Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une Actualités PC Windows PlayStation 4 (Pro) PlayStation 5 Tests et Avis Xbox One (X)

[Avis/Test] Resident Evil Village

En 1996, sort Resident Evil, premier Survival-Horror de l’histoire du jeu vidéo. Le titre fête depuis mars 2021 ses vingt-cinq ans. À l’occasion de cet événement, Capcom enchaîne les projets cross média : une série en prise de vue réelle par Netflix, Resident Evil Infinite Darkness, une série qui se déroule entre les événements de Resident Evil 4 et Resident Evil 5 ainsi qu’un reboot au cinéma : Resident Evil : Welcome to Raccoon City. Coté jeu vidéo, nous avons eu l’annonce d’une version Oculus Rift de Resident Evil 4, RE : verse, une expérience multijoueur et pour finir, le jeu qui nous intéresse : Resident Evil Village.

Dans ce test, nous allons prendre en compte les qualités et les défauts du nouveau titre de Capcom et dresser un constat de ce dernier, mesdames, messieurs préparez-vous à pénétrer dans le village des ombres.

 

I Scénario et présentation du contexte

Le jeu commence sur la magnifique narration d’un conte local qui n’est pas sans rappeler le conte des trois frères d’Harry Potter et les Reliques de la Mort. Nous retrouvons ensuite Ethan Winters et sa femme Mia, désormais parents, protégés par le B.S.A.A. Ils vivent une vie de famille paisible dans les pays de l’Est. Le calme est vite rompu lorsque Chris Redfield, héros emblématique de la saga apparaît et assassine froidement Mia sous les yeux d’Ethan avant de kidnapper le héros et sa fille Rosemary. À la suite d’un accident de voiture Ethan se réveille aux abords d’un mystérieux village. Après quelques minutes d’exploration, vous êtes attaqué par un tout nouveau type d’adversaire : Les Lycans, des hommes à l’apparence bestiale qui n’hésiteront pas à vous sauter à la gorge pour vous dévorer vivant. Votre mission ? Explorer le village et ses alentours afin de retrouver votre fille et ainsi retrouver une vie normale.

 

Heisenberg sera le premier seigneur à vous mettre à l’épreuve.

 

Suite directe de septième épisode, l’aventure se déroule 3 ans et 8 mois après les événements qui se sont déroulés chez les Baker. Toujours aussi mal écrit, le protagoniste a ce coup-ci reçu un entraînement militaire et semble bien plus expérimenté qu’il ne l’était auparavant. Notre héros visitera différentes zones pour atteindre l’objet de sa quête : un château peuplé par d’étranges créatures vampiriques, une maison hantée envahie de poupées, un lac habitant une sordide créature poisseuse et l’usine rouillée d’un savant fou. Ces 4 zones possèdent chacune leur seigneur qui représente les gros objectifs et obstacles d’Ethan qui, pour progresser, devra s’opposer à eux et déjouer leurs sinistres plans s’il veut retrouver Rosemary et quitter le village.

Dans sa quête, Ethan Winters rencontrera de nombreux villageois dont le Duc, mystérieux personnage qui à l’instar du marchand dans Resident Evil 4 suivra notre héros à travers la région afin de lui fournir armes et ressources qui l’aideront à combattre les multiples créatures qui infestent les environs. Bien qu’il y ait quatre seigneurs, le plus mis en avant lors de la campagne de promotion du jeu est bien évidemment Alcina Dimitrescu, véritable idole des joueurs depuis sa première apparition lors de l’annonce du titre. Cette dernière mesure 2m90 et n’hésitera pas à vous traquer avec ses filles Bella, Cassandra et Daniela à travers les couloirs et les geôles de son château afin de briser vos os et boire votre sang. Mix entre Élisabeth Báthory et Dracula, nul doute que ce Resident Evil Village s’inspire des films de la Hammer et des contes et légendes des pays de l’est. Voici pour le contexte, abordons maintenant le gameplay, ses mécaniques, mais surtout ses nouveautés par rapport à Resident Evil 7 Biohazard

.

VILLAGE brille autant par sa direction artistique que par son cara-design

 

II Mécaniques et évolution du gameplay

Ethan Winters oblige, le jeu reprend la vue à la première personne de Resident Evil 7 Biohazard, mais aussi quelques-unes de ses mécaniques comme la confection qui fait son grand retour avec de nouvelles d’options. Alors que dans le septième nous devions nous contenter des différentes grenades et munitions de pistolet, Ethan est désormais capable de construire tous les types de munitions du fusil à pompe en passant par celles de magnum, économisez donc précieusement vos ressources pour créer les meilleures combinaisons et avancer aisément dans l’aventure sans avoir à compter vos balles.

 

Il y en a pour tout les goûts dans le menu de confection, mais vos ressources restent limitées.

Durant votre exploration à travers les différents secteurs du village, vous aurez l’occasion de récolter la monnaie du jeu : Le Lei. Cette dernière se récupère de différentes façons : vaincre des ennemis, en brisant des éléments du décor ou en vendant des trésors récupérés durant votre aventure. L’argent vous sera utile lorsque vous rencontrerez le Duc, marchant itinérant qui possède plusieurs services dans sa boutique dont nous allons rapidement faire le tour.

 

 

Le Bazar : la partie achat, c’est ici que vous récupérerez de nouvelles armes, mais aussi des accessoires pour augmenter drastiquement les capacités offensives de votre équipement. Le Duc vend aussi des formules pour le menu confection ainsi que des munitions et des soins, toutefois leurs prix augmenteront à chaque nouvel achat.

L’atelier : à l’instar de Resident Evil 4 et Resident Evil 5, vous aurez la possibilité au fur à mesure de l’aventure d’augmenter définitivement les statistiques de votre arsenal à travers les nombreuses nouvelles parties possibles en NG+.

La bourse : c’est le menu de revente du Duc. Le bougre est prêt à vous racheter jusqu’à votre armement et vos trésors en échange de quelques Lei.

Une fois avancé dans le jeu, le commerçant vous proposera un nouveau menu : la cuisine. Comme son nom l’indique et en échange de quelques ingrédients que vous chasserez ici et là à travers le village, le Duc vous préparera de délicieux plats qui renforceront les statistiques de votre personnage et ce, de manière définitive.

Une fois le jeu fini, vous aurez de nouveaux articles chez le marchand

Les adversaires de ce Resident Evil Village sont les Lycans ; rapides et dangereux, ils attaquent en meute et tenteront de vous agripper afin de vous dévorer. Comme dans l’épisode précédent, Ethan a la capacité d’amortir les dégâts subis en se protégeant tout en pouvant désormais les repousser après les avoir contrés une première fois afin de fuir et d’économiser vos munitions. Rien ne vous empêche de tuer tous les ennemis du jeu afin d’assouvir votre désir de destruction, les munitions se ramassent en grande quantité et les ennemis lâchent énormément de ressources vous permettant d’en créer dans le menu confection.

 

Un remake de Resident Evil 4 avant l’heure ?

Pour les fans du scoring le mode mercenaire fait son grand retour après des années d’absence ! Véritable hommage à l’arcade, vous aurez l’occasion d’arpenter les différents environnements du jeu afin de combattre moult adversaires et débloquer si vous avez la patience une arme bonus pour l’aventure principale qui n’est pas sans rappeler un certain Silent Hill 3. Le gameplay et la structure de ce mode se rapprochent du raid mode de Resident Evil Révélations 1 et 2, les ennemis ne sont pas infinis et de nombreux bonus sont à ramasser dans les zones, libre à vous de vous adonner à ce mode une fois l’aventure principale terminée.

 

III Direction artistique et interaction avec l’environnement

Resident Evil Village est le premier épisode de la série à sortir sur les dernières générations de consoles. Initialement prévu pour être une exclusivité next-gen le jeu sort néanmoins sur les PlayStation 4 et Xbox One pour un résultat plutôt convaincant. Le jeu reste stable et les temps de chargements, absent des versions PlayStation 5 et/Série X, ne sont pas intrusifs. C’est néanmoins sur ces dernières et sur PC que le jeu se révèle impressionnant techniquement. Les jeux de lumière couplés à une magnifique direction artistique font de ce huitième épisode le plus beau jeu de la licence, la variété des décors est intéressante et chaque zone, qui correspond à chaque seigneur, est différente et bien pensée dans son level design.

 

Aussi belle que sauvage, les habitantes du château Dimitrescu n’hésiterons pas à vous traquer.

Concernant le level design, il est important de préciser que le jeu se rapproche grandement de Resident Evil 4. Il ne sera donc pas étonnant d’y retrouver de nombreux clins d’œil comme l’assaut des villageois en début de partie, d’être submergé par les Lycans avant d’être sauvé par le son d’une cloche, un château avec de nombreuses énigmes et un lac à traverser en bateau, habité par un poisson géant. Mais ne vous méprenez pas, Resident Evil Village réussit à développer sa propre ambiance grâce à son cadre ; les pays de l’Est ont un style et une architecture bien différente de l’Espagne du quatrième volet.

 

Il y a comme un air de déjà-vu

Cependant, bien que le jeu commence en apothéose avec une zone ouverte et magnifique, les suivantes sont bien moins inspirées et auraient mérité bien plus de soin et de développement afin d’offrir la meilleure expérience possible, la liberté d’exploration disparaît au profit de la linéarité, vous errerez dans des couloirs pour ramasser des items clés et tirer sur tout ce qui bloque votre chemin. Le village représente le hub central de la région ; après avoir vaincu un seigneur, vous aurez l’occasion d’y retourner afin de faire la chasse aux boss secrets, aux ingrédients et aux trésors.

 

Village Métroidvania Evil

 

Mais que serait une véritable ambiance dans un jeu vidéo sans une bande son d’exception ? Celle de Resident Evil Village est signée Shusaku Uchiyama, habitué de la licence depuis Resident Evil 2, le compositeur nous offre un soundtrack aux divers sonorités: tantôt calme, tantôt épique, c’est durant les combats de boss que la musique s’emballe pour en découdre. Comme dans les remakes sortis ces deux dernières années, Capcom nous propose de nouveau une superbe expérience auditive grâce à la technologie binaurale qui renforce l’immersion en donnant l’impression d’être dans les oreilles d’Ethan Winters, nous vous recommandons donc de jouer avec le casque afin de localiser plus facilement la terrible Alcina Dimitrescu et ses sbires. Mention spéciale à Yearning For Dark Shadow de Brian D’Oliveira, thème principal du jeu en lien avec le fameux conte local.

 

Conclusion

Les points forts :

  • Un excellent gameplay intuitif et précis.

  • Une magnifique direction artistique accompagnée d’un très bon cara-design

  • Fluide sur les anciennes et nouvelles générations de consoles.

  • Quelques énigmes sympathique, mais frustrantes de par leurs facilités.

  • Le doublage FR est de très bonne qualité.

  • Chris Redfield plus charismatique que jamais.

Les points négatifs :

  • Un scénario peu inspiré qui ne fait pas avancer la licence.

  • Un traitement inégale des seigneurs et des zones pas assez développés.

  • Un bestiaire très peu varier et qui ne change pas le gameplay.

  • Ethan Winters est le protagoniste le moins bien écrit de la saga.

  • A malheureusement plus des airs de Resident Evil 4-bis que de véritable huitième épisode.

  • RE:verse reporter à l’année 2022 à quelques jours de sa sortie officielle en Juillet 2021.

Plus fun et rapide que ne l’était son prédécesseur, ce huitième épisode manque cruellement d’ambition, il s’inspire bien trop de Resident Evil 4 et n’invente rien du point de vue du gameplay qui n’est qu’une amélioration du système de combat de Resident Evil 7 Biohazard. Son importance dans le lore de Resident Evil est catastrophique créant de nombreuses incohérences et détruisant les enjeux de son aîné. Il reste néanmoins agréable à parcourir pour peu que l’on ne cherche pas la petite bête concernant les nombreux retournements de situation du titre. C’est un excellent titre pour célébrer l’anniversaire de RE et pour tout achat du jeu, Capcom vous offre Resident Evil RE : verse, une expérience multijoueur compétitive où tous les héros de la licence s’affrontent dans une bataille avec les armes biologiques qui sortira en 2022 et dont vous aurez le test à sa sortie.

Que l’on aime ou non les derniers épisodes, les ventes de ce Resident Evil Village, Resident Evil 2 Remake et de Resident Evil 7 Biohazard prouvent que la licence a commercialement de beaux jours devant elle. Malheureusement, nous regrettons que Capcom se repose sur ses acquis et nous offre une expérience, certes divertissante, mais avec une impression d’inachevé, entre le simple bon jeu et le chef-d’œuvre. Un DLC est déjà annoncé suite à la demande générale des fans, seul l’avenir nous dira si ce dernier saura combler les trous scénaristiques.

Disponibilité : PC, PS4, PS5, XBOX One, Série X, Stadia

Screen de la version PlayStation 5

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :