Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

(New) Nintendo 2DS (New) Nintendo 3DS à la une Actualités Tests et Avis

Hometown Story, l’histoire d’un magasin

Ce jeu a été testé avec une version presse

Qui n’a jamais eu envie d’ouvrir une petite boutique d’alimentation générale dans un petit village perdu au fin fond de la cambrousse japonaise ? Moi, et vous sans doute, mais c’est pourtant ce que nous propose de faire Hometown Story, un jeu de gestion que l’on doit au créateur d’Harvest Moon.

 HTS_logo

Harvest Moon, pour ceux qui comme moi ne connaissaient pas, est une licence proposant de gérer une ferme qui a commencé sur Super Nintendo et qui continue encore à sortir de nouveau opus régulièrement (le dernier datant de 2013 sur 3DS).

Dans Hometown Story pas de ferme mais un magasin. C’est un pur jeu de gestion sorti le 2 mai 2014 en Europe sur Nintendo 3DS, il a été développé par nos amis de ToyBox, et édité par Natsume.

Hometown Story Jaquette

 

 

L’histoire en elle-même est assez… expéditive. Votre Grand-mère est morte et on vous demande de venir reprendre sa boutique dans un village paumé où vous aviez passé votre enfance. Une fois là-bas, une sorte de… Bestiole volante vous explique comment placer les présentoirs et les articles et comment moduler les prix : vous voilà largué dans le jeu, c’est là que ça se complique.

Votre objectif ? Ben on ne sait pas. On nous parle bien d’une histoire de plume bleue cassée en sept morceaux à compléter… Mais c’est tout. Les morceaux se gagnent automatiquement lorsque l’on fait des ventes. A vous donc, de vous déplacer dans le village pour ramasser tout ce qui traîne pour la revente (des truffes, des herbes, des fraises… Vous pouvez même pêcher), de vous approvisionner dans les autres boutiques du village (pour revendre aussi plus cher chez vous… Les villageois sont quand même pas malin) et de fournir à votre clientèle un stock toujours plus garnis.

shopfr 1
L’inventaire est pas clair et le placement fastidieux

Là encore ça part en cacahuète. La maniabilité dans le magasin est vite agaçante, surtout quand on cherche à poser les présentoirs. La gestion de l’inventaire n’est pas non plus idéale, surtout qu’il n’y a quasi aucune explication.

Le pire reste les déplacements dans le village. La caméra est digne des plus mauvais jeux de la Nintendo 64, elle part dans tous les sens ! Vous finissez toujours dans le mur lors des intersections car elle aura tourné dans n’importe quel sens… Au final, on garde les yeux sur la mini carte d’en dessous afin de ne pas balancer la console par la fenêtre.

Autre détail très vite agaçant : les « quêtes » des PNJ secondaires. Certains d’entre eux demandent à notre personnage de leur récupérer des objets particuliers, tel qu’une tomate reine ou une boite de conserve vide. Sans compter les demandes de livraison de tel ou tel objet à telle heure à telle personne. En soit, rien de bien original… Sauf que vous n’avez AUCUN journal ou carnet répertoriant vos commandes en cours. Rien, nada. Conclusion : soit vous jouez avec un cahier sur les genoux pour noter au fur et à mesure, soit, comme moi, vous vous retrouvez soudainement à vous demander qui voulait déjà cet item et quand/où il fallait le livrer. Surtout que dans ce jeu, vous pouvez vous procurer des objets de « quêtes » bien avant d’avoir la commande s’y rapportant. Une logique à toute épreuve puisque vous vous retrouvez alors avec des objets dont vous n’avez pas la moindre idée de leur utilité.

Cependant, ce jeu n’a pas QUE des mauvais cotés. Déjà, parce qu’au final, le système d’achat/vente est plutôt bien foutu. Vous pouvez moduler le prix en fonction de vos envies, sans respecter obligatoirement le prix conseillé. Le risque étant juste que si vous vendez un objet trop cher, il ne partira pas. De plus, les nombreuses interactions avec les autres personnages sont vraiment sympas. Car toutes les « commandes » ne se produisent pas de l’initiative des autres PNJ. Certains des objets « de quêtes » doivent être présenté dans le magasin pour créer l’événement (mais du coup, vous vous retrouvez parfois avec le magasin surchargé d’objets invendables en espérant qu’un PNJ viendra le chercher…)

Le système des prix est vraiment bien foutu, simple mais efficace
Le système des prix est vraiment bien foutu, simple mais efficace

Le gros point fort du jeu, c’est son ambiance. Déjà, il est plutôt beau. C’est le même genre de graphisme que Dragon Quest IX, très typé RPG-Japonais, mais en moins bien réussi sur les animations. Les illustrations des personnages lorsqu’ils parlent sont eux très beaux et très japonais aussi. Surtout, il y a une réelle ambiance dans ce jeu qui réussit à enchanter le récalcitrant joueur que j’étais. Je me suis par moment retrouvé embarqué dans le jeu, en me marrant des petites histoires qui se mettent en place autour des différents personnages avec les nombreuses cinématiques permettant la présentation du village, d’en apprendre plus sur les personnages et d’en découvrir de nouveaux.

Les graphismes sont vraiment très typé "J-RPG"
Les graphismes sont vraiment très typé « J-RPG »

Niveau fond sonore, là aussi, on est dans du classique des J-RPG. Chaque personnage important à son propre thème et les musiques d’ambiance sont sympas même si rapidement répétitives.

Je vais être franc, je ne suis pas un fan des jeux de gestion mais je dois avouer que celui-ci possède une réelle ambiance, embarquant le joueur et devenant vraiment sympa à jouer lorsqu’on lui laisse sa chance. Cependant, il possède de nombreux défauts (caméra pourrave, absence de suivi des commandes…) qui rebutent au premier contact et peuvent totalement gonfler à la longue. Surtout, il est ultra répétitif si l’on y joue trop longtemps sans faire de pause.

Je lui décerne un petit 12/20 parce que malgré tous ses bons côtés, il possède trop de défauts pour être véritablement jouissif. Cependant, les vrais fans de jeux de gestion l’adoreront, vraiment (j’ai fait l’expérience avec ma grande sœur et ma nièce de 4 ans et j’ai eu du mal à récupérer le jeu…)

1 COMMENTS

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :