Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une PC Windows PlayStation 4 (Pro) PlayStation 5 PlayStation Store Tests et Avis Xbox 360 Xbox One (X)

[Test/Avis] Nier Replicant ver.1.22474487139…

Avant toute chose, il faut savoir que je n’y connais rien à Nier, enfin à part que j’ai joué à Nier : Automata en 2017, un peu sur un coup de tête. Longtemps on m’a soutenu que le premier Nier était un chef d’oeuvre scénaristique mais au gameplay trop daté et longtemps, j’ai donc refusé de le faire à cause de ce dernier point. Vous imaginez donc bien que j’étais le premier en joie lorsqu’ils ont annoncé un remaster de celui-ci. J’allais enfin pouvoir me faire un avis personnel sur la question.

Replicant pas Gestalt

Vous le savez sans doute, la genèse de Nier prend place dans Drakengard, dans sa fin E exactement, et c’est de là que découle tout ce qui va suivre. En 2010, sort le Nier original au Japon, mais en deux versions : Replicant sur PlayStation 3 et Gestalt sur Xbox 360. La principale différence entre les deux jeux est que le protagoniste, Nier, est un adolescent dans Replicant et un adulte dans Gestalt, ce qui change alors les rapports avec Yonah, la petite fille accompagnant notre héros. Elle est donc sa petite sœur dans Replicant et sa fille dans Gestalt. C’est d’ailleurs cette dernière version qu’on aura en Occident, toutes consoles confondues.
Avec ce remaster de Nier, appelé Nier Replicant ver.1.22474487139… Vous l’aurez compris, on suivra les pas d’un Nier adolescent. J’espère que vous avez suivi.

l’Aire

La réplique

Le jeu commence en 2053, dans les ruines de notre civilisation. Nier (le protagoniste) est amené à défendre sa petite sœur Yonah, qui est en train de mourir à petit feu d’une maladie mystérieuse, contre des monstres en forme d’ombres. Après plusieurs combats qui font plutôt office de tutoriel pour vous familiariser avec les commandes du jeu, vous retrouverez Yonah plus mal en point que jamais à proximité d’un grimoire noir (et là, en écrivant ses mots, je viens de constater un truc, enfin bref). Boum, saut dans le temps, vous vous retrouvez 1412 années plus tard dans un petit village où vous avez été accueillis par celle qui le régisse : Devola et Popola. Votre but sera alors de répondre aux différentes demandes des deux sœurs afin de remettre en place plusieurs commodités mais aussi de (re)nouer le contact avec les autres villes du jeu.

Devola et Popola

De plus, après un événement scénaristique, la visite du Temple Oublié, vous ferez la connaissance de Weiss, un grimoire blanc qui a l’air d’avoir une idée de comment guérir votre sœur de la maladie qui la ronge. Vous allez alors partir en quête de tous les vers scellés du monde afin de pouvoir la sauver. À noter que chaque vers scellés récupérés sera une magie que vous pourrez utiliser, il y en a huit différentes en tout. Je resterai nébuleux sur l’histoire afin de vous laissez apprécier l’histoire par vous même.

Le Temple Oublié

Ballade dans un monde délabré

Vous l’avez compris, ce n’est pas la joie dans ce monde. Plus encore si vous avez joué et fini Nier : Automata, vous savez que ce qui vous attend n’est pas bien rose. Cependant, contrairement à 2B, Nier est une bonne poire, même un bouquet de poire. Il sera prompt à aider tout le monde, absolument tout le monde, sans demander de raison, ce qui va vous mener à mettre le nez dans les affaires de tout le monde et surtout à effectuer un nombre incalculable de quêtes. Pour la plupart, même si elles sont plutôt scénarisées et parfois importante dans le scénario principal, vous aurez surtout droit à des quêtes FedEx. Prendre la quête à un point A, trouver le commanditaire à un point B, trouver les matériaux à un point C quand il ne faut pas le pêcher ou le cultiver (car oui il y a aussi du jardinage dans le jeu) pour ensuite retourner voir le commanditaire au point B. Je vulgarise un peu mais c’est clairement ce qu’il se passe dans la majorité des quêtes annexes de Nier Replicant.

La vieille du Phare de Littoral qui s’embrouille avec Weiss

Heureusement elle permet d’étoffer le lore du jeu et de faire la rencontre de PNJs plus ou moins attachants. Vous pouvez donc vous en passer mais je ne le conseille pas. Les quêtes de ce genre ne me dérangent pas plus que ça en règle général, sauf que, lors du premier acte du jeu, il vous faudra absolument faire tous vos déplacements « à la main », et oui, pas de déplacement rapide pour vous aider. Prenez donc de quoi boire et manger, le voyage promet d’être long mais passionnant.

Tout au long de votre aventure, vous serez donc amené à visiter plusieurs endroits. La ville de Façade, une cité dans le désert régit par des lois absurdes, l’Aire, une cité suspendue au-dessus d’un ravin, Littoral, une cité balnéaire rappelant les côtes grecques et bien d’autres.

Façade
le Désert
Littoral
Votre village

La prouesse d’ailleurs de Yoko Taro ici, comme on n’avait pu le voir dans Nier : Automata d’ailleurs, est de proposer plusieurs gameplay et point de vue différents. Vous évoluerez en 3D à la troisième personne la plupart du temps, mais certaines phases seront en 2D horizontale (comme lorsque vous rentrez dans les bâtiments), d’autres seront en 3D isométrique (donc en vue du dessus, un peu comme dans Diablo, pour citer un exemple connu) et il y aura même un petit « bonbon » que je n’ai pas vu venir lors de la quête principale vous menant à la Forêt des Légendes, vous n’êtes clairement pas prêt.

3D iso
ou 2D?

Arsenal sombre ?

Lors du prologue, vous vous battez avec un long tuyau rouillé du plus bel effet (NON).
Tout au long du premier acte, vous combattrez avec un seul type d’arme, les épées à une main. Légère, efficace, rapide, c’est le plus simple pour appréhender le jeu. Vous pourrez aussi affecter des commandes d’esquive et de parade sur les boutons de tranches (L1-L2, R1-R2 sur PlayStation 4) ainsi que les magies au même endroit. Huit magies, quatre boutons possibles, sacrifierez-vous l’esquive et la parade pour avoir plus de commandes magiques disponibles? Cela dit, le changement se fait très rapidement en plein combat, ce qui n’est pas plus mal. Surtout que l’esquive est quasi vitale dans le jeu et la parade, si bien exécuté (le timing parfait, vous connaissez), vous permettra de prendre l’avantage sur vos assaillants et dans finir vite avec les combats qui, avouons-le ne sont pas bien difficiles.

épée à une main…

Dès le deuxième acte, qui se passe cinq ans après le premier, vous aurez accès à deux nouveaux types d’armes : les épées à deux mains qui font plus de dégâts mais sont aussi plus lentes et les lances, plus rapides que les épées à deux mains mais faisant de moins de dégâts (mais un peu plus lentes que les épées à une main pour plus de dégâts). Enfin ça, c’est si vous n’avez pas améliorez vos armes.

…épées à deux mains…
…lances

Au combat, lorsque vous tuerez des ombres, il arrivera que celles-ci donnent un mot en fin de combat. Ces mots, pourront ensuite alors être affectés à vos différentes armes et compétences (magiques) afin d’en augmenter leurs effets. Ce n’est pas au niveau des puces de Nier : Automata, mais on sent clairement la genèse de celles-ci dans Nier.

Mots

Dernière chose. Il est de notoriété publique que les combats du Nier original est infect et, en regardant quelques vidéos, force est de constater que ce n’est pas vraiment exagéré. Avec ce remaster, Toylogic (studio fondé par des anciens de Cavia) en a profité pour rendre plus fluide le système de combat, le rendant ainsi plus moderne et plus « bayonettable ». En effet, PlatinumGames qui a développé Nier : Automata est intervenu en la personne de Takahisa Taura, une des têtes du studio, afin de participer à toute la partie du développement liée au combat, pour notre plus grand plaisir.

Audio Technica(l)(et graphismes) ver.1.22474487139…

Graphiquement, même si ce n’est pas transcendant, le jeu fait le travail. Les effets de lumière sont vraiment du plus bel effet, les personnages sont très bien modélisés, même si parfois un peu rigide lorsqu’il s’agit des PNJs. Malgré le matériau de base, ce remaster fait donc honneur au jeu original. On pourra bien sûr chipoter sur quelques textures indignes de la PS4/Xbox One/PC, choisissez votre poison, mais ça serait plus de la malhonnêteté qu’un avis éclairé. De plus, le jeu a la bonne idée des stables et de ne subir aucun ralentissement tout au long de l’aventure, ce qui n’est pas un gage automatique encore en 2021 dans les différentes productions vidéoludiques.

Sublime n’est-ce pas?

Pour ce qui est de la musique, comme dans le jeu original et comme dans Nier : Automata, le travail a été confié à Keiichi Okabe et son équipe du studio MoNACA, avec au chant Emi Evans qu’on ne présente plus avec son fameux mélange des langues (surtout anglais, portugais, français et japonais) pour toutes les parties qu’elle chante. J’espérais d’ailleurs des morceaux aussi marquant que dans Nier : Automata, j’ai eu droit à des morceaux qui m’ont encore plus transportés. Au hasard ? Snow in Summer, Hills of Radiant Winds, Songs of Ancients, The Wretched Automatons, Fleeting Words et ma préférée Temple of The Drifting Sands. Je pourrais toute les citer, mais je vous laisse faire vos recherches. Ce qui m’a d’ailleurs le plus frappé dans les musiques et les chants de ce Nier Replicant ver.1.22474487139… C’est que dès le début elles sont épiques. Vous n’avez droit à aucune entrée en matière car on vous balance directement dans l’épique audio alors que vous ne faites que courir dans la Plaine Septentrionale, c’est fort. D’ailleurs, vous ai-je déjà dit que j’ai assisté au concert Nier Orchestra à Londres en février 2020 ? Maintenant vous le savez et c’était génialissime.

Les doublages, comme souvent avec Square Enix à la baguette, ils sont de qualités, aussi bien en anglais qu’en japonais (vous avez le choix des langues). Par contre, et c’est là que le bât blesse, un des personnages qui compose votre équipe, la fameuse Kainé, a droit à des « bip » de censure lorsqu’elle parle pour la simple et bonne raison qu’elle a un langage grossier. Cependant, cette particularité n’est présente qu’avec les voix japonaises et n’est pas du tout retranscrite à l’écrit.

La copie est-elle conforme ?

Je n’en ai pas la moindre idée car je n’ai pas fait le jeu original mais ceux qui l’ont fait et avec qui j’ai pu partager sur le sujet m’assure que c’est le cas. Donc je ne vous apprendrais rien si vous avez déjà fait le jeu original mais c’est un sublime cadeau que de le refaire via ce remaster. Bien sûr, qui dit Nier, dit scénario transcendant aux multiples fins et là aussi vous serez servi. Finalement, si je devais vous donner mon propre avis sur le fait qu’il est vraiment mieux scénaristiquement que Nier : Automata, je ne pourrais pas, tant celui-ci serait biaisé par le fait que j’ai commencé la saga par ce dernier et qu’il a marqué mon année 2017 et ma vie de joueur à tout jamais.

Les Plus :
– Le scénario
– Les personnages (principaux comme PNJ)
– La bande-son
Les Moins :
– Certaines quêtes annexes vraiment chiantes, surtout lors du premier acte. Ça s’arrange ensuite

Jouabilité : ★★★★☆ On sent la patte PlatinumGames sur ce Nier Replicant ver.1.22474487139 et ce n’est pas pour nous déplaire. Merci pour ces combats. Quant au reste, je n’ai rien à y redire.
Réalisation : ★★★★☆ Ce n’est pas le jeu du siècle graphiquement mais il est de très bonne facture et je n’y trouverai rien à y redire, surtout lorsqu’on sait que c’est un remaster et que l’on compare le tout à la texture des portes de Final Fantasy VII Remake…
Musique et Son : ★★★★★  J’ai l’impression de me répéter chaque fois que j’écris un avis sur un jeu, mais force est de constater que les productions musicales des jeux vidéos sont vraiment sublimes ces dernières années, et ce Nier, même s’il reprend un matériau existant, ne déroge pas à cette règle.
Difficulté : ★★★☆☆ Franchement c’est facile, c’est pas un Souls. Aucun combat ne vous posera de problèmes, surtout qu’il y a des objets de soins à foison dans le jeu.
Durée de Vie : ★★★★★ 5 fins, si je ne dis pas de bêtises, énormément de quêtes annexes, un monde plus grand que je ne l’aurais imaginé vu que le jeu de base est issu de la PS3/Xbox 360, énormément d’armes et de mots à récupérer, des PNJs à rencontrer à ne plus savoir qu’en faire, du jardinage, de la pêche. Bref, posez quelques jours de congés pour pouvoir profiter de Nier Replicant ver.1.22474487139 pleinement, je vous laisse, j’ai des fins à découvrir.

Bref, Nier Replicant ver.1.22474487139… est sorti le 23 avril 2021 sur PlayStation 4, Xbox One et PC Windows.

Ce jeu a été testé grâce à un code fourni par l’éditeur. Merci Julie pour l’opportunité de test.

Le déplacement rapide, enfin
Selfie avec mon gars sûr
vous avez dit FedEx ?
Qu’est-ce que?
La plaine septentrionale
La montagne aux robots
Tout le monde aime Liryc-Sama
Equip
ça ne vous rappelle rien?
et ça ?
et ça ??
allez, ciao mon pote

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :