Perles de Culture : Aaron – We Cut The Night

Il y a peu d’artistes que je suis assidument depuis leurs débuts, cinq ou six tout au plus. Soit parce qu’ils se perdent en route, soit parce que je ne les retrouve pas au travers de leur évolution. Puis il y a ceux qui restent fidèles à leur style, parce qu’ils explorent en douceur ce vaste univers qu’est la musique. Ils se renouvèlent, sans s’égarer dans les méandres du changement. C’est le cas d’Aaron. Alors je ferme les yeux sur les notes un peu tristes que projettent les baffles, la chair de poule sur les bras. C’est bien eux. C’est le nouvel album d’Aaron : We Cut The Night.

Aaron, c'est eux.

Aaron, c’est eux.

Aaron c’est un duo français qui chante en anglais et au style plutôt électro pop. Aaron signifie : Artificial Animals Riding On Neverland. C’est aussi le nom de leur premier album.

Aaron ce sont des mélodies douces et mélancoliques qui transportent et portées par la voix marquée de Simon Buret, qu’on retrouve également et surtout au piano. C’est également la guitare, la batterie et le piano (encore) d’Olivier Coursier, qui n’est autre que l’ancien guitariste de Mass Hysteria.

Aaron c’est beau, fragile et douloureux. C’est comme une larme qui s’échapperait du coin de l’œil pour glisser lentement sur la joue et s’échouer au bord des lèvres pour faire naitre un sourire.

L'album

L’album

We Cut The Night c’est le troisième album d’Aaron, hors bande originale de film, à écouter allongé tranquillement sur son lit.

We Cut The Night c’est un battement d’ailes sous un ciel menaçant. Une note d’espoir dans l’obscurité. Ce n’est pas ce qu’il te faut pour partir en Springbreak ou avant de sortir en boite. Mais si tu as envie de te laisser porter, emporter, c’est vraiment un album que tu aimeras écouter.

Alors pour croiser les oiseaux dans les bras de l’orage, c’est par ici :

avatar Publié par le 22 février 2016. Classé dans à la une, Actualités, Music Inferno, Perles de Culture, The Other Inferno. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *