

Qu’il doit être difficile pour les développeurs de jeux vidéo de se lancer dans la production d’un jeu cross-gen avec un cahier des charges précis à respecter. En ce qui concerne Insomniac Games, le but est de proposer une nouvelle aventure Spider-Man tout en essayant de souligner les performances techniques de la nouvelle PlayStation 5 sans laisser sur le côté de la route les utilisateurs de la PS4. Un challenge compliqué que l’on peut considérer comme plus ou moins relevé.

Vu le manque de PS5 en magasin (le néant), je me suis rabattu sur une version commerciale PlayStation 4 afin de vous proposer mon avis sur le dernier né d’Insomniac Games, ce qui à quelques (lourds) détails près, ne change pas grand chose.

A son annonce et on peut dire jusqu’à son lancement, cet épisode de Spider-Man centré sur Miles Morales a suscité quelques interrogations notamment sur son format. Sera-t-il un DLC, un vrai nouvel épisode ou un stand alone permettant de faire patienter les joueurs jusqu’à un nouvel opus? Après avoir terminé le jeu à 100%, je peux dire qu’Insomniac Games et Sony ont bien mérité le petit surnom d’excellent magouilleur.

SI VOUS AVEZ RATÉ LE DÉBUT

Cette nouvelle aventure proposée par Insomniac, démarre quelques mois après les exploits de Peter Parker, dans l’épisode de 2018. Le jeune reporter a pris Miles Morales sous son aile après que ce dernier se soit lui aussi fait piquer par une araignée. Vivant à Harlem au nord de Manhattan (New York), Miles est un adulescent hispano-afro-américain en quête d’identité personnelle et familiale. La récente acquisition de super pouvoirs similaires à ceux de Spider-Man vont un peu plus perturber sa quête initiatique. Pour compliquer un peu son quotidien fait de bottages de fesses en tout genre, Miles va devoir enquêter sur un complot industriel et stopper l’entreprise criminelle d’un groupe extrémiste.

Pour que ce nouveau super-héros puisse occuper pleinement l’écran sans être phagocyter par Peter Parker, ce dernier, annonce dès le début quitter New York pour suivre Marie Jane en Europe quelques temps. Afin que Miles puisse continuer son apprentissage, il va laisser un peu partout dans la ville des zones d’entraînement. Les deux super héros vont conserver un lien complice tout au long du jeu.

C’EST UN PEU COURT JEUNE HOMME

Marvel’s Spider-Man: Miles Morales est un épisode compliqué à aborder. Si on s’en tient juste à la quête principale, il faudra accorder entre six et huit heures de votre temps suivant le niveau de difficulté choisi. Et on montera à la dizaine d’heures si on est dans un esprit de complétion et trois heures supplémentaires pour le New Game+ nécessaire à l’obtention du platine (extrêmement simple à glaner).

Bien que l’essentiel d’un jeu Spider-Man soit de pouvoir voler de building en building comme bon nous semble, il faut pouvoir proposer une histoire et investir le joueur d’une mission. Le scénario principal n’est malheureusement pas des plus intéressant. Il n’y a pas grand chose à retenir et on traverse l’histoire sans folie. Pour trouver quelque chose de pertinent, il faut plutôt lorgner du côté des dialogues et des relations de Miles avec ses amis, sa famille. Le jeune super-héros vit seul avec sa mère Rio depuis les événements de Spider-Man 2018. Il entretient une relation compliquée avec son oncle Aaron et son ami Ganke est le seul au courant de sa double identité. Ces trois personnages secondaires ont une écriture plus ou moins consistante et on regrette que l’engagement politique de la mère de Miles ne soit plus mis en avant. Mais on peut aussi préférer voir le verre à moitié plein en saluant l’apparition du mouvement Black Lives Matter via un clin d’oeil intelligent. Enfin, le jeu peut trouver un certain écho à la crise sanitaire actuelle et au traitement médiatique via les podcasts de JJ Jameson.

En ce qui concerne Aaron, il est à l’origine d’une quête secondaire amusante et son lien avec Spider-Man est un fil rouge de l’histoire. Ganke le meilleur ami de Miles, l’aide à mettre en place une application pour smartphone permettant à chaque new yorkais d’appeler Spider-Man en cas de problème. De ce fait, Spider-Morales ne détecte plus les crimes seulement par son spider-sense mais aussi par l’application qui s’ouvre et se ferme via le touchpad de la DS4. Enfin, dans sa quête d’identité et de recherche d’une figure paternelle, Miles aura droit à une quête dédiée très touchante. Bref, le contenu purement scénaristique est d’une qualité discutable et quand on observe le reste des activités, le constat est assez mitigé.

HOMECOMING

Les joueurs ayant joué au Spider-Man de 2018, ne seront absolument pas perdu en prenant en main l’épisode Miles Morales. Même map, même gameplay, même arbre de compétences, même système de tenues débloquant armes et capacités et aussi même types d’activités dans Manhattan. Très clairement, on a très souvent l’impression de jouer au même jeu qu’il y a deux ans mais avec un skin très cool de Miles Morales. Il y a le même découpage de New York par zone avec le même nombre et types d’activités à réaliser pour boucler le 100%. Il faudra vider des bâtiments de leurs occupants, détruire des éléments en lien avec l’intrigue mais qui n’influencent en rien la narration (puisque réalisable après la conclusion de l’histoire). Bien sûr, Insomniac a apporté quelques améliorations par touches mais globalement, si on connaît la licence, on est on ne peut plus à la maison.

Le système de combat est conservé, (très inspiré par les Batman Arkham) mais ici, Miles est doté d’un pouvoir de bioéléctricité lui offrant constamment une domination totale là où Peter Parker devait plus ruser et utiliser ses gadgets. En remplissant divers objectifs et missions, le super-héros va obtenir des jetons et des points de compétences pour pouvoir progresser. Et si on prend le temps de lancer un New Game+, on va littéralement rouler sur les ennemis. Pour un peu de challenge, n’hésitez pas à augmenter le niveau de difficulté et vous pourrez réaliser de belles chorégraphies entre combat à la main, voltige et gadgets.

NE SOUS ESTIMEZ PAS LA PUISSANCE DE LA PLAYSTATION (5) …

Spider-Man Miles Morales est un jeu cross-gen clairement pensé pour exploser les rétines des possesseurs de la PS5. Même si ici, on joue sur PS4, on détecte dès les premières minutes un petit gap graphique par rapport à 2018. On sent aussi que tout a été fait pour que sur PS5 tout se passe bien. L’histoire se déroule en plein hiver et la période de Noël permet une multitude d’effets de lumière que ce soit par les guirlandes, les devantures de magasin, les reflets dans les vitres, les flaques d’eau, etc. Tel un inFamous (First Light?), les développeurs n’ont pas hésité à pimper les ennemis de leds lumineuses violettes ou rouges pour contraster avec une météo très grise et les alternances jours/nuits. Miles Morales n’est pas en reste avec 90% de ses tenues très noires et rouges offrant à chaque fois un style assez cool. Sa maîtrise de la bioélectricité va permettre régulièrement d’activer le WAOUH Effect a travers des éclairs orangés et des explosions mettant KO ses ennemis.

ENFIN, FAITES GAFFE QUAND MÊME

Maintenant que j’arrive au terme de mon avis sur Spider-Man Miles Morales, je me dois de raconter mon expérience technique sur PS4. Jusqu’à aujourd’hui, c’est peut être le jeu avec lequel j’ai eu le plus de galère depuis très longtemps (et pourtant j’ai joué à Control sur PS4). D’abord, il faut évoquer cette caméra qui demande sans cesse à être recentrer afin de conserver une certaine lisibilité dans les combats. C’était déjà le cas avant et on constate que rien n’a été arrangé. Une caméra très désagréable surtout lors d’un combat de boss vers la fin du jeu rendant n’importe quel ennemi d’un Souls-Like presque gentil. Les angles de vue sont foireux, les hitbox plus que douteuse et l’input lag insupportable.

Ensuite, il y a les effets de particules et tous les jeux de lumières qui, si on se montre un peu trop rapide dans l’exécution de combo va littéralement faire planter la console. Avec le New Game+ nécessaire pour obtenir le Platine du jeu, j’ai dû approcher la dizaine de freeze. Enfin dans les pires moments vécus, il y a cette phase où le jeu décide que Miles Morales reste sur les toits de New York en civil et ne peut que marcher. Même chose au sol, où cela donne l’impression d’être dans un walking sim un peu ennuyant. La résolution de ce bug est venue par la suppression des save auto, du téléchargement par le cloud de save manuelle et de ce fait la perte d’une partie de ma progression. N’hésitez pas à faire quelques sauvegardes manuelles régulières. Cette expérience est peut être un cas isolé mais laisse penser que la PS4 risque d’en baver encore un peu sur des jeux au format cross-gen. Petite vidéo à voir par ici.

Sur PS5 ça peut être un grand OUI, sur PS4, attendez !

Dire que le moment passé sur Spider-Man Miles Morales n’a pas été bon, serait un mensonge. Les errances techniques relèvent d’une expérience personnelle, la qualité du scénario est une critique subjective. En revanche la durée de vie du jeu que ce soit pour son axe principale ou la quête du 100% est un vrai problème quand on le met en parallèle de son prix de vente. Ce jeu est disponible sur deux consoles de générations différentes et au même tarif (60€ sur PS4 & PS5 et inclu dans le remaster Spider-Man à 80€ sur PS5). Rien que pour cela, il est peut être recommandé aux utilisateurs PS4 d’attendre une baisse de prix ou que le jeu rentre dans la gamme Playstation Hits. Autrement, dans l’ensemble, le jeu reste une aventure divertissante, fun avec des personnages attachants et une OST très marquée par le film Into The Spider Verse. Il permet et permettra de combler un peu de vide entre deux jeux attendus, à condition de vraiment adhérer à ce qu’est Spider-Man par Insomniac.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :