[Test] Deus Ex : Mankind Divided

Cinq années, déjà cinq années qu’Eidos Montréal a fait renaître de ses cendres la franchise Deus Ex avec l’excellent Deus Ex : Human Revolution (DE:HR). Cinq ans que j’attendais la suite du premier platine de ma vie de joueur. Cinq longues années au cours desquelles je me suis posé des questions sur ce qui arrivait aux différents personnages de DE:HR et surtout à notre ami augmenté Adam Jensen après les événements de la fin du jeu. Nous y voilà, bienvenue dans Deus Ex : Manking Divided (DE:MD).

Deus Ex - Title

Plus d’une corde à son ARC

Deus Ex : Mankind Divided commence deux années après le premier opus et surtout deux années après les événements de Panchaïa qui ont mené l’humanité au bord du gouffre. La plupart des augmentés (humains équipés de prothèses synthétiques et autres dispositifs bourrés de nano-machines) sont désormais parqués dans des ghettos et plus discriminés que jamais. Rare sont ceux qui vivent « librement » dans les grandes villes et, même là, ils sont contraints à de multiples contrôles d’identité à longueur de journées. Cet « apartheid mécanique » m’a sauté aux yeux car le personnage qu’on incarne, le taciturne Adam Jensen, est lui-même régulièrement soumis à ces contrôles qui n’ont plus rien d’inopinés.

Bref, après une cinématique d’une douzaine de minutes, résumant parfaitement le précédent Deus Ex ainsi que ce qui s’est passé durant cette ellipse de deux ans, vous rentrez directement dans le vif du sujet en vous faisant larguer sur un complexe abandonné à Dubaï. Ici, votre but sera de mettre fin à une vente illégale d’augmentations sans pour autant compromettre l’agent infiltré dans les rangs des trafiquants. Lors du briefing d’avant mission, les premiers choix de DE;MD font leur apparition. Le chef de la Task Force 29 de Prague (TF29, une organisation anti-terroriste fondée par Interpol et basée à Prague), Jim Miller vous demande si vous allez la jouer létal ou non, puis à distance ou en combat rapproché afin de réussir votre mission. Cette petite cinématique sera aussi l’occasion d’admirer toute l’animosité de MacReady (techniquement votre supérieur) à l’encontre des augmentés et un début des « blagues » passables qu’il a en stock sur le sujet. PRICELESS.

Dubaï et ses tempêtes de sable

Dubaï et ses tempêtes de sable

Liste des collectibles, certains ne servent qu'à la compréhension approfondies de l'univers (les Livres), d'autres sont plus importants dans l'histoire (les assistants électroniques)

Liste des collectibles, certains ne servent qu’à la compréhension approfondies de l’univers (les Livres), d’autres sont plus importants dans l’histoire (les assistants électroniques)

Le jeu commence enfin. Bienvenue à Dubaï. Force est d’ailleurs de constater que Deus Ex est toujours Deus Ex. Quelques réajustements ont été fait au niveau des commandes mais c’est toujours aussi harmonieux. Pour mener à bien cette mission (et celles qui suivront), vous avez toujours le choix entre l’action, l’infiltration et même les deux. Tout comme vous avez toujours le pouvoir de vie ou de mort sur vos assaillants. Toutes les missions vous demanderont en général de rallier un point A à un point B mais, Deus Ex oblige, ce cheminement ne sera pas forcément linéaire. Soit vous la jouerez John Rambo (la référence n’est pas trop vieille ?) Et vous avancerez tout droit vers votre objectif, en annihilant toutes menaces se présentant devant vous. Soit vous serez plus subtil, à la manière d’un Ethan Hunt (ça c’est plus récent hein ?) Et vous passerez par différents chemins cachés (bouches d’aération, égouts…) Mais pas forcément plus long. Toujours avec le choix de tuer ou non vos opposants. Dans le cas de la solution discrète, vous pourrez d’ailleurs compter sur plusieurs augmentations du plus bel effet : camouflage optique, smart vision pour repérer les chemins cachés et les ennemis aux alentours, réducteur de bruit (car ce n’est pas parce qu’on ne vous voit pas qu’on ne vous entends pas) ou encore vos capacités de piratage (qui vous ouvriront des accès plus discrets et vous permettront même de pirater caméras et tourelles, si vous avez débloqué l’option adéquate). Pensez d’ailleurs à cacher les corps des ennemis que vous aurez neutraliser si vous ne voulez pas avoir de problèmes par la suite.

Le fameux outil multifonction qu'on peut confectionner via le menu correspondant

Le fameux outil multifonction qu’on peut confectionner via le menu correspondant

Le piratage, parlons-en, est toujours aussi présent dans ce DE:MD et toujours aussi simple d’accès. Comme dans le précédent jeu, il vous faudra connecter les nœuds entre eux sans que le système vous repère. Ceux-ci ont une échelle de difficulté allant de 1 à 5 piratable seulement si vous avez augmenté votre capacité de piratages dans votre arbre de compétences. Heureusement, vous pourrez accéder à la majorité des contenus (coffres, PC, systèmes de sécurité) et portes bloqués via des codes et mots de passe que vous pourrez trouver tout au long de votre aventure sur les ennemis tués/assommés ou en fouillant votre environnement. Certains tiers seront même amenés à vous donner ces informations si vous rusez bien. Enfin, un objet fait son apparition (il ne me semble pas l’avoir vu dans DE:HR), l’Outil Multifonction Mida, objet permettant de pirater n’importe quoi sans passer par le piratage manuel ni par l’entrée d’un code. Génial pour ceux qui ont du mal ou si vous êtes pressés par le temps (ronde des gardes).

La difficile vie des augmentés

Arrivée à Růžička et rencontre de notre contact

Arrivée à Růžička et rencontre de notre contact

Je vais tenter de vous parler de l’histoire sans trop vous spoiler. Après la mission initiale à Dubaï, vous vous retrouvez à Prague (plus précisément à la gare de Růžička) où vous y retrouvez votre contact du Collectif Mastodonte, une entité secrète chargée de mettre à mal les plans des illuminatis, les «grands méchants » du jeu. Quelques minutes après un contrôle d’identité (le premier d’une longue série), une explosion à lieu faisant de nombreux morts. Vous vous en doutez, les autorités vont accuser les augmentés et plus particulièrement l’ARC, un groupe pacifique qui défend les droits des augmentés et qui est dirigé par l’énigmatique Talos Rucker. Votre mission, et vous êtes obligés de l’accepter, va être de prouver que Rucker et ses compagnons sont innocents et que tout cela est une vaste machination orchestrée par les puissants de ce monde. Bien sûr, vos supérieurs de la TF29 n’en croît pas un mot et vous demanderont d’extraire l’ami Talos d’Utulek (un complexe pour augmentés qui a vite tourné au ghetto et que tout le monde surnomme Golem City) afin de lui poser des questions. En parallèle, Jensen, que vous incarnez (vous suivez ?) Fera sa propre enquête sur son unité car Janus, le fantomatique leader du Collectif Mastodonte pense que le commanditaire de ses attentats ne fait pas partie de l’ARC et que tout cela est bien une machination des illuminatis afin de faire passer la loi du « retour à l’humain » de l’ONU. J’espère que j’ai été clair.

Ne nous mentons pas, l’histoire principale est… Secondaire. Je m’explique : En ligne droite, elle sera vite finie et, malgré quelques bonnes idées, elle souffre d’un développement moyen et surtout d’une fin précipitée qui vous laissera un certain goût d’inachevé, et qui appelle forcément une suite. J’ai déjà hâte de mettre les mains sur celle-ci, en espérant qu’elle se fasse.

Deus Ex: Mankind Divided™_20160908210711

Cependant, l’histoire principale a beau être ce qu’elle est, ce DE:MD est remplie de quêtes annexes extrêmement bien travaillées (oui j’ose) et surtout ayant un impact sur la suite des événements, ou du moins des autres quêtes. Il y aura bien sûr plusieurs possibilités de résolutions pour celle-ci, de la négociation à l’exécution pure et simple. Vous serez par exemple amené à tirer une faussaire des griffes de criminels, à résoudre un meurtre d’augmenté, à faire la lumière sur un bug informatique, ou encore à diffuser la bonne parole de SAMIZDAT, un collectif anarchique qui se bat à coups d’informations contre PICUS (vous savez, le network d’info qui a comme présentatrice l’énigmatique Eliza Cassan). Il y a même une quête que vous pourrez régler avant même qu’on vous demande de le faire si vous avez déjà fini le jeu et que vous avez un peu de jugeotte… Ou un bon guide. Ceci n’est qu’une partie des différentes quêtes que vous pourrez trouver dans Prague et elles vous tiendront en haleine bien plus que le scénario principal (cela a été mon cas). Ce n’est d’ailleurs pas un hasard s’il y a plus de trophées pour celles-ci que pour l’histoire en elle-même.

Choisissez votre poison

Comme dans le précédent Deus-Ex, Adam Jensen est surarmé et dangereux, que vous la jouiez pacifique ou non. Je vous ai rapidement parlé plus haut des différentes augmentations lui permettant de la jouer fine. C’était sans compter sur celles plus offensives comme les nanolames qui peuvent être projetés depuis votre bras cybernétique pour empaler les ennemis ou encore le Typhoon (qui peut être non-létal), dispositif lançant des projectiles tout autour de vous pour un maximum de dégâts. Enfin, certaines augmentations défensives s’avéreront utiles si vous choisissez de la jouer bourrin (Bouclier Rhino, Bouclier Titan).

La totalité des augmentations disponibles

La totalité des augmentations disponibles

Bien sûr, vous ne pourrez pas tuer tout le monde avec votre lame rétractable (l’élimination est du plus bel effet d’ailleurs, au même titre que la neutralisation). Vous devrez alors compter sur un arsenal extrêmement bien fourni : fusil d’assaut, fusil de précision (létal ou non), fusil à pompe, pistolet (taser ou 9mm), revolver et autres lance-grenades. Comme dans tous jeux d’action qui se respectent, Adam Jensen est une unité d’infanterie à lui tout seul.

L'inventaire est toujours géré par case, c'est cool.

L’inventaire est toujours géré par case, c’est cool.

Comblez la Breach

Si le scénario de DE :MD est aussi léger c’est sans doute à cause de ce mode de jeu (j’exagère sans doute mais ça n’est que mon avis). J’ai souvent remarqué que certains jeux ayant historiquement une essence solo se voient amputer d’une partie de leur histoire au profit d’un mode en ligne (multijoueur ou non), comme le Tomb Raider de Square Enix (qui a dit hasard ?)

Deus Ex: Mankind Divided™_20160829085208Deus Ex: Mankind Divided™_20160910231301

Chat Room avec Shadowcat

dans la Chat Room de Shadowcat

Le mode Breach donc est un mode annexe accessible via le menu principal du jeu et dans lequel vous incarnez… Vous même ! Après une rapide introduction via une conversation écrite et sécurisée avec Shadowcat (personnage qu’on retrouve dans un des DLC du jeu), vous rentrez dans le vif du sujet : pirater les différents serveurs de la Banque Palisade afin de mettre à jour tous les secrets qu’elle renferme. Votre but sera donc de parcourir le réseau en activant les nœuds un par un afin de progresser (un peu comme lorsque vous effectuez des piratages). Cependant ici, chaque nœud sera « jouable » (voir ci-dessous). Je m’explique : si vous avez eu la bonne idée de finir le scénario principal (ou d’en faire une grande partie), vous remarquerez que chaque tableau est représenté comme la mission où vous devez utiliser le réseau neural de Jim Miller (vous êtes donc représentés ici en polygones dorés et les commandes sont les même que lorsque vous contrôlé Adam Jensen). Dans ceux-ci il vous faudra remplir une ou plusieurs conditions afin de récupérer des paquets de données (chiffrés en Mo). Celles-ci vont du simple piratage de terminaux jusqu’à l’élimination pure et simple des «anti-virus » présents sur place. Notez que lorsque l’objectif est atteint, il vous faudra rallier la sortie (par laquelle vous êtes entré) en un minimum de temps sous peine de voir le processus annulé et de toute recommencer.

Deus Ex: Mankind Divided™_20160910232034Deus Ex: Mankind Divided™_20160910231406

Votre avatar dans le mode Breach

Votre avatar dans le mode Breach

 

Ce mode réserve bien sûr d’autres subtilités que je vous laisse découvrir par vous-même.

Tout est subjectif

Je ne m’attarderai pas plus sur les graphismes du jeu qui sont dans la moyenne haute de ce qui se fait dans les productions actuelles. C’est tout ce que je demande personnellement vu que je ne suis pas un fanatique de l’image sublime. On regrettera juste parfois quelques problèmes de lumière (environnements qui clignotent selon la position de la caméra), heureusement rien qui gâche notre expérience. A noter que les cinématiques ne sont pas vraiment en temps réel, dommage en 2016.

Quant à la musique, elle ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, surtout que certains thèmes ont tendance à se répéter à l’infini sans transition douce… Ce qui cache un peu l’expérience dans les moments où il y a de la musique.

Je vous laisse avec quelques screens du jeu.

Deus Ex: Mankind Divided™_20160905232056Deus Ex: Mankind Divided™_20160823230941

Deus Ex: Mankind Divided™_20160827174436Deus Ex: Mankind Divided™_20160823230301

Golem City

Golem City

Deus Ex Machina ?

Ce DE:MD est le digne successeur de son prédecesseur en terme de narration comme en terme de possibilités de résolutions du jeu. Que vous soyez un joueur discret ou plutôt un qui fonce dans le tas, vous trouverez votre bonheur chez le dernier né d’Eidos Montréal. Malheureusement le jeu n’est pas exempt de tout reproche (histoire principale plutôt courte, quelques problèmes avec le son, etc) même si les quêtes secondaires, le sujet traité en fond ainsi que la jouabilité au top sauve le tout. On a déjà hâte d’une suite à ce Deus Ex, histoire de boucler la boucle avec une trilogie du plus bel effet?

Let's get ready to rumble!

Let’s get ready to rumble!

Les Plus :
– Les quêtes secondaires
– La jouabilité au top
– Les nombreuses augmentations, létales comme non-létales
– Le mode Breach

Les Moins :
– La bande-son et les effets sonores moyens
– Un scénario principal vite fini
– La différence graphique entre le « ingame » et les cinématiques
– Moins de lieux différents à visiter que dans Deus Ex : Human Revolution

Jouabilité : ★★★★☆  FPS simple et efficace. Le système de couverture (en TPS) n’a pas changé et est toujours aussi efficace. Le seul réel problème reste les exécutions qui ont droit à une séquence filmée à la troisième personne à chaque fois, pouvant ainsi nous perdre dans l’action. 
Réalisation : ★★★★☆ Le jeu a des panoramas très jolis ainsi que les intérieurs qui vont avec. Rien à dire à ce niveau là. Le seul reproche reste la différence cinématique/ingame ainsi que quelques éclairages pas top. Enfin, j’ai eu très peu de bugs : 1 sur l’échelle de Bethesda.
Musique et Son : ★★☆☆☆ Bof, ça m’évitera d’accabler le jeu pour rien et de me répéter. Ma seule déception de ce DE:MD.
Difficulté : ★★★★☆ Si vous jouez en sélectionnant le mode normal et que vous y allez en bourrin. On peut rajouter le double d’étoiles pour les modes les plus difficiles.
Durée de Vie : ★★☆☆☆ pour ceux qui ne s’attardent que sur le scénario principal★★★★☆ pour ceux qui aiment fouiner un peu partout et qui iront jusqu’au bout des nombreuses missions secondaires.

L'appartement de Jensen

L’appartement de Jensen

Ce jeu a été testé avec une version physique PS4 fournie par l’éditeur.

avatar Publié par le 2 octobre 2016. Classé dans à la une, Actualités, PC Windows, PlayStation 4 (Pro), Tests et Avis, Xbox One (X). Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Une réponse pour [Test] Deus Ex : Mankind Divided

  1. Pingback : Rise of Tomb Raider arrive | Game Inferno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *