Le Problème Indé

IEUF

« Il était une fois un studio de développement qui ne voulait pas dépendre d’une grosse boite d’édition, qui ne voulait pas de contrainte, qui souhaitait faire son jeu comme il l’entendait sans avoir de compte à rendre. Ce studio développait un jeu assez étrange, originale et conceptuel. Les développeurs du studio décidèrent de l’éditer eux même. Ainsi naquit le Jeu Indépendant. »

Vous le sentez ? Ce frisson qui parcourt votre nuque à la seule lecture de cette jolie histoire. Foutez « indépendant » derrière la description d’un jeu et la moitié des joueurs va rentrer en extase. Il vous suffit d’entendre ses mots pour imaginer un jeu original, avec un gameplay encore jamais vu, une histoire poignante et une patte graphique inégalée. Cependant, nous ne sommes pas au pays des Bisounours et ce consensus commence à me marcher sur les tongs de manière assez insupportable.

Attention, je n’ai rien contre le jeu indé en lui même. Je ne vais pas cracher sur tel ou tel titre rassurez vous (enfin un peu quand même). Ce qui m’ennuie à un niveau assez extrême, c’est que le terme « indé » est tellement utilisé a tort et à travers qu’il n’a pour ainsi dire plus aucun sens.

Pour être totalement franc, à chaque fois que le mot indé est utilisé, j’entends (au choix) ce genre de choses (les jeux que je cite en exemple sont de très bons jeux, j’extrapole évidemment)

1) « Tu vas voir, ils se sont vachement concentrés sur le gameplay, c’est ça qui fait sa force »

SOUS-ENTENDU : Il est supra moche mais comme c’est indé, c’est cool, ça compte pas, on s’en fiche « YoloSwagg mon cul sur la commode ». (Genre Nidhogg).

2) « C’est un petit studio qui l’a developpé, c’est un concept jamais vu (en indé) »

SOUS-ENTENDU : J’suis un anticonformiste (comme les millions d’autres qui jouent aux jeux indé) et moi les jeux triple A ça ne m’intéresse pas alors que le studio X a sorti un jeu identique sur PlayStation 2 il y a 10 ans. (genre Amnésia).

3) « Il y a une histoire vraiment poignante, c’est contemplatif et émotionnel « 

SOUS-ENTENDU : C’est super jolie mais c’est chiant. Je ne veux pas l’admettre mais  c’est de l’indé et l’indé c’est cool. (Genre Journey  ou Flower).

4)  » Ce jeu a une patte graphique super chouette »

SOUS-ENTENDU à trois possibilités :

  • Soit c’est du Pixel Art,
  • Soit la « patte graphique » est moche et très pauvre,
  • Soit la patte graphique est effectivement sympa.

L’appellation jeu indépendant, c’est un peu devenu le Label Rouge, le Pâturages de France, l’AOC du jeu vidéo. Si c’est de l’indépendant, on peut foncer tête baissée, on se retrouvera pas face a un studio qui cherche à vous caler une carotte en vous volant vos biftons avec un jeu déjà vu et revu 500 fois depuis des années…

Ouvrons les yeux 5 minutes (enfin vous, moi je dois bien les garder ouvert pour écrire). Combien de jeu très mauvais ont été nécessaire pour arriver à UN Meat Boy, UN Rogue Legacy, UN Amnésia

Allez faire un tour sur les plateformes de téléchargement, vous verrez. Prenons l’exemple de la Xbox 360 et de son marché Xbox Live (oui, je joue sur console, vous voulez qu’on se la donne !?)

On y retrouve plusieurs catégories : Les jeux « normaux », les triple AAA (genre Call of Duty, Assassin’s Creed, et), les jeux Xbox Live Arcade (Minecraft en tête), et les jeux Indépendants ; et attention mes petits chatons parce que sur le live Indé, des saloperies, il y en a… A la pelle ! Autant que des champignons en automne après une bonne pluie.

Une quinzaine de clone de Minecraft, Des Strip-Game, des jeux d’horreur sans aucun sens… Et parfois un jeu cool (The Impossible Game par exemple, un jeu un peu nul mais quand même super chouette).

SOUS-ENTENDU : Il est moche et pauvre.

J’en ai des caisses dans le genre. Soi-disant que le jeu indé serait un genre d’Eldorado de créativité et d’indépendance (bah oui, l’indé est pas la pour faire joli) et qu’il serait trop moins vilain que les méchants gros studios qui sont le MAL qui briment les petits studios indépendants tout gentil qui sont le BIEN…

Je parlais plus haut de la sur-utilisation du terme « indé ». Qu’est-ce qu’il veut dire exactement ? C’est un jeu développé par une petite équipe sans l’intervention d’un éditeur, non ? Ok, très bien, donc rien à voir avec une quelconque conception de gameplay ou de graphisme.

Minecraft

Minecraft

Ce qui me chagrine le plus, c’est qu’on a tendance à tout pardonner au jeu indé justement parce qu’il a été développé par un mec tout seul. Prenons Minecraft : Un concept incroyable, des possibilités infinies mais honnêtement… c’est moche. On ne peux pas dire « Raa c’est beau hein » quand à coté de ça, le dernier David Cage nous sort une motion capture jamais vu avec un photoréalisme inédit et pour le coup, vraiment bluffant (ne vous en faites pas, je pèterai les genoux de David Cage aussi, il y a de quoi faire).

Je suis bien conscient que l’on peut se lancer dans des conceptions philosophiques de comptoir du genre de : « qu’est-ce que le beau, qu’est-ce que l’art, qu’est-ce que l’homme ? » Je ne suis pas là pour parler de ça. Je ne vois pas pourquoi on se sentirait outragé des gros pixels de la Nintendo 64 et pas de ceux de Minecraft, d’autant qu’il y a bien 20 ans d’écart entre les deux !

« Ouais mais tu comprends, le jeu est vraiment original, monde ouvert infini avec un gameplay super cool. »

SOUS-ENTENDU : C’est du Pixel Art et c’est moche.

Depuis la furie Minecraft (j’en parle plus après promis, j’aime bien le jeu en  plus car pour le coup, il repousse vraiment les limites du « fait ce que tu veux »), c’est à la mode de faire du gros pixel. « On se compare nos pixels pour savoir qui a les plus gros ? »

Là où Minecraft utilisait les gros cubes pour pouvoir économiser de la mémoire et ainsi réaliser son fantasme d’univers infini et totalement modifiable en temps réel, beaucoup de jeux sont juste en Pixel Art parce que… On n’a pas envie de se casser le cul à faire un truc beau (où on n’a pas les thunes, on ne sait pas faire), alors on fait du gros pixel. Cela permet aussi de surfer sur la hype rétrogaming en se persuadant que le pixel apparent c’est plus autentique, plus roots et que ça parle au gamer des années 80-90… N’importe quoi !

C’est encore une fois une excuse qui m’insupporte. Masquer une pauvreté graphique sous la bannière protectrice du Jeu Indé en pixel art a le don de me mettre hors de moi. Quand je vois sortir en 2014 un jeu qui aurait pu sortir sur NES ou Super NES, c’est-à-dire il ya plus de 20 ans, ça me rend fou. A la limite, je préfère un jeu moche fait par une équipe qui a vraiment essayé de faire un truc original plutôt que du pixel art.

Cela dit, je tiens à minorer mes propos, il y a de très beau « pixel art ». Assez récemment, on a eu droit à Scott Pilgrim ou encore Rogue Legacy qui sont superbes graphiquement. Je ne crache que sur le pixel art moche, celui aux 36 couleurs et aux pixels de la taille de ma… Fierté.

Nidhogg et ses pixels... aussi gros que ma Fierté

Nidhogg et ses pixels… aussi gros que ma Fierté

Paper Please

Paper Please

Pour autant, je ne dis pas que le jeu indé, c’est de la merde. Il y a des idées formidables, des concepts qui n’auraient peut-être jamais vu le jour sans cette « indépendance » et je suis heureux de voir de tels jeux sortir. L’exemple le plus parlant pour moi est Paper Please. Sans rire, si vous n’en avez pas entendu parler, foncez ! Si il y a bien un jeu indé qui m’a fait violemment de l’œil, c’est bien celui-là.

Il faut, quand même, avoir des exigences avec les jeux indé comme on en a avec les jeux AAA. Quand le dernier Assassin’s Creed est moins beau que le précédent, la presse est la première à se plaindre et les joueurs aussi. Quand le dernier FPS sorti est moins joli que les cadors du milieu, son appréciation s’en ressent. Il doit en être de même avec le jeu indé, à un degré moindre j’en conviens.

Quand je vois l’écart graphique entre Nidhogg et Slender : The Arrival, j’ai l’impression de faire un bon de 1975 (bon ok, 1980) à 2010, alors qu’ils sont sortis la même put*** d’année !

Alors oui, l’un a plus de budget que l’autre blablabla… Slender, le tout premier, était laid aussi, remplit d’arbres rectangulaires et de roues de voiture carrés mais le gameplay et son histoire ont tellement marqué le coup qu’il a été « Ultra-Giga-HDysé »; et le revoilà propre comme un sou neuf. Alors pourquoi l’avoir remasterisé ? Le premier était déjà très bien pourtant…

J’ai ma réponse et elle ne plaira probablement pas au défenseur du jeu indé… La course au graphisme est le pourquoi d’une refonte HD de Slender. La même course qui est en train de pourrir le jeu console (et PC aussi, ne soyons pas sectaire, ce sont les joueurs PC qui changent de machine tous les deux ans pour la nouvelle Voodoo 300X). Qu’est-ce qu’on en avait à faire que Slender soit moche? Il faisait carrément flipper, l’ambiance était chiader et le Background était développé comme il faut. Il n’y avait franchement pas besoin de le refaire!

Cela peut paraître paradoxale mais le jeu Indé fait au final exactement la même chose que les triple A, sans les éditeurs. On se retrouve donc avec une frange entière de studios qui suivent la volonté du « tout réaliste », alors qu’à la base ceux-ci refusaient cette uniformisation artistique. Je comprends bien le principe, ceux qui savent faire se disent : « Nous sommes un studio indé certes mais nous savons programmer et faire de jolies choses, alors autant mettre le paquet. »

Très récemment, un jeu a beaucoup fait parlé de lui (en bien) : The Stanley Parable. Personnellement je n’y ai pas touché (rappelé vous, je joue sur console les loulous) mais il m’a carrément donné envie, tellement il a l’air super génial… Sauf que, ce jeu ne vous rappelle pas un peu… Portal ? Avouez-le !

The Stanley Parable

La différence est quand même vachement mince entre Portal, développé et éditer par Valve (qui pour le coup n’est plus vraiment indé depuis qu’ils ont racheté Turtle Rock Studio ou depuis la création du monstre Steam), et The Stanley Parable développé par Galactic Café.

Les frontières deviennent parfois tellement mince entre le jeu indé et le jeu « classique » qu’on ne saurait parfois plus distinguer l’un de l’autre, dans le meilleur des cas… Je pourrai même aller plus loin et troller en vous disant par exemple : « Heuuuu franchement, Super Meat Boy c’est quand même extrêmement proche de Super Mario Bros.« 

Il faut arrêter de glorifier le jeu indé et de le voir comme le messie pourfendeur de triple A. Certains titres édités pas de gros studios se sont planter alors que le concept était super cool. Pêle-mêle : Mirror’s Edge, Alan Wake ou dans une moindre mesure, Remember Me.

L’indépendance n’est en rien un gage de qualité. Ce n’est pas parce que ce terme est utilisé à tort et à travers dans tous les domaines (cinéma, presse) qu’il doit forcément être connoté positivement. Oui, la scène indé accouche de petites perles mais les gros studios aussi. Même constat pour les jeux « de merde ».

En bref, si il y a une chose de sûr, c’est que le prochain qui me vante un jeu indé digne des consoles 8-16bits « trop bien original YoloSwagg#LouisXVI », je le rembarre direct et je retourne jouer à Dark Souls. On ne me la fait pas. D’autant que pour l’indé, il faut être un PC gamer en général et mon minitel ne fait pas encore tourner le premier Slender (le moche hein, vous suivez ?) Alors bon, faire tourner Rogue Legacy ou The Stanley Parable est une douce utopie.

Vous êtes encore là et vous vous dites sans doute : « mais ce type, c’est un tocard ! Il aime des trucs parfois ? « . Ne vous en faites pas, je ferais surement pire dans mon prochain article.

A bon entendeur : « Jouez bien, Jouez plein, Paddle à tous. »

avatar Publié par le 16 mars 2014. Classé dans à la une, Actualités, Dossiers. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

12 Réponses pour Le Problème Indé

  1. Ça mérite un oscar! 🙂

  2. avatar Sleipnir / Aurrusis

    Sérieux ton article vend du rêve de roxxage de poney dans des bottes de foin. Justement au moment où je m’interrogeais sur la soi-disant originalité de tout les titres indés ou même des « grosses » licences. Hennissement tout bas du Sleipnir.

  3. Dans ce cas merci beaucoup ça me fais plaisir 🙂

  4. Qui c’est qu’a pondu çà, il me faut un nom ?
    PS: un ami qui vous veut du mal

  5. Pingback : Retour sur le Problème Indé : Mise au point | Game Inferno

  6. Pingback : Une question de choix | Game Inferno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *