L’avis/test d’ico : Odin Sphere Leifthrasir

Odin sphere logo

Initialement sorti en 2007 sur PlayStation 2Odin Sphere : Leifthrasir est passé sous le bistouri de Vanillaware pour un lifting en profondeur avec lissage des textures, amélioration (et simplification) du gameplay et dépoussiérage des musiques. Cette version pulpeuse et aguichante est arrivée dans nos contrées le 24 juin dernier (bon c’était aussi accessoirement l’anniversaire de LirycSama qui attend encore vos cadeaux !) sur PlayStation 4 et PlayStation Vita.

J’aime beaucoup cette petite scène pour le choix de l’histoire avec Socrate le chat !

J’aime beaucoup cette petite scène pour le choix de l’histoire avec Socrate le chat !

Amour et combos

L’histoire suit les péripéties amoureuses et guerrières de cinq protagonistes. Celles-ci, qui ont une durée en moyenne de 7 heures chacune, sont très bien faites et réutilisent les décors et les boss dans le désordre. Atlus nous avait habitué à ne pas traduire les jeux de Vanillaware en français donc je m’attendais à devoir encore lutter avec la langue de Shakespeare pour comprendre l’histoire et la liste des objets (et explications) mais QUE NENNI, nous avons le droit à une version FRANÇAISE intégrale, comme sur PS2 en somme. Grâce à cela, je profite pleinement du jeu et, cerise sur le gâteau, nous avons la possibilité de choisir entre les voix US et les voix japonaises. A noter que j’aime beaucoup la chronologie des chapitres proposée lorsque que l’on attrape Socrate le chat noir sur l’écran des choix. Elle permet d’avoir une vue d’ensemble sur les interactions entre les personnages

En ce qui concerne le gameplay, je le trouve tout simplement parfait ! C’est du pur fun comme l’était Muramasa : Rebirth : très dynamique et simple. Le héros acquiert des compétences spéciales au fur et à mesure de l’avancement de l’histoire et elles peuvent être améliorées (tout comme l’arme principale) moyennant de l’xp récupérés sur les ennemis (les fameux phozons dont je parlerai ensuite). Les coups spéciaux sont nombreux et il y a la présence d’un système permettant de mettre 4 de ceux-là en raccourci (avant + rond par exemple) afin d’effectuer des enchaînements de folies ! Je peux vous dire que je suis comme un fou quand je dépasse les 200 combos ! Chaque héros à un gameplay qui lui est propre, à chacun sa préférence donc, même s’ils ne sont pas malheureusement pas tous disponible dès le début.

« oh oui les âmes sont tellement bonnes ! »

« oh oui les phozons sont tellement bons ! »

Foire aux objets

La profusion d’objets dans ce jeu est assez affolante ! Il faut passer beaucoup de temps dans les menus pour faire le tri et stocker ce qu’on veut garder, revendre ou mélanger. Cela peut paraître contraignant mais ça fait partie de la richesse dOdin Sphere. Pour résumer, il y a les potions, la nourriture et les équipements.

La nourriture sert de base pour la fabrication de plat ou pour faire des potions. Ces plats sont confectionnés par une cuisinière qui apparaît dans les zones de repos des donjons. Les manger permet de gagner de l’XP. Ce système qui permet au joueur de gagner plus vite des niveaux est bien trouvé ! On gagne évidemment de l’XP en combat mais la source principale viendra des graines plantées et nourries aux Phozons (énergie récupérée sur les ennemis tués) qui donneront des arbres puis à leur tour donneront des fruits (et pas que) consommables. Ces fruits peuvent être mangés directement, incorporés dans des recettes pour gagner plus d’expérience ou mélangés à une potion. Il est également possible de manger dans des restaurants moyennant finance et sans avoir besoin d’aliments ! Les recettes seront acquises au fur et à mesure du jeu grâce à des parchemins cachés un peu partout.

Les potions sont soit gagnées dans les coffres, lors des combats ou alors en les confectionnant. C’est assez simple ! Il y a une potion de base appelée matière qui peut être mélangée avec tous les objets ou nourritures gagnées dans le jeu. Comme pour les recettes, des parchemins de confections sont éparpillés un peu partout dans le jeu mais cette fois il est possible de créer des mixtures en testant soit même des mélanges. J’oubliais d’ailleurs les mandragores, êtres vivants végétaux que l’on trouve tout au long de l’aventure et qu’il faut tuer avant récupération, servant à la confection des potions importantes du jeu (Heal, Toxine, Volcan, etc…)

Les équipements servent à donner des aptitudes supplémentaires à nos personnages, comme par exemple la possibilité de gagner plus d’argent ou d’avoir sa barre de vie plus élevée. Il y a 3 emplacements, à nous de faire les bons choix.

Rien de tel qu’un petit plat pour reprendre des forces !

Rien de tel qu’un petit plat pour reprendre des forces !

Vanilla Touch et féérie sonore

Le style graphique habituel du studio est bien évidemment présent, pour ma plus grande joie. Avec la course au réalisme et aux gros budgets, avoir ce genre de jeu rappelle que la base du jeu vidéo est l’amusement. La magnifique 2D (agrémenté de quelques arrières-plan en 2.5D) nous plonge dans ce monde féérique haut en couleur. Malheureusement, comme à son habitude Vanillaware a été plutôt avare en  diversité de décor. Il est vrai que l’on en veut toujours plus mais c’est le défaut principal qui ressort de tous leurs soft. Malgré le fait que l’histoire justifie ce recyclage permanent de décors et boss, la frustration reste présente…

Les musiques sont tout à fait dans l’ambiance et très agréables et motivantes. J’ai eu un coup de cœur pour la musique de la page de présentation du jeu.

petit lapinou!

petit lapinou!

Concluons

Que dire à part que j’aime énormément ce jeu ? Bien sûr le manque de diversité des décors et des boss est présent mais j’ai passé un moment très agréable dans Odin Sphere vu que l’histoire permet de moins le ressentir. Merci Vanillaware d’avoir ressorti cette perle et de l’avoir remise au goût du jour !!

Bonus : Voici à quoi ressemblerait mon test si Liryc-Sama ne m’avait pas forcé à écrire plus de 2 lignes :

« Oui ALLO les gens ? C’est ICO ! Je viens de jouer à Odin Sphere et il est vraiment fun et beau PUTAIN !!! Achète cousin !!! »

Je ne comprends toujours pas pourquoi ce premier test n’a pas été validé…

Jouabilité : ★★★★★ Bourriner le bouton carré puis choisir entre les 4 attaques spéciales en raccourcis pour faire des combos de la mort !! Parfait et fun.

Réalisation : ★★★☆☆ je ne peux pas laisser passer le seul point négatif de ce jeu. Comme tout jeu Vanillareware qui se respecte, il y a un gros manque de diversité de décors et d’ennemis. C’est dommage mais ce n’est pas handicapant pour prendre du plaisir.

Musique et Son : ★★★★☆ Bonne musique, bon bruitage. Pour justifier mon étoile de moins je dirais que j’aurais aimé plus de compositions différentes…

Difficulté ★★★☆☆: tout dépend du niveau de difficulté choisi. Facile, Normal et Difficile. J’y ai joué en mode Normal et mon avancée était fluide et sans trop de difficultés, top. A vous de voir si vous voulez lutter ou pas…

Durée de vie ★★★★★ : 6 ou 7h de jeu par personnage sachant qu’il y en a 5 plus une surprise qui dure après avoir fini les 5 premiers livres. C’est vraiment suffisant, je me suis régalé !

Cet test a été réalisé sur une version dématérialisée PS4 fournie par l’éditeur.

avatar Publié par le 12 juillet 2016. Classé dans à la une, PlayStation 4 (Pro), Tests et Avis. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*