Sykli The Fourth – Disgaea 4 : A Promise Revisited

 

Disgaea 4 - Title

Disgaea 4 coverDisgaea 4 : A Promise Revisited est un Tactical-RPG développé par Nippon Ichi Software Inc et sorti le 29 août 2014 sur PlayStation Vita. C’est le remake de Disgaea 4 : A Promise Unforgotten sorti en 2011 sur PlayStation 3, incluant l’intégralité des DLC sortis jusqu’ici (plus de 60€ de contenu) en plus d’une refonte graphique. Tenez-vous bien : les textes du jeu sont intégralement en français \o/ (accompagnés de doublages anglais/japonais de qualité).
Ce Disgaea 4 est l’occasion parfaite de découvrir cette saga riche et profonde qui, grâce à de petites modifications, se retrouve plus facile que jamais à prendre en main. Je reviendrai précisément sur ce point plus tard, je tenais juste à le dire tôt dans le test. C’est fait, je suis content.

.

Once upon a time

Valvatorez le Tyran n’est plus. Le vampire au destin tout tracé en Enfer a cessé de boire du sang et a donc perdu ses pouvoirs suite à une promesse. Notre héros n’est donc plus bon qu’à se nourrir de sardines et à former les prinnies, les êtres les plus insignifiants des Enfers à qui il faut apprendre l’obéissance pour qu’ils exécutent toutes les plus basses tâches.
Cependant, la politique du gouvernement infernal a changé : un décret de suppression massive des prinnies a été mis en place. Remettant en cause le poste de notre héros mais aussi l’ordre des choses en Enfer. Cette situation est intolérable et il va falloir mener la révolte pour comprendre et redonner à l’Enfer tout son éclat.

Les classieux Fenrich et Valvatorez

Les classieux Fenrich et Valvatorez

Le scénario sert, comme d’habitude dans Disgaea, d’occasion pour grimper les échelons jusqu’à éclater le chef en place, le tout avec une bonne dose d’aventure loufoque qui saura vous faire rire ou au moins sourire.
Le groupe de personnages présenté est extrêmement complémentaires et ils ont chacun un riche background. Cette version Vita contenant tous les DLC permettent d’approfondir un peu plus chaque personnage. Ainsi, aucun d’eux n’est mis de côté.

.

« Simple à prendre en main, difficile à maîtriser »

Cet adage que l’on réserve aux meilleurs crus du jeu vidéo est totalement valable pour ce Disgaea 4.
Le jeu reste un tactical-rpg classique en damiers. Il est découpé en chapitres, chacun composé de 5 à 10 niveaux, le tout entrecoupé de cutscenes faisant avancer le scénario.
Vous avez donc l’entière responsabilité des personnages sur le terrain et des armes qu’ils utiliseront.
Certains niveaux sont orientés « puzzle-game » au travers des geoblocs qui donnent à certaines cases du plateau des propriétés particulières telles que « boost ennemis x3 », « Exp x50 », « Pas d’attaque distante », etc…

HEADSHOT!

HEADSHOT!

Notons qu’une des particularités de Disgaea 4 est le post-game. S’il vous faudra un temps de jeu relativement classique pour finir le scénario, le tout à un niveau normal pour un RPG (niveau 90-100 pour une quarantaine d’heures), faire le jeu à 100 % vous emmènera à dépasser allègrement les 200 heures de jeu !

Mate mes dégâts!

Mate mes dégâts!

Une fois le jeu terminé, les choses sérieuses commencent ! Déjà naturel dans les précédents Disgaea, ce constat est encore plus vrai dans cette version contenant pour plus de 60€ de contenu additionnel par rapport à la mouture PS3. Parmi les DLC, on trouve quatre épisodes composés de 16 niveaux chacun et un scénario additionnel (La rencontre entre Valvatorez et son fidèle ami loup-garou Fenrich). De plus, il sera possible de recruter une pléthore d’anciens personnages de la saga, le pied pour les nostalgiques.
Dans cet « après-scénario », la progression est beaucoup plus lente mais le challenge est plus ardu que jamais. Bien que grand fan de la série, je n’ai jamais été au bout du challenge menant au niveau ultime de 9999 (oui monsieur, 9999). Vous y trouverez la dose de contenu jalonnant les différentes étapes. Enfin, ne vous inquiétez-pas, le jeu vous laisse rarement seul à farmer bêtement ou du moins, jamais bien longtemps.

L'attaque "Lapinou of the Dead"

L’attaque « Lapinou of the Dead »

Dans le rang des nouveautés on note le cheat shop (déjà aperçu dans Disgaea D2 mais logiquement absent de la version PS3 de Disgaea 4, celui-ci étant sorti avant Disgaea D2) qui révolutionne le farming. En effet, ce passage obligé et rébarbatif se retrouve grandement amélioré (et donc moins long) par la possibilité au fil du jeu de pouvoir obtenir des bonus d’expérience montant jusqu’à +300%.

L'attaque "Love Dynamite"

L’attaque « Love Dynamite »

On ajoutera aussi la simplification du système de maîtrise d’armes, d’apprentissage de compétences, la présence de l’item world ainsi que du système de vote à l’assemblée. Je ne saurai pas vous dire si c’est le jeu original ou le fait qu’il y ait les DLC, mais il y a énormément de quêtes annexes qui servent plus à fluidifier l’après jeu qu’à l’allonger inutilement. Je prends mon exemple personnel : j’ai distillé les quêtes annexes dans mon farming et j’ai dû monter niveau 150 pour réaliser mes premières annexes, puis 200 et ça grimpe, ça grimpe… Jusqu’au niveau 9999 !! Surtout que le fait que le jeu soit en français facilite énormément cette partie chronophage de Disgaea 4.

Le cast de Disgaea 4

Le cast de Disgaea 4

D’ailleurs, si vous n’êtes pas convaincu par tout ce que je viens de vous dire, je vous invite à tester la démo. J’ai moi-même pris la peine de l’essayer et elle fait honneur au jeu complet, tant dans l’ambiance que dans le gameplay proposé. Elle vous place tard dans le jeu (avec beaucoup de ressources et de possibilités) afin de vous donner un aperçu fidèle de Disgaea 4.

.

Le « One More Thing »

« Bon ok, il y a plein de choses à faire, c’est super complexe, peut-être un peu trop mais finalement, tous les RPG sont comme ça » me diras-tu jeune innocent… A raison ! Oui, Disgaea propose tout ce qu’il y a de plus classique dans le genre et la série se paye le luxe d’à peine évoluer au travers des années :

1 – Le jeu ne demande que le degré d’investissement que vous avez envie d’y mettre. Toute la première partie pour boucler le scénario reste du niveau d’un J-RPG classique. Pas tant besoin que ça d’intégrer toute la complexité du jeu pour le finir. Vous allez bidouiller un peu pour voir mais si vous vous contentez d’acheter l’équipement nécessaire, la progression ira dans le bon sens. Il m’aura fallu 42 heures pour le boucler sans me casser la tête à farmer plus que de raison. L’apprentissage du jeu et de ses mécaniques ne s’arrêtent pas à la fin des crédits et vous n’aurez pas besoin de tout maîtriser pour en voir le bout.

Dialogue absurde - Part I

Dialogue absurde – Part I

2 – L’autre grand point important de ce Disgaea 4, c’est son humour. Autant dans l’histoire, les dialogues ou les attaques spéciales, le jeu saura vous faire sourire voir rire vu les situations ubuesques dans lesquelles vous allez vous retrouver. Quelle sera la prochaine attaque spéciale loufoque que je vais débloquer ? Quelle sera la prochaine vanne débile que va sortir Fuka ? Dans quelle situation les scénaristes vont ils nous placer ? L’OST très réussie (bien que peut-être un peu répétitive) renforce cette ambiance de maison hantée déjantée et cela fait partie des raisons qui donnent envie d’avancer. Pour ne pas spoiler ce jeu, en guise d’exemple, je ferai référence à un duel épique contre les Bioman pour prendre le contrôle des Enfers dans Disgaea 1.

Dialogue absurde - Part II

Dialogue absurde – Part II

Malgré tout, Disgaea 4 : A Promise Revisited garde certains défauts de la série : les angles de la caméra peuvent être pénibles, les dialogues fleuves bien que souvent drôles sont parfois usants, les graphismes auraient mérité d’être encore plus travaillés et le temps d’apprentissage des mécaniques du jeu reste ardu (il aurait pu être mieux distillé).
Abyssale, chronophage et passionnante. Voilà les termes qui définissent la saga Disgaea dont ce quatrième opus est un des plus beaux représentants.

See ya dude!

See ya dude!

Disgaea 4 : A Promise Revisited a été testé sur une version boite officielle offerte par Koch Media.

avatar Publié par le 11 septembre 2014. Classé dans à la une, PlayStation Vita, Tests et Avis. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

4 Réponses pour Sykli The Fourth – Disgaea 4 : A Promise Revisited

  1. Ahah excellent article ! Je vais de ce pas telecharger le jeu pour en profiter au plus vite. J’avais peur que la série ne se renouvelle pas mais les persos sont tellement charismatiques…
    A moi les 9999 heures de jeu mouhaha. Adieu la vie !

  2. Pingback : Disgaea 5 - Alliance of Vengeance | Game Inferno

  3. Pingback : [Test] Hyperdevotion Noire: Goddess Black Heart | Game Inferno

  4. Pingback : Il n'est jamais trop tard pour un Top 2015 | Game Inferno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *