Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une Nintendo Switch Tests et Avis The Four Horsemen

TFH – TEST – THE BINDING OF ISAAC AFTERBIRTH +

Le jeu vidéo indépendant a grandement évolué ces dix dernières années. Avec lui sont apparus de nombreux talents dont celui dont nous souhaitons vous parler aujourd’hui, Edmund McMillen. Ce dernier débute sa carrière en 2001 avec le jeu textuel The Backup Files. Il développe plusieurs jeux Flash (jeux tournant sur un navigateur internet), certains toujours jouables en ligne, les autres sont disponibles dans The Basement Collection, une compilation regroupant les projets les plus importants de McMillen. En 2004, sort Gish, son premier gros projet. C’est un jeu de plateforme bien accueilli par le public qui a permis le lancement de projets bien plus ambitieux tout en continuant le développement de jeux flash. En 2010, Super Meat Boy remake de Meat Boy, débarque pour la première fois sur console via le XBOX Live Arcade. Dans ce jeu, où l’on incarne un morceau de viande qui cherche à sauver sa petite-amie Bandage Girl du terrible Dr Fœtus, Edmund McMillen révolutionne le plateformer 2D via un système novateur de Die and Retry. Il n’y a, en effet, aucun temps de chargement entre les morts, le level-design est abouti et le gameplay est précis.

Après Super Meat Boy, parodie de Super Mario Bros, Edmund McMillen nous régale d’une nouvelle œuvre s’inspirant cette fois-ci de The Legend of Zelda. Pépite du jeu vidéo indépendant de 2011, c’est sur PC, et toujours codé sur Java que commence le sacrifice d’Isaac avant son remake : The Binding of Isaac: Rebirth. Penchons-nous dès à présent sur la dernière version console du titre, sortie en 2017 sur la console hybride du Big N’, la Nintendo Switch.

Synopsis du jeu :

« La mère d’Isaac passe ses journées à regarder la télévision quand soudain une voix qui semble être celle du divin la prévient qu’Isaac est corrompu par les péchés et qu’elle doit agir. Elle lui confisque alors ses jouets et ses vêtements pour lui redonner sa pureté. La voix se prononce à nouveau et demande à ce que l’enfant soit écarté du monde extérieur, elle l’enferme donc dans sa chambre pour le protéger du mal. Enfin, la voix réclame à la mère le sacrifice de son enfant pour lui prouver sa foi. Elle saisit donc un couteau, mais Isaac, qui a assisté à la scène, tente alors de lui échapper en rentrant dans la cave de la maison. »

C’est quoi The Binding of Isaac ?

Une impression de déjà vu.

Au lancement d’une partie, le jeu va générer aléatoirement un étage, l’objectif est simple, parcourir chaque niveau du donjon pour vous préparer au combat contre la mère d’Isaac.

Pour l’aider dans sa quête, Isaac n’a que ses yeux pour pleurer. Ses larmes sont sa seule arme contre les monstres de la cave. Au fur et à mesure de l’aventure, de nombreux items sont disponibles pour augmenter le potentiel offensif du jeune garçon. Ce ne sont pas moins de 436 objets qui vous attendent dans cette version Switch pour en découdre avec les créatures du jeu, toutes en lien avec les traumas d’Isaac ou à son éducation chrétienne.

Les Four Horsemen vous attendent pour en découdre.

En bonne parodie de The Legend of Zelda, on y retrouve les codes de la licence. En plus de la vue de dessus, Isaac récoltera des clés pour ouvrir certaines pièces, des bombes pour exploser les rochers et les murs à la recherche de salles secrètes.

The Binding Of Isaac est un Die and Retry, un genre de jeu où la mort est un enseignement. Même si l’on ne parvient pas à défaire Mom à la première partie, le jeu récompense les nouvelles tentatives avec différents objets qui feront leur apparition dans les donjons, favorisant ainsi la rejouabilité du titre.

Néanmoins, il ne faut pas se méprendre ! Avoir plus d’objets ne signifie pas une garantie de réussite. Le jeu est difficile, très orienté arcade et ne pardonne les excès de confiance. Imaginons maintenant que vous avez vaincu le dernier boss… Félicitations ! Vous avez terminé le tutoriel.

D’autres niveaux et ennemis inédits ainsi que de nouveaux personnages jouables se débloqueront au fur à mesure que vous enchaînerez les victoires pour atteindre son apogée dans des niveaux à la difficulté toujours augmentée.

En récoltant un certain nombre de pièces, Caïn fera son apparition dans les personnages jouables.

La renaissance de The Binding of Isaac

Le remake en plus d’arborer un tout nouveau style graphique propose plusieurs ajouts grâce aux DLC dont  :

  • Les étages maudits, où une pénalité sera aléatoirement infligée au joueur.
  • Boss Rush optionnel à chaque fin de partie débloquant de nouveaux objets.
  • Mode difficile : ennemis améliorés et plus d’étages maudits.
  • Nouveau mode de jeu « Greed Mode »
  • Nouveaux challenges en plus de ceux introduits dans Wrath of the Lamb/Eternal Édition, DLC du jeu original.
  • Nouvel épilogue et nouvelles fins.
  • Un mode coopération en local à deux joueurs.

La version Switch contient tous les DLC.

Un jeu de rôle stratégique.

Bien que le jeu lorgne énormément du côté du jeu d’action, son créateur le présente comme un jeu de rôle.

En effet, les items peuvent augmenter une statistique pour en baisser d’autres, certains changent totalement le gameplay au point de devoir recommencer le jeu si la synergie des objets n’est pas bonne.

Elle est importante à prendre en compte, jouer avec un nouveau type de projectile rendra la plupart des items obsolètes, néanmoins les boosts d’attaques seront bénéfiques, le jeu est stratégique et offre un nombre de build divers et variés.

Ce genre d’item qui change totalement le gameplay

 

Et cette version Nintendo Switch ça vaut quoi ?

La version Switch bénéficie des extensions Afterbirth/Afterbirth +, son atout principal reste la fonctionnalité hybride de la console de Nintendo, pouvoir jouer au jeu n’importe où et n’importe quand reste une expérience agréable.

On regrette néanmoins l’absence des mods sur cette version quand on sait que la communauté participe activement à la survie du jeu en attendant le troisième et dernier DLC : The Binding of Isaac Repentance dont la date de sortie est encore inconnue.

Conclusion :

The Binding of Isaac Afterbirth +  est un jeu à la rejouabilité quasi infini, son gameplay, son univers et son côté aléatoire vous occuperont des heures grâce à son ambiance rétro et à la difficulté relevée. Il incarne à lui-seul, le genre de jeu sur lequel on revient avec plaisir. Nous tenons donc à finir ce test sur l’une des bandes-annonces du jeu. Cette dernière présente à elle seule l’ambiance et les délires des équipes de développement.

Une ambiance unique

Disponibilité : Steam, PS4, XBOX ONE, New 3DS, Nintendo Switch, Wii U, PS VITA.

Un article de StIV pour The Four Horsemen.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :