Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une PlayStation Vita Tests et Avis

[Test] Monster Monpiece

Print

Bonjour à tous, ça fait longtemps que je n’ai pas écrit ici, mais je préfère vous surprendre ! Bon, et puis faut avouer que j’ai pas tant joué que ça à des jeux qui ne sortaient pas en France avant qu’ils ne sortent ici au Québec. D’ailleurs celui-ci est sorti la semaine dernière et c’est avec une version commerciale EU fournie par Idea Factory que j’ai pu le tester pour vous. Je parle bien sûr de Monster Monpiece.

Je vais commencer par indiquer quels modes de jeux sont disponibles pour ensuite en parler:

Histoire, Organisation de Decks, Combat Online, Combat Offline (entrainement).

MM_May_Elza

.

Du coté du scénario:

Le monde a été puni par un Dieu car les humains étaient trop prétentieux. Il leur a retiré leurs pouvoirs et les a obligé à vivre avec des monstres (qui sont de jolies jeunes filles également). Malgré des temps durs, la paix s’est installée et aujourd’hui tout le monde cohabite. Cependant, les villes sont protégées par des cristaux empêchant l’entrée de monstres devenus fous et vivants dans les plaines séparant les cités éloignées. Il faut, pour le bien du monde, entretenir les relations.

May Esperio, jeune écolière timide, se voit élue pour représenter son école dans des combats afin de renforcer les liens entre villes. Malheureusement, un événement va faire en sorte qu’elle ne soit pas qu’un émissaire mais bien plus.

L’histoire est racontée à l’aide d’un Visual Novel, attendez-vous donc à pas mal de texte. Malheureusement, le jeu n’est pas traduit et les non-anglophones pourraient grogner. Pas de crainte, le vocabulaire est simple, compréhensible, et tout ce qu’il vous faut savoir sur le système de jeu est présent dans ce test.

.

Et point de vue gameplay, ça donne quoi ?

Comme j’en ai parlé plus haut, on passera pas mal de temps à lire en mode Visual Novel. Une autre partie de l’aventure se passera sur la carte. En gros, c’est un jeu de l’oie ou chaque case vous donnera un bonus ou un adversaire.

MM_World_Map_Kunaguva

Mais le plus important, c’est le jeu de cartes. Celui-ci est simple à prendre en main, mais difficile à maîtriser. Il est également assez profond quand on s’y penche un minimum.

Chaque joueur possède un certain nombre de Points de Vie (PV). Si ceux-ci tombent à zéro, c’est la défaite pour le joueur concerné. Chaque victoire est récompensée par un rang, de l’argent, des RubPoints et parfois des objets ou des boosters.

On a besoin de mana pour invoquer les unités, chaque tour attribue 3 Points de Mana à chaque joueur. Chaque joueur à une grille de 3×3 qui lui est allouée, avec un QG à son extrémité. On peut choisir d’envoyer une unité de sa main au combat ou de ne pas le faire pour économiser son mana.

MM_BattleField_3D_chara(2)
Le champ de bataille est petit mais peut vite devenir compliqué à gérer.

Le tour suivant son invocation, une unité avancera vers le camp adverse d’une case à chaque tour. Tout ennemi sur son chemin sera automatiquement attaqué, chaque carte a ses propres PV et il faudra donc la tuer avant de pouvoir avancer. Une fois arrivée au QG de la zone adverse, l’unité attaque le QG. Celui-ci perd un point de vie et la carte est détruite.

On peut également décider de fusionner les cartes de type identique, peu importe leur place sur le terrain, pour cela il suffit de poser une carte de type X  depuis sa main sur une carte X déjà sur le terrain.

MM_BattleField_(2)
Par exemple, ici, on peut fusionner la Bugbear déjà sur le terrain avec celle de notre main ou une des deux cartes Ghost.

Pour aller plus loin, il faut prendre en compte les Aura, représentées par le bord des cartes. Il en existe 4 types: Rouge, Bleue, Jaune et Verte. Elles peuvent augmenter le mana, l’attaque ou les PV. Pour les déclencher, il suffit d’invoquer consécutivement plusieurs cartes ayant la même aura. Deux cartes = 1 Point de Mana, trois cartes = 3 Points de Mana et pour toutes vos cartes sur le terrain: +1 d’attaque et +1PV Max. Après le gros bonus, le compteur reset. Le niveau d’aura auquel on est actuellement est rappelé pendant les combats afin de ne pas s’y perdre.

Les cartes ont également des “potentiels”. Ceux-ci donnent à la carte des attributs spéciaux comme d’avancer dans le tour où elle est posée, d’accorder des points de mana à sa mort, etc…

Enfin, il est possible d’utiliser des objets obtenus au magasin ou à la fin d’un combat afin de rendre de la vie à une carte, d’augmenter ses capacités ou les gains de fin de bataille.

 .

Un deck plus fort que celui de Yu-Gi-Ho

Chaque deck peut contenir 40 cartes mais en nécessite minimum 30. Chaque carte ne peut être présente que  trois fois maximum et on a le droit qu’à trois cartes du plus haut rang de rareté (SS) dans l’entièreté du deck.

MM_Organize_cards
L’organisation se fait directement à l’écran tactile et on swap les cartes de notre stock jusqu’au deck.

Il existe plusieurs types de cartes avec certaines spécificités:

– Mêlée : grosse attaque, corps à corps

– Distance : attaque à distance 2 à 3 cases

– Buffer : Booste l’attaque de la carte alliée juste devant elle de son nombre de INT

– Healer : rend des PV à la carte juste devant contre 1MP.

Les boosters (packs de cartes) s’obtiennent en combat ou au magasin. Chaque booster contient un certain nombre de cartes (1,3,…) et d’une série particulière.

.

Oh, oui, améliore ma carte

Passons maintenant à ce qui fera le charme du jeu pour certains et l’infamie pour d’autres, le système d’amélioration.

Extreme_Love(2)Appelé le First Crush ♥ Rub, il est simple d’utilisation. Une image en plein écran apparaît de la “fille-monstre” qui est sur la carte. A partir de là, il faudra trouver ses points sensibles et réagir au symbole présent en effectuant l’action adéquate (toucher, frotter, pincer). Chaque tentative vous coûtera des Rub Points obtenus lors de combats.

Si la demoiselle apprécie, elle passera en “Extreme Love” et il faudra frotter en simultané l’avant et l’arrière de la console d’un geste frénétique. Le mouvement étant assez suggestif, c’est à vous de voir si vous désirez le faire en public ou non.

Chaque carte évolue de plusieurs façons. D’abord, au niveau graphique. C’est de la que vient la classification US 18+, allez savoir pourquoi, le jeu n’est que PEGI12 chez nous. En effet, plus la carte évolue (trois niveaux d’évolution) plus la jeune fille dessus est dénudée. En même temps, ses caractéristiques changent, mais pas toujours en bien. Parfois, l’attaque monte, mais les PV descendent, ou inversement. Les MP et les INT peuvent aussi évoluer en fonction du stade d’avancement de la carte. Attention donc, à ne pas évoluer toutes vos cartes identiques d’un seul coup, cela pourrait briser votre stratégie dans les futures parties si vous ne faites pas attention.

MM_Network

Combats online (ou local)

Il est possible d’affronter des adversaires sur le net ou dans un réseau proche (ad-hoc). Ainsi, si vous désirez vous mesurer au monde (ou mettre la pâtée à un ami), tout en découvrant de nouvelles cartes, vous pourrez le faire simplement. De plus, des bonus spéciaux sont donnés lors des affrontements mais ces bonus sont volés à votre adversaire (jusqu’à la MAJ 1.01 qui permettra de simplement recevoir un duplicata).

Combats offline /entrainement

Ici vous pourrez affronter de nouveau vos ennemis de la campagne solo. Vous aurez toujours la possibilité de gagner des boosters, des Rub Points, de l’argent et des objets, ce qui peut être bon lorsqu’on veut se faire un deck surpuissant.

.

Autres choses

Le jeu possède un système de micro-transaction permettant de se procurer boosters, argent et rub points. Même si ça n’est pas un problème puisque ce n’est pas un passage obligatoire, il est bon de le préciser. Vous pourrez ainsi faire attention à vos doigts lorsqu’ils touchent le bouton achat.

Pour le Trophée Platine, je dirais qu’il faut bien une trentaine d’heure pour l’obtenir. En effet, une grosse majorité des trophées concerne le mode online et il faudra donc enchaîner les affrontement afin de cumuler matchs et récompenses spéciales. L’histoire seule, elle, vous prendre une bonne grosse dizaine d’heure, moins si vous ne lisez pas les dialogues ou ne prenez pas les chemins optionnels.

Malheureusement pour mesdames qui veulent voir des hommes, il n’y a aucun personnage masculin dans l’intégralité du jeu. Ni sur les cartes, ni dans les personnages.

Enfin, comme vous avez pu le voir dans les différents screenshots au fil de ce test, le style est très manga. Ca ne plaira pas à tous mais les illustrations sont très soignées et donnent envie d’en voir plus des mêmes artistes.

.

Conclusion

Si vous aimez les jeux de cartes sur console, foncez. Le jeu est bon, même si la scène online actuelle est restreinte du fait de sa sortie tardive en occident, le jeu vient d’arriver et elle ne fera que grandir. De plus, il y a de nombreuses jolies filles et pas mal de choses à collectionner (plus de 300 cartes). Malgré les apparences, le jeu n’est pas basée que sur le fan service et il y a vraiment un bon système derrière. Certains se plaindront de la censure que la version occidentale a reçue, retirant près de 50 cartes (principalement avec des filles d’apparence très jeune dessus) mais cela n’entache en rien la qualité du titre. Idea Factory a fait ce qu’il fallait pour qu’il arrive chez nous, après une grande demande de la communauté connaissant la version japonaise du soft.

Je dirais donc que Monster Monpiece est un jeu de carte avec un système de jeu profond qui mérite d’être joué. Je regrette cependant la présence de micro-transactions. Personnellement, j’ai adoré et je compte bien y jouer plus et possiblement le platiner. Avec si peu de jeux du genre sur la console portable de Sony, il serait dommage de passer à coté, surtout avec des si beaux visuels féminins.

N’hésitez pas à poser vos questions en commentaires, je ferais de mon mieux pour y répondre rapidement.

Monster Monpiece a été testé sur une version européenne dématérialisée fournie par Idea Factory International.

key_art_1500_copyright

1 COMMENTS

  1. Un titre qui fera plaisir aux féministes… :p

    La partie bataille / jeu de carte a l’air sympa, mais devoir se tripoter le tactile pour faire évoluer ses monstres-femmes (ça ne s’invente pas :o) me refroidit direct.

    Très bon test en tous les cas, complet et agréable à lire.

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :