Penny Dreadful, plongée dans la noirceur de Londres

Penny Dreadful logo

Avant que je vous parle de la série, il faut que vous compreniez ce qu’est un « Penny Dreadful ». Bien évidemment, j’ai fait une recherche sur le net pour vous donner une explication assez précise. C’était un genre littéraire populaire au Royaume-Uni durant le XIXème siècle. Des histoires d’horreurs fictives étaient publiées sur plusieurs semaines (au format d’un petit livre) au prix d’un Penny.

Le titre est donc parfait pour cette fiction qui explore les mythes horrifiques que l’on connait tous comme Dracula ou Frankenstein. Le tout se déroule à Londres pendant une période que j’aime énormément, celle de Sherlock Holmes et de Jack l’éventreur. Cerise sur le gâteau, le casting est assez impressionnant avec entre autres Timothy Dalton, Eva Green et  Josh Harnett. La chaine américaine Showtime, à qui l’on doit également Homeland et Dexter, nous régale encore avec une série qui met cette fois l’horreur à l’honneur.

L'équipe qui affrontera tous les dangers.

L’équipe qui affrontera tous les dangers.

Eva Green et les autres

penny-dreadful-eva greenElle est tout simplement époustouflante dans son rôle. Son personnage de Vanessa Ives est le point central de l’équipe et son jeu d’actrice vous transportera, aussi bien dans l’élégance et la grâce que dans la folie et la perversion. Ses grands yeux qui nous transpercent et son visage aux traits sévères nous plongent dans l’admiration de sa beauté mais aussi dans l’aspect  froid et sombre qu’ils peuvent dégager. J’ai pris un malin plaisir à la voir sombrer dans les profondeurs du mal qui ronge Londres la nuit. Les autres remplissent aussi pleinement leurs rôles. Josh Harnett avec sa tête de bel américain musclé à ce côté moins sophistiqué que peuvent avoir les Britanniques. Timothy Dalton se pose en acteur d’expérience en jouant avec brio un homme charismatique et fédérateur. Reeve Carney et sa silhouette fine et légèrement androgyne représente à merveille la luxure. Enfin, j’ai (aussi) beaucoup aimé Billie Piper (vu dans Docteur Who) dans son rôle d’une prostituée amaigrie. Les personnages leur collent à la peau !

Synopsis

Londres, 1891, ville sordide dans laquelle se produit des meurtres atroces et sanglants. Sir Malcom Murray, un homme riche ayant parcouru le monde, y est allié à Vanessa Ives, mystérieuse femme aux pouvoirs occultes, dans une quête commune. Ils rencontreront Ethan Chandler, un américain qui manie les revolvers avec précision. Sir Murray va alors lui proposer de les accompagner afin de les protéger durant une expédition souterraine en le prévenant qu’il verra des choses qu’il n’a jamais vu. Ainsi commence l’aventure de cette bande, qui sera vite rejoint par le Docteur Victor Frankenstein pour les aider.

Penny.Dreadful Victor Frankenstein

Que fait le Docteur?

Réalisation

Le projet Penny Dreadful a été écrit par le duo John Logan/Sam Mendes qui a déjà travaillé sur le dernier James Bond, Skyfall. Quatre réalisateurs se succèderont par la suite pour tourner les huit épisodes de cette première saison.

Les décors et les costumes sont sublimes et aident grandement à se plonger dans cet univers à la fois beau et monstrueux. Le Londres de la fin du XIXe siècle est omniprésent, sale, sombre et angoissant tout au long de la série. Les protagonistes se retrouvent souvent à déambuler dans les rues animées, en journée et en soirée, mais aussi la nuit, lorsqu’elle deviennent vide et glauque.

Certains épisodes sont parfois haletants et nerveux, tandis que d’autres sont plus calmes, contemplatifs et psychologiques. Cet équilibre permet de ne pas s’ennuyer.

Pour le style, J’ai eu le sentiment de voir le schéma classique d’un jeu de rôle ou d’un livre de Fantasy. Chaque Personnage à son rôle à jouer. Il y a le guide (Eva Green), qui est le lien avec les êtres maléfiques qui rôdent. Le héros (Timothy Dalton), qui donne un but à l’aventure et qui réuni tout le monde. Le bras armé (Josh Harnett), jouant le rôle de l’homme fort de la bande. L’érudit (Harry Treadaway), le magicien ou le mage dans les livres de Fantasy, qui apporte ici l’aspect scientifique dont le groupe a besoin pour comprendre ce à quoi ils sont parfois confrontés. Chaque personnage a un passé qu’il essaye de cacher ou d’oublier, ce qui les rend encore plus intéressants. Pour finir, il y a aussi des protagonistes qui gravitent autour d’eux, tous aussi intrigants et charismatiques les uns que les autres. Le majordome (Danny Sapani) de Sir Malcom Murray en tête.

Les décors sont magnifiques

Les décors sont magnifiques

En conclusion, je pense qu’il serait dommage de passer à côté de cette série dont la première saison compte, je le rappelle, huit épisodes de 60 minutes. Pour couronner le tout, sachez qu’elle est disponible sur Netflix et que la saison deux est déjà annoncée, l’intrigue étant loin d’être terminée!

Je vous mets le trailer ci-dessous:

avatar Publié par le 5 décembre 2014. Classé dans à la une, Actualités, The Other Inferno, TV Inferno. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

2 Réponses pour Penny Dreadful, plongée dans la noirceur de Londres

  1. J’ai vu la saison 1 en VOSTFR il y a un petit moment déjà et j’ai adoré. Eva Green a sans doute trouvé ici LE rôle de sa carrière, bien que celle-ci soit loin d’être terminée! Elle brille dans les ténèbres de PENNY DREADFUL. Elle s’élève et nous emporte au travers des travers de son personnage plus que torturé. Magnifique série.

  2. Exactement. Je suis vraiment pressé de voir la suite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *