[Test] Fairy Fencer F

FFF_Logo

Une fois de plus, Compile Heart nous offre un jeu de rôle japonais, Fairy Fencer F. Comme son nom l’indique en anglais, l’histoire tourne autour de fées (« Fairy ») et d’épées (« Fencer » décrivant un épéiste). Cette fois-ci, ce sont les studios Galapagos RPG, et la volonté est de faire un JRPG, pour les japonais. Malgré cette volonté, le jeu reste assez similaire aux autres jeux de la firme, comme vous allez le voir. Encore une fois, malheureusement, le jeu n’a du texte qu’en anglais, mais a cependant le double audio anglais/japonais, qui plaira aux amateurs de la langue nippone.

FFF_Story

Histoire

Il y a de cela des millénaires, une guerre explosa entre le bien et le mal. La Déesse et le Dieu Démoniaque ont combattu pendant de nombreuses années, puis, dans une ultime attaque, ont réussi à se sceller mutuellement. L’attaque de chaque déité était constituée de nombreuses épées, envoyées vers son adversaire. Celles qui ont touché transformèrent la chair en pierre, les autres, se plantèrent dans le sol, impossible à déloger. Ces armes sont appelées des « Furies », représentant la colère des anciens dieux.

De nos jours, Fang, jeune adolescent paresseux et gourmand, n’a plus le sou pour se payer à manger et dors sous les ponts. Un passant lui parle alors de la légende de l’épée du village. S’il arrive à la retirer de la pierre dans laquelle elle est bloquée, une puissance divine pourra exaucer n’importe quel vœu. Evidemment, le jeune essaye, et réussit. Une fée nommée Eryn apparaît alors à ses côtés. Celle-ci explique qu’en tirant la lame, Fang est devenu Fencer, maître d’une Fury. Elle est là pour l’aider à récolter les autres épées et ainsi libérée la Déesse. C’est cette dernière qui pourra exaucer son vœu.

Evidemment, devant ce monceau de travail qui atteint le jeune homme, il refuse, préférant voler de la nourriture, et finir sa vie en prison : nourri, logé et blanchi. Cependant, en apprenant qu’on pourrait lui couper les mains qui lui permettent de se goinfrer, il décide de s’échapper. Après de nombreuses supplications, il suivra Eryn vers la prochaine Fury. De fil en anguille, il partira vers les autres lames et de nouveaux alliés se joindront à lui.

FFF_GP_Story

Gameplay

Histoire

Comme tout jeu de Compile Heart, on se retrouve avec une histoire contée à l’aide de morceaux de Visual Novel. Attendez-vous à beaucoup lire, mais également à rire. Le jeu à de nombreuses phases humoristiques qui allègent l’ambiance noire qu’on nous rappelle si souvent. Le monde est à la dérive, et on le sait.

De nombreux personnages vous permettront d’en connaître plus sur l’univers, il faudra pour cela leur parler à travers la ville, et découvrir ce qu’ils ont à dire. Lola, l’informatrice, vous vendra ses données pour « quelques deniers ». Emplacement de Furies, monstres plus dangereux et autres joyeusetés, c’est elle qui vous informera de cela, souvent au prix fort.

FFF_Fury

Les Furies

Les Furies contiennent des fées, qui pourront être attachées à vos personnages. Ces fées ont leur propre barre d’expérience et des caractéristiques qui viendront améliorer celles de la personne à qui elle est attachée. Chaque protagoniste ne peut avoir qu’un Fury à la fois, et donc il faudra choisir attentivement ce que l’on recherche comme amélioration pour optimiser notre équipe.

Lorsqu’une Fury est trouvée, la fée qui s’y trouve est peu puissante. Pour réveiller son pouvoir, il faudra aller retirer une des épées plantée dans l’un des deux Dieux. Chaque épée a un niveau : C est le plus bas, B et A sont au-dessus et le plus puissant est S. Une Fury basique ne pourra donc pas vous octroyer la meilleure amélioration. Une fois retirée, la Fury utilisée gagne des pouvoirs variés tels que de la résistance à un type de dégâts, un gain supplémentaire d’XP ou d’or, etc…

Cependant, ce n’est pas tout, il est possible de planter les Fury dans la carte du monde. En faisant cela, on sera capable de modifier les donjons proches. Ainsi, si on désire obtenir plus d’experience dans le prochain donjon, pourquoi ne pas planter à l’entrée une ou deux Fury « +10% d’XP » ? Et bien, sûrement parce que chaque bonus vient avec un malus. Cela peut être moins d’or, moins de PV pour l’équipe ou bien des monstres plus forts. A vous donc de faire attention et tester votre configuration préférée.

 

Exploration

Pour ceux qui auront joué aux derniers jeux de la franchise Neptunia (dont Hyperdimension Neptunia Rebirth 1 qui a son test ici), vous ne serez pas dépaysé.

En effet, le système d’exploration de la map et dans les donjons est quasi identique. Sur la carte, on sélectionnera notre destination à l’aide d’un curseur, afin d’y entrer. Comme indiqué plus haut, les donjons peuvent changer en fonction des Furies plantées dans la carte du monde, pouvant radicalement changer l’expérience de jeu du donjon.

Dans les donjons justement, on se déplacera à la troisième personne avec la possibilité d’ouvrir des coffres et de sauter pour éviter les trous et se sortir de certains culs-de-sac. On a même dans certains niveaux un peu de plate-forme si on veut avancer (rassurez-vous, rien de bien compliqué).

La possibilité de prendre l’avantage sur un ennemi en le frappant est évidemment disponible. De cette façon, vous commencerez le combat en pouvant frapper vos ennemis avec une action gratuite.

FFF_Combat

Combat

Comme pour l’exploration, le système de combat se rapproche de Hyperdimension Neptunia.

Vous aurez le droit de vous déplacer autant que vous le voudrez dans une certaine zone autour de vous. Une fois une action effectuée, votre tour se terminera. Parmi les actions disponibles, on trouvera évidemment les classiques « attaque » et « magie », mais également « Fairize » et une compétence spéciale dépendant du personnage.

L’attaque dépend de votre arme et commence un combo. Au début du jeu vous n’aurez pas de combo, et qu’une seule arme. Cependant votre Fury peut changer de forme en court de combo. Vous pourrez donc profiter des points faibles à certains types d’armes que les monstres peuvent avoir. Pour améliorer vos Furies et combos, il faudra utiliser les WP (Weapon Points) obtenus à la fin de chaque combat. Ils permettent également d’acheter de nouvelles magies, compétences et améliorations de caractéristiques. La magie comprend aussi bien des soins que des attaques.

FFF_Fairize

La compétence Fairize permet à vos personnages de fusionner avec leur Fury. De cette façon, ils font plus de dégâts et ont plus de défense. Ils ont également un aspect de mecha bien cool qui évolue avec le niveau de votre Fury. De son côté, la compétence spéciale est spécifique à chaque personnage. Elle permet souvent d’améliorer les caractéristiques du personnage pour le temps où elle est activée, mais en contrepartie, vous devrez dépenser des points de magie pour toutes vos attaques et vos attaques magiques coûteront plus cher.

 

Durée de Vie

Niveau durée de vie, vous serez servis. Le jeu se fait en une trentaine d’heures et comporte plusieurs fins. Pour les chasseurs de trophées, malgré la montagne de trophées secrets, ils sont relativement simples à obtenir (attention à ceux qui peuvent être manqués). Il vous faudra cependant terminer le jeu au moins deux fois pour ramasser l’entièreté des Furies.

Conclusion

Pour conclure, je dirais que Fairy Fencer F est un bon RPG mais un peu générique. Les personnages sont classiques, l’histoire également, mais elle saura quand même vous tenir en haleine. Cependant, si vous n’aimez pas le grinding, passez votre chemin : certains pics de difficulté demandent un bon temps d’expérience à faire. Du côté de la bande son, on trouvera du J-Rock agréable mais je l’ai trouvé oubliable dans la plupart des cas.

FFF_Logo

Fairy Fencer F a été testé sur une version officielle dématérialisée offerte par Koch Media.

avatar Publié par le 26 septembre 2014. Classé dans à la une, PlayStation 3, Tests et Avis. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*