Billet d’humeur : La Xbox One, retour sur un coup d’épée dans l’eau

Xbox One

Voilà c’est officiel, Microsoft abandonne la connexion obligatoire, le zonage de la console et les restrictions sur la revente, le prêt ou la location de jeux!

Amusant pour les pro-Sony qui y verront sans doute un rétropédalage la queue entre les jambes de la part du concurrent américain de leur fabricant de console préféré.
Réjouissant pour ceux qui appréciaient le modèle de la Xbox 360 et trouvaient ces nouvelles modalités d’utilisations bien contraignantes…

Pour ma part je trouve ce revirement un peu décevant.

Ce n’est pas que j’aime être un pigeon ultra surveillé, bien au contraire. En revanche je ne suis pas dupe… Ma console ne me surveillera pas autant que prévu par Microsoft? Les cookies des sites que je visite, Facebook, la puce GPS de mon portable ou la carte de fidélité de mon supermarché continueront de récupérer ces données que tout le monde semble si attaché à conserver secrètes.

Pour être honnête avec vous, l’annonce des modalités d’utilisation de Microsoft m’avait un peu fait peur. Puis j’ai commencé à réfléchir. Je ne pourrais pas revendre ou prêter mes jeux? Je possède plus de 100 jeux sur Steam que je ne pourrais jamais revendre et qui ne m’appartiennent pas vraiment puisque ce que l’on achète avec Steam est un droit de jouer et pas un bien (à noter que c’est le cas de tout bien culturel dématérialisé, cela donne à réfléchir, non?) Mais j’accepte ce fait car j’ai payé la plupart de ces jeux beaucoup moins cher, à grand coup de promotion et environ 20% moins cher minimum qu’un jeu console puisque la part revenant aux fabricants de consoles n’est pas incluse dans le prix.

Ce modèle économique de promotions est possible avec Steam justement grâce à ces restrictions car la plateforme peut négocier directement avec l’éditeur un weekend à -50% sur une politique de marge compensée par le volume des ventes que cet évènement aura permis. L’impossibilité de revendre ou prêter ces jeux rend les éditeurs bien moins frileux à réduire leur prix.

La connexion obligatoire? Je suis contre le principe mais le fait est que la plupart des joueurs d’Xbox 360 sont connectés en quasi-permanence au Live, qu’ils soient gold ou silver. Une entreprise telle que Microsoft ne prendrait pas à la légère une décision comme rendre obligatoire la connexion si elle n’avait pas de statistiques prouvant que cela ne condamne pas la moitié de ses utilisateurs. C’est une pure logique marketing.

Ce qui m’amène au dernier point, la cible. Il s’agit bien d’un produit et un produit on le vend à quelqu’un de bien précis (ou on le vend moins bien…) La cible de Microsoft pour la Xbox One a du être préparée pendant des mois ainsi que son positionnement stratégique, statistiques des utilisateurs à l’appui afin d’identifier si oui ou non ce public revendait ses jeux, si il était souvent connecté ou pas, etc…Il parait donc évident que la cible visée par la Xbox One correspondait à ces conditions d’utilisation.

C’est donc bien contre le principe de ces restrictions que les joueurs se sont soulevés. Et je le comprend.
Je le regrette également un peu car j’y voyais un potentiel de renouvellement d’un modèle économique vidéoludique dépassé.

Traitez moi de pigeon, de fou, d’hypocrite ou d’utopiste, mais je rêve d’un monde où les joueurs arrêteraient de penser qu’on les prend systématiquement pour des vaches à lait, que le piratage est une bonne réponse pour bien leur mettre profond à ces gros profiteurs et où les éditeurs se rendraient compte qu’il est immoral de vendre un bien non fini simplement pour se récupérer un peu plus de fric dans les poches.

Dans ce monde merveilleux, les seuls DLCs qui existeraient seraient de vrais contenus bonus développés uniquement dans l’intention de prolonger le plaisir du joueur. Et les joueurs seraient tous convaincus que l’industrie du jeu vidéo est un marché et que dérrière les services marketings et les « grosses boites », il y a des gens qui travaillent d’arrache-pied pour nous fournir à nous, passionnés d’évasions numériques en tous genres, de nouvelles expériences toujours plus passionnantes et qu’il est normal de les rémunérer, raisonnablement, pour leurs efforts.

avatar Publié par le 20 juin 2013. Classé dans Actualités, Xbox One (X). Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Une réponse pour Billet d’humeur : La Xbox One, retour sur un coup d’épée dans l’eau

  1. Monsieur Egregorion, je suis fan de vous depuis septembre 2000!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *