Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une Actualités The Four Horsemen TV Inferno

TFH – Supernatural : Pourquoi c’est bien en six points

AVANT-PROPOS :

La DSMJ est morte, vive les Four Horsemen ! Avec la longue attente générée par notre premier article et l’annonce d’une suite jamais venue, dont nous tenions à nous excuser, vous deviez vous douter que quelque chose clochait… Notre projet a en effet subi une transformation importante. Nous avons alors perdu l’un de nos membres et recruté en remplacement Monsieur Derek Strife, dont vous pourrez prochainement admirer la plume, et nous avons alors réorienté notre projet. Voilà qui sonne donc la fin de la DSMJ et la naissance des Four Horsemen. Si nous avons commencé par parler de jeu vidéo, nous sommes avant tout des amoureux de cinéma, de séries TV, de littérature et tout particulièrement du genre horrifique/fantastique. Dorénavant, le projet ne s’articulera plus autour du jeu vidéo et de la peur mais traitera de la culture pop dans son ensemble, offrant à notre équipe une liberté totale de sujets et de ton.

Avec ce nouveau départ, nous souhaitions nous pencher sur la petite lucarne devenue bien grande de nos jours : la télévision. Nombre de séries cultes, récentes ou non, ont bercé nos vies et aujourd’hui, nous voulions traiter d’une en particulier : Supernatural.

Souffrant de nombreuses critiques, bien souvent émises par des gens ne lui ayant jamais accordé ne serait-ce qu’une minute, Supernatural est une série bien plus intelligente, complexe et multiple que son simple synopsis peut laisser paraître. À la sortie prochaine des derniers épisodes de la quinzième et ultime saison, il est grand temps de vous présenter cette œuvre aussi incroyable qu’originale. Au cours de cet article, StIV et Jibey, membres des Four Horsemen, vous proposeront six points forts qui font de la série de la CW, un immanquable de la culture pop.

 

LA GENÈSE :

Mais avant toute chose, voici un bref résumé afin de familiariser les deux du fond qui ne connaîtraient pas encore le show :

Sam Winchester vit son existence normalement, fait des études aux côtés de ses amis et de la femme de sa vie et a décroché de la cellule familiale. C’est alors que son grand frère, Dean, refait surface pour lui demander de l’aider à retrouver leur père disparu au cours d’une « chasse ». En effet, la famille Winchester est une dynastie de chasseurs qui ne chassent pas un gibier ordinaire mais les monstres et les démons. Sam rejoint alors son frère pour reprendre le business familial : sauver des vies, tuer des monstres aux quatre coins des États-Unis tout en cherchant à retrouver leur père et venger leur mère.

Maintenant que les bases sont posées, passons aux six raisons qui font de Supernatural un chef-d’oeuvre de la culture geek.

 

I – LE BESTIAIRE 

La série utilise le format dit « série-feuilleton », racontant plusieurs histoires et menant à une conclusion par le biais d’un fil rouge, pour finir en apothéose. Ainsi, à l’image de Dieu qui a créé l’univers en 7 jours, les auteurs façonnent un univers en 22 épisodes. Cet univers, semblable au nôtre, possède les mêmes célébrités, la même culture, les mêmes événements historiques. Mais c’est un tout autre monde, une dimension parallèle. Dans cette dimension, tous les monstres et mythes sont réels, la magie existe et le surnaturel envahit le quotidien des humains.

Un bestiaire varié et effrayant.

Nous retrouvons ainsi plusieurs catégories d’êtres surnaturels, toutes avec des origines et des particularités différentes. Faisons un petit tour de tout ce que les frères Winchester ont rencontré en quinze années de road trip.

Qui dit forces du mal, enfer et apocalypse dit démons ! Supernatural présente ces êtres singuliers comme principaux antagonistes de nos deux chasseurs préférés. Créés par Lucifer et reconnaissables à leurs yeux entièrement noirs, les démons prennent le dessus sur les humains en les possédant, les manipulant à leur guise afin de commettre bon nombre d’atrocités. Certains d’entre eux se révèlent même être de véritables businessmen, comme les démons des croisements qui offrent aux humains tout ce qu’ils désirent en échange de leur âme.

Les anges, eux, existent en opposition aux êtres démoniaques, mais ne peuvent investir une enveloppe charnelle que si le propriétaire donne son consentement. Ils sont au service des archanges et de Dieu lui-même, mais ne ressentent pas pour autant de l’empathie pour l’humanité. Si leurs actions sont tournées vers la lutte contre les forces démoniaques, ils ne seront pas des alliés des héros pour autant.

Parlons des monstres, crées par Ève, la mère de tous. Les Alphas sont les premiers de leur espèce, ils se sont multipliés durant des millénaires et vivent désormais en meute pour survivre se nourrissant, pour la plupart, de chair fraîche. Il existe dans la série une multitude de créatures, toutes reproduisant ce même modèle de société : vampires, loups-garous, goules, djinns, polymorphes. Les méthodes pour les défaire changent en fonction de la bestiole.

Après les vivants, abordons les fantômes et autres revenants. Âmes ayant refusé de suivre la Faucheuse au moment de leur mort, souvent brutalement assassinées et sombrant ainsi dans la folie en massacrant tous ceux qui leur ont fait du tort (dans le cas des tueurs en série, ces derniers perpétuent leur folie meurtrière). Pour les « détruire », les chasseurs doivent enquêter, trouver le corps du défunt, le recouvrir de sel et le brûler. Si le corps n’est pas « disponible », il faudra alors que nos héros trouvent l’objet qui retient l’esprit sur terre et lui fassent subir le même sort afin de l’envoyer dans l’au-delà.

Dans Supernatural, le danger rôde partout.

Enfin, certains humains maîtrisent les arts occultes. Appelés sorciers et sorcières, ils usent de leur puissance pour faire du mal à autrui en leur lançant sorts et malédictions (voir même en les tuant d’une manière graphique et douloureuse) tandis que d’autres, pratiquent la nécromancie et peuvent ramener les morts à la vie pour s’en servir d’arme.

Ce que nous venons de vous présenter n’est pas représentatif de l’intégrité du bestiaire de la série, autant vous dire que Sam et Dean auront fort à faire en quinze ans de bons et loyaux services.

 

II – LA FRATRIE WINCHESTER

Après avoir abordé le fabuleux bestiaire, il est temps pour nous de nous pencher sur son opposant direct : la fratrie Winchester. Depuis 15 ans, Sam et Dean luttent semaine après semaine contre les forces du mal et pour le bien de l’humanité. Si Supernatural présente ce formidable combat, c’est avant tout l’histoire de deux frères et de l’amour qui les unit.

Les Winchester, une dynastie de chasseurs.

Dans les premiers instants de la série, Sam est présenté comme l’électron libre de la famille, en conflit constant avec son père quand Dean est lui représenté comme l’héritier de la chasse familiale, toujours prompt à mettre en avant l’intérêt général de la cause et du combat biblique que cela implique. Au fur et à mesure du temps et des épreuves, les deux frangins vont se rapprocher, renouer des liens et le rôle initial de chacun se verra transformé. Souvent opposés, souvent en désaccord, mais lorsque cela compte, rien au monde ne sera plus fort que ce lien du sang. Très rapidement, les scénaristes utiliseront cet élément dans la trame de la série. En effet, dès la fin de la seconde saison, l’amour et la survie de l’être cher seront les moteurs de leur(s) quête(s).

Sam & Dean : alliés contre le mal.

Dès lors, les grands événements de la série seront directement des conséquences des choix de Sam et Dean et des actes qui en découlent. Pour l’un comme pour l’autre, rien n’est plus important au monde que l’autre membre de la famille. Leur amour, si fort, est le dernier rempart de l’humanité contre les forces obscures. Plus encore, il est le moteur qui pousse, malgré la douleur des pertes, malgré les épreuves, malgré le doute, nos héros à se dépasser et à poursuivre la lutte, jusqu’au bout, jusqu’à cette conclusion que nous aurons bientôt.

Un road trip aussi familial qu’infernal.

Loin d’être lisse, la relation des frères Winchester se montre complexe et multiple : tantôt complices, tantôt rivaux, cette relation fraternelle est à l’image de celles que nous avons de l’autre côté de l’écran. Supernatural est donc avant tout une œuvre sur les relations fraternelles. Le surnaturel, les combats et le folklore sont au service de la dramaturgie et non l’inverse. Comme mentionné plus haut, ce sont les choix et les actes de Sam et Dean qui dicteront les événements de la série. Ces mêmes choix et actes étant guidés uniquement par l’amour et l’attachement fraternel, le raccourci est donc vite fait. Voilà donc qui offre un magnifique spectre de lecture à cette série marathon et surtout, prouve que ce show est avant tout basé sur ses personnages et leurs interactions comme l’avait fait avec le même succès Buffy The Vampire Slayer quelques années plus tôt.

 

III – LES PERSONNAGES SECONDAIRES

La série, forte d’un bestiaire efficace et d’un duo de héros attachants dispose également d’un autre atout considérable : ses personnages secondaires. Si beaucoup de séries empilent les personnages, pour bien souvent les laisser au second plan, Supernatural en offre une incroyable galerie. En effet, bien plus que des seconds couteaux, ils apportent une profondeur et une source de dramaturgie au show. Et autant dire qu’en quinze saisons, nombreux ont été les personnages secondaires! De Bobby, la figure paternelle, à Jack, la figure filiale, En passant par Charlie et ses références geek, ces personnages, souvent hauts en couleur, ont tous apporté beaucoup aux deux héros. Bien sûr, les deux meilleurs exemples seront Castiel et Crowley, apparus en saison 4 et 5. Ces deux personnages, devenus des personnages principaux presque tout aussi important que Sam et Dean, représentent en grande partie ce qui est le cœur de la série : la famille et les relations familiales. Si la vie et le destin ont beaucoup pris aux deux protagonistes, ces personnages leur ont permis d’avoir l’îlot de stabilité dont chaque héros a besoin dans sa quête.

Bobby Singer, une figure paternelle.

En effet, suite au drame initial, Sam et Dean n’auront de cesse de combler le manque affectif que provoque de tels deuils en se créant une seconde famille, non pas de sang, mais de cœur. Si Bobby Singer, personnage haut en couleurs, caricature du redneck américain est la figure paternelle, Castiel, l’ange protecteur devient le frère que les Winchester n’ont jamais eu et Charlie, la geek intrépide est la sœur parfaite pour qui les héros auront un amour protecteur.

Ensuite, abordons en quelques lignes Jodie Mills, le shérif aux attentions maternelles que l’on retrouve à chaque saison depuis son introduction en saison 5. Personnage adoré non seulement des héros mais aussi des fans, elle a longtemps fait l’objet de tentatives ratées de spin-off de la part des producteurs du show et aura, fait rare, le rôle principal d’un épisode en lieu et place des héros. Si ce pilote caché n’ira pas plus loin, Jodie Mills reste toujours l’un des rares socles de stabilité des frères au cours de leur combat.

Une seconde famille pour les Winchester.

Chacun de ses personnages apporte son lot d’intrigues, d’humour et de grands moments de télévision. Mais plus que tout, ils représentent tous un soutien, un phare dans la nuit des Winchester qu’est le combat contre les forces du mal. Quinze ans à porter le fardeau du destin du monde sur les épaules, est un fardeau lourd à porter et les scénaristes l’ont compris. Construire un puissant tissu de personnages secondaires devient alors obligatoire. Déjà pour renouveler les intrigues et leurs approches mais aussi pour apporter une échappatoire à ce quotidien sombre et violent que les deux frères vivent depuis l’enfance.

Avant de conclure, comment ne pas aborder Crowley ? Pour faire un parallèle avec les figures familiales, nous pourrions dire qu’il incarne le mouton noir de la famille, le fils infâme ou le tonton déjanté. Ce démon des croisements, intégré lors de la saison 5, voit ses apparitions devenir de plus en plus importantes et son rôle passe d’anecdotique à crucial au cours des saisons suivantes. Drôle, irrévérencieux, sournois, acerbe, cynique mais aussi tellement attachant, le personnage campé par Mark Sheppard est un amour de storytelling. L’une des principales forces du second arc de la série allant des saisons 6 à 15. Ni plus, ni moins !

Crowley, un personnage d’une incroyable richesse.

En plus d’un univers construit au cours de ses quinze années de diffusion, Supernatural propose par son imposante galerie de personnages secondaires un socle dramatique impressionnant. Socle sur lequel les différentes équipes créatrices vont s’appuyer avec une intelligence rare parmi les shows de la CW, hormis quelques exceptions dont nous reparlerons dans un article où les spoilers seront permis.

 

IV – LES ÉPISODES ORIGINAUX 

Avant de continuer, parlons des deux grands arcs narratifs de la série. Le premier débute dès le premier épisode pour se conclure à la fin de la cinquième saison dans un arc sobrement appelé « l’Apocalypse ». C’était la fin prévue par Eric Kripke, showrunner et créateur de Supernatural, avant que le diffuseur, la CW, reprenne la série sans ce dernier. Le second arc, s’étend de la sixième à la quinzième saison et ne propose plus de réel fil rouge mais une succession d’intrigues s’enchaînant à un rythme effréné. N’ayant plus de plan ni d’histoire à raconter, l’univers s’étend et gagne en intérêt grâce à une réalisation originale et à des adversaires de plus en plus puissants.

Le combat des Winchester et de leurs alliés.

Depuis le début de la série, les équipes créatives ont eu à cœur de renouveler le concept du feuilleton fantastique télévisuel traditionnel. Ainsi, en plus des différents fils rouges, les auteurs se sont évertués à proposer des épisodes originaux changeant de l’enquête/chasse habituelle. L’une des forces de la série, c’est sa connexion avec sa communauté. Deux des épisodes choisis sont ainsi autant de réponses au fandom et aux passionnés de lore. Comme il est important que vous compreniez ces deux termes avant de poursuivre votre lecture, faisons ensemble un petit point sur ce jargon technique…

Le lore : vient de l’anglais « Folklore » ; c’est l’histoire d’un univers de fiction ne constituant pas l’intrigue principale d’une œuvre. Pour simplifier, ce sont les mythes, les créatures et leurs origines. Le fait que la série emprunte beaucoup aux différents textes religieux, aux légendes urbaines ou encore aux mythes de l’antiquité lui permet donc d’avoir l’un des lores les plus immenses de l’univers des séries TV.

Le fandom : vient des mots anglais Fanatic et Domain. C’est un groupe de fans qui exprime leur passion pour une œuvre en se réunissant sur le net ou en convention à la recherche d’autres fans, pour débattre, créer des fanfiction (œuvre écrite par un fan, développant l’univers de sa série fétiche), des fanarts (pour Fanatic et Arts) et surtout participer à des événements organisés pour rencontrer les équipes de la série. Nous tenons à exprimer notre sympathie à ce fandom, qui est le plus sain de tous, avec une communauté respectueuse, tolérante et très diversifiée.

Trêve d’abus de lexique, revenons aux épisodes concepts :

  • The French Mistake (S6E15) : Dans cet épisode, Sam et Dean sont en mauvaise posture et doivent fuir en urgence une situation critique. Un allié les téléporte donc dans une dimension parallèle pour les protéger. Cette dimension, c’est la nôtre, dans laquelle se déroule actuellement le tournage de Supernatural. Les deux héros prennent donc la place de leurs interprètes et permettent au fan de voir des coulisses fictives du show. C’est un excellent moyen pour Jensen Ackles et Jared Padalecky de se moquer gentiment d’une rumeur comme quoi les deux acteurs ne pourraient pas se supporter en dehors des tournages, mais aussi, de faire preuve d’autodérision en se moquant d’eux-mêmes, et de leurs rôles les moins glorieux (Dean découvre avec horreur que l’acteur qui le campe a joué dans un soap-opéra, feuilleton quotidien style les Feux de l’Amour).
The French Mistake, de l’autre côté du décor.
  • Fan Fiction (S10E5) : Pour son 200e épisode, les équipes de la série ont décidé de concevoir un épisode musical. Si Buffy, Grey’s Anatomy ou encore [Scrubs] avaient déjà proposé cet exercice, les scénaristes de Supernatural l’amènent d’une manière intéressante. Dans l’épisode, une jeune troupe de théâtre prépare une comédie musicale sur le lore de Supernatural (qui existe au sein de l’œuvre sous la forme de romans écrits par un prophète). Tout se déroule bien jusqu’au moment où un monstre se met à massacrer les membres de la troupe peu avant l’arrivée de Sam et Dean qui découvriront le fandom. Vous l’aurez compris, Fan Fiction est un épisode bienveillant qui sonne comme une déclaration d’amour des équipes aux fans qui soutenaient, à l’époque de la diffusion, le show depuis déjà 10 ans.
Fan Fiction, ode au fandom.
  • Baby (S11E04) : Un épisode qui a pour seul angle de vue l’intérieur de Baby, la Chevrolet Impala des frères Winchester. Même si l’épisode reste classique dans sa narration, sa réalisation offre un côté unique et original à ce dernier. C’est aussi un hommage à cette voiture, ayant appartenu à John Winchester et qui accompagne les deux frères depuis quinze ans incarnant, à elle seule, le troisième protagoniste de la série.
Baby, une réalisation à part.
  • Scoobynatural (S13E16) : Si pour vous, Avengers ou Justice League sont les crossovers les plus ambitieux, laissez-nous vous présenter SCOOBY DOO X SUPERNATURAL. Épisode animé à l’ancienne, dans le plus pur style Hanna Barbera, où Sam et Dean entrent malgré eux dans un épisode de Scooby Doo et deviennent acteurs de ce scénario fidèle à l’ambiance des aventures du chien détective. Cet épisode fera battre votre cœur de nostalgique tout en offrant une intrigue typique de Supernatural où personne n’est épargné, même nos héros d’enfance qui semblent pouvoir se blesser et même mourir.
Scoobynatural, le crossover inattendu.

Avec ces quatre épisodes, nous pouvons donc en conclure que Supernatural est une série consciente de sa communauté et de ses délires. Bien évidemment, nous avons choisi des épisodes divertissants, mais la série est pleine de drame, d’horreur et de suspense, que nous vous encourageons à découvrir au plus vite. Néanmoins si vous n’êtes pas intéressé par les séries américaines et que votre passion est l’animation japonaise, nous avons autre chose à vous présenter.

 

V – SUPERNATURAL L’ANIME 

Réalisée en 2011 par Shigeyuki Miya et Atsuko Ishizuka, la série Supernatural the Animation, toujours produite par Éric Kripke, est une adaptation des deux premières saisons de la série mère avec de nouvelles scènes inédites. Si le scénario reste le même, les chasses sont exclusives à cette version afin que le public américain trouve aussi son bonheur. Le format animation permet une violence plus graphique et intègre, comme nous le disions, des scènes inédites pour développer les antagonistes.

Le studio à la tête du projet est Madhouse, célèbre pour s’être chargé d’adapter des œuvres comme X-Men, Devil May Cry, Parasite ou encore Hunter X Hunter. L’animation est donc de qualité et les scènes d’action n’ont rien à envier à celle de la série originale. Les nouvelles affaires présentées sont vraiment dans le ton du matériau de base et le bestiaire est très bien choisi, respectant ainsi l’ambiance de la série TV.

Une violence bien plus graphique.

En parlant d’ambiance dans un série d’animation japonaise, abordons le thème du doublage. Petit bémol avec cette version animée: la série fut diffusée en simultané au Japon et aux États-Unis, privant donc les Européens d’adaptation. Le doublage japonais reste correct, bien qu’en-deçà de ce que ce genre de production propose habituellement. Le doublage américain, malheureusement, n’a pas toujours la chance de disposer des acteurs originaux. En effet, Jared Padalecky ne prêtera sa voix à Sam que dans neuf épisodes et Jensen Ackles, n’incarnera Dean que pour deux.

Sam & Dean version animation japonaise.

Nous ignorons les raisons de l’annulation de la série, mais nous supposons que le public japonais n’a pas été particulièrement séduit par les aventures de nos chasseurs favoris. De plus, les scènes inédites, ne sont pas « canons » (dans la continuité scénaristique de l’univers) et ne doivent être prises que comme du bonus. Si le visionnage de l’oeuvre n’est pas indispensable, nous vous la recommandons car l’animation est vraiment agréable, les nouvelles chasses sont bien écrites et c’est un très bon résumé de l’arc du démon aux yeux jaunes. Supernatural – The Animation reste une œuvre intéressante à découvrir, que l’on soit passionné de Supernatural ou juste fan d’animation japonaise.

 

VI – LA MUSIQUE :

Pour conclure cette brève revue de certaines des qualités de la série, il était nécessaire de traiter de la musique ainsi que de sa place et de son utilisation. Parler de musique et de Supernatural, c’est avant tout parler de Baby. En effet, John Winchester, le père de nos deux héros, possédait un lecteur de cassettes audio dans sa Chevrolet Impala et partageait par ce dernier sa passion du Rock’n’roll à ses deux fils.

Dean, en digne héritier de son père, sera le maître du jukebox sur roues que devient Baby dès le premier épisode. Et autant vous dire que la playlist est non seulement orientée rock et métal mais quasi-exclusivement composée de morceaux des années 1960, 1970 et 1980. Des groupes mythiques comme AC/DC, Metallica, The Velvet Underground, Survivor ou encore Supertramp, dont le créateur Eric Kripke est un grand fan, accompagnent le road-trip infernal qu’est la série.

Il est impossible de traiter de la musique dans Supernatural, sans aborder Carry On My Wayward Son de Kansas, tant le titre a une place majeure dans la série. En effet, chaque épisode final de saison sera introduit par cette chanson, via un résumé nommé « The Road So Far ». Son sujet lui-même, sur les encouragements d’un parent, sûrement décédé, durant le parcours semé d’embûches de son fils est bien évidemment à relier aux thématiques abordées dans la série : la passation de flambeau, le lien familial et la traversée d’épreuves.

Règle d’or : celui qui conduit choisit la musique

Bien plus qu’un simple accompagnement, les musiques de Supernatural sont un marqueur et un vecteur d’émotions qui relie personnages et spectateurs. Chaque grand moment vécu dans la série l’est au travers d’un grand titre issu du répertoire d’un groupe majeur des quarante dernières années. Si chacun reconnait et aime Goodbye Stranger de Supertramp, For Those About To Rock de AC/DC ou bien encore Rock Of Ages de Def Leppard, les fans de Supernatural auront une connexion encore plus poussée avec ces chansons de légendes : celle du souvenir du moment de la série auquel elles sont reliées.

Vous n’entendrez plus jamais Eye Of The Tiger de la même façon…

Enfin, abordons les nombreuses compositions de Jay Gruska et Christopher Lennertz, tout aussi utiles pour faire passer les émotions que les grands morceaux mentionnés plus haut. Sobres mais efficaces, elles s’accordent parfaitement à l’histoire et aux situations tout en gardant la racine Rock’n’roll chère à la série.

Quoi de mieux pour conclure ce thème que de vous offrir un lien direct vers une playlist regroupant certaines des meilleures chansons entendues dans le show ?

Retrouvez ici la playlist Supernatural.

POUR CONCLURE :

Depuis 2005, Supernatural propose un univers incroyable, renforcé d’année en année par des équipes créatives impliquées et proches de leur communauté. Cet automne marquera la fin d’un marathon qui aura duré quinze ans, un record pour une série fantastique, mais qui laissera une trace indélébile dans le paysage télévisuel américain. Si nous vous conseillons bien évidemment de voir et revoir encore ce petit bout de l’histoire de la télévision américaine, ces quelques lignes sauront vous guider au mieux lors de vos premiers pas pour bien aborder ce vaste univers. À l’heure des plateformes de vidéos à la demande, nul doute que la série trouvera de nouveaux publics avec le temps afin de grossir l’une des plus belles communautés de fans de tous les univers geeks.

Quand on vous dit que Supernatural, c’est génial…

Nous tenons à vous remercier pour votre lecture. Nous vous invitons aussi à partager cet article sur les réseaux sociaux, à venir faire un petit commentaire pour pouvoir débattre ensemble dans la joie et la bonne humeur. Enfin, nous souhaitons remercier tout particulièrement Liryc-Sama, le maître de Game Inferno pour son soutien et sa confiance. Les récents événements qui ont secoué notre collectif nous ont permis de nous redéfinir en tant qu’équipe et nous permettent aujourd’hui de proposer un projet différent mais tout aussi passionné et passionnant, nous l’espérons. Nous serons de retour au plus vite, sur la base d’au moins un article par mois avec des sujets variés. À très bientôt les amis !

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :