Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une PC Windows PlayStation 4 (Pro) PlayStation Store Tests et Avis

[Avis] Control – The Foundation (DLC)

Qu’elle est dure la vie de directrice quand on s’appelle Jesse Faden et qu’on a en charge d’empêcher régulièrement l’invasion d’entité extradimensionnelle. Pas une minute de repos, des tonnes de gravas à déblayer, du personnel ronchon qui glande dans les airs et quand le calme revient, on est tout de suite invité à rejoindre les entrailles de notre établissement pour éviter une nouvelle catastrophe.

Sortie le 26 mars, The Foundation est le premier DLC narratif de Control. Publié en août 2019 ce jeu développé par Remedy et édité par 505 Games relate l’aventure de Jesse, une femme à la recherche de son frère disparû dans de mystérieuses conditions. Amenée à visiter l’Ancienne Maison, une grande bâtisse en plein coeur de New York, notre héroïne va se retrouver propulsée à la tête du Bureau Fédéral du Contrôle. Et comme si ça ne suffisait pas, elle va devoir contenir et anéantir le Hiss, une entité maléfique. En tant que directrice, Jesse reçoit des ordres de la part du Comité, un groupe d’entité dont on ne connait rien si ce n’est qu’il siège dans le Plan Astral. Ce lieu situé dans une dimension parallèle et connecté à l’Ancienne Maison est entrain de s’effondrer et menace d’entrer en collision avec notre réalité. Pour empêcher cela, Jesse doit se rendre au coeur du bâtiment et « réparer » des fondations branlantes.

Le point de départ de ce DLC est simple: c’est la « cata » dans les profondeurs et il faut aller faire le ménage. Ce déclenchant sous la forme d’une nouvelle mission, The Foundation démarre uniquement si vous avez fini le jeu. Si ce n’est pas le cas, mettez vous au boulot et profitez en pour peaufiner l’arbre de compétence de Jesse. Il est fort probable que vous n’ayez pas pipé un mot au résumé fait précédemment, alors je vous laisse deux liens: mon avis ici et le wiki très complet et enrichissant ici.

Difficile de raconter Control sans trop s’étaler. Sachez juste qu’il s’agit d’un TPS très dynamique dans un univers où le paranormal est le quotidien des personnages. Avec son intrigue à tiroir digne d’un film de David Lynch, Control possède un lore très riche qui contient pléthore de mystères. C’est en collectant des documents, notes de services, cassettes audio, diapositives etc que les réponses viendront au joueur. Si vous adhérez au jeu, votre curiosité sera récompensé. Il faut s’attendre à être surpris. The Foundation ne prend pas le joueur à contre pied et suis le même schéma narratif: exploration, combat, progression, résolution etc.

Le Halo Lumineux provient du Plan Astral

Jesse se retrouve donc à devoir rejoindre les tréfonds de l’Ancienne Maison pour découvrir un tout autre environnement. Exit les bureaux, couloirs labyrinthiques et départements scientifiques. Les fondations sont plus naturelles. On se retrouve rapidement dans une immense caverne où en son centre trône un monolithe colossal à moitié détruit. Pour rétablir l’équilibre entre la réalité et le Plan Astral, Jesse doit refermer des failles en se rendant dans deux zones. A mesure que son enquête avance, Jesse va en savoir plus sur le développement de l’Ancienne Maison et sur la création du Bureau Fédéral du Contrôle. Elle va comprendre que quelqu’un a tenté de sauver le Plan Astral il y a peu et que malheureusement cette tentative a échoué.

Le Plan Astral en difficulté

Comme dans l’aventure principale, le côté metroidvania est là. La zone où réside le monolithe est le point de départ pour aller explorer différentes zones et remplir les objectifs de mission. Pour accéder à chaque zone, il va falloir obtenir des compétences qui seront données en suivant le scénario. Comme pour ses autres pouvoirs télékinésiques, c’est le Comité qui va lui transmettre. En revanche, ici pas besoin de collecter des points d’XP, ils n’ont pas besoin d’être développés. Ces deux « dons » vont permettre à Jesse de détruire des obstacles pour révéler des passages plus ou moins secrets ou créer des plateformes pour accéder à des zones inaccessibles. Si le jeu n’invite pas vraiment à abuser de ces nouveaux pouvoirs, il faut savoir que le « façonnement » peut se révéler très utile en combat puisqu’il peut faire sortir du sol des pics rocheux (en surbrillance) et ainsi provoquer le disloquement de quelques morceaux de chairs. Le second est par contre plus anecdotique.

Dans les profondeurs de l’Ancienne Maison, c’est la verticalité du jeu qui est mise en avant. La capacité de se déplacer dans les airs offrait déjà à Jesse une liberté de mouvement folle et ce nouvel environnement vertigineux permet de pleinement en profité. L’accent est clairement mis sur l’exploration et un peu moins la confrontation.

Tremblez pauvres fous!!

Le Hiss si omniprésent dans les bureaux de l’Ancienne Maison commence à peine à se faire une petite place dans les fondations. Ce qui réduit considérablement les rencontres hostiles et de ce fait leur intensité. Alors attention, ce n’est pas une promenade de santé, les combats restent nombreux mais on subit beaucoup moins les spawns ennemis.  Si vous avez fait le choix du tout droit dans Control et que vos pouvoirs sont à un niveau faible ou moyen, il ne fait aucun doute que vous mordrez un peu la poussière. Dans le cas contraire, chaque ennemi, même le plus coriace, se verra balayer d’un simple revers. La difficulté qui était déjà un peu aléatoire n’a pas été retravaillée et rouler sur les ennemis sera une habitude parfois frustrante pour quiconque désire un peu de challenge. Le bestiaire est toutefois mis à jour avec ceux qu’on appelle les Aiguisés, qui vous pourchasseront sans cesse, vous obligeant à utiliser la voie des airs et à repenser la stratégie répétitive des gunfights. Les snipers sont sans doute ceux qui vous feront le plus de mal si vous n’apprenez pas à gérer votre mana et à dasher au bon moment.

Sur la liste des regrets, on mettra en tête ce gros soucis de checkpoint qui n’a pas été corrigé. Chaque fois que Jesse atteint un point de contrôle, matérialisé par une zone à purifier, une sauvegarde est réalisée et elle ne se fait que sur ces points là. Votre progression entre ce lieu et le suivant possèdant un point de contrôle ne sera jamais préservée. Traduction: si vous mourrez entre deux checkpoint,il faudra tout recommencer et cela peut vite être pénible. Bon en revanche, les ennemis vaincus auparavant, ne réapparaissent pas tous voir pas du tout. C’est juste qu’on est en 2020 les gars. Hein quoi? Comment ça les Souls Like?

Le contenu principal de The Foundation s’étend sur 3-4 heures, en prenant le temps de ramasser les collectibles liés au scénario. Ce temps de jeu peut largement être augmenté avec des quêtes annexes « surprenantes » (Jesse Faden starring in Swift Platform ou ce fameux Maneki Neko de l’angoisse).

Au rayon technique, on retrouve une direction artistique toujours aussi bluffante qui a abandonné le brutalisme architecturale et la culture d’entreprise pour proposer des fondations caverneuses, organiques et angoissantes. Le sable rouge foulé par les pionniers est tout aussi inquiétant que le rouge vif du Hiss capable de trigger n’importe quel joueur. Il y a là encore un vrai travail d’ombres et de lumières avec cette ambiance opressante persistante. Visuellement épatant, l’aspect audio n’est pas mis de côté avec le duo Alanko/Andersen qui fait une fois de plus des merveilles que ce soit pour le sound design ou l’ambiance (jouez y au casque et dans le noir).

Celle qui en revanche est en difficulté, c’est cette bonne vieille PS4. The Foundation n’étant pas encore disponible sur Xbox One, il est impossible de procéder à une comparaison entre les deux supports. Sachez seulement que sur PS4 classique, chaque pause dans le jeu vaudra un ralentissement entre 1 et 3 secondes au moment de reprendre. Et le frame rate est globalement instable. Control et son contenu additionnel n’ont de cesse de montrer les limites des consoles. Exception faite de cela, ce DLC est magnifique à pleurer. Etant dans l’impossibilité de tester le jeu sur PC, il ressort sur internet des avis positifs sur la mise à jour de Nvidia concernant le Ray Tracing avec des textures beaucoup moins baveuses et une stabilisation entre 50 et 60 FPS.

Ce premier DLC est globalement réussi et ajoute un contenu très intéressant à l’univers de Control. On aurait pu être en droit d’exiger un peu plus de la part de Remedy, mais ne boudons pas ce plaisir immense de pouvoir, découvrir un nouvel environnement et de se prendre pour un monstre de puissance. Plus axé plateforme que shooter, The Foundation délivre de nouvelles réponses tout en prenant soin de ne pas trop en dire afin que certains mystères restent en suspens. Les panoramas offerts sont incroyables avec des zones plus vastes et aériennes. Repenser le gameplay par petites retouches anodines, permet de se sentir à l’aise tout en apportant un peu de nouveauté à son style de jeu. Remedy prend soin de son joueur en lui suggérant des features et non en lui imposant brutalement. On regrettera un final simpliste et expédié avec un combat qui dépendra du niveau du Jesse. Il est à souligner que dans ce nouveau contenu, le personnage de Jesse a évolué. On la sent plus à l’aise dans ses responsabilités. De grands pouvoirs impliquent de devenir une grande femme. Prochain rendez vous cet été pour un événement important. Le probable retour d’Alan Wake.

THE FOUNDATION est un DLC de Control disponible sur PC (Epic Game Store), PS4

Testé à partir d’une version commerciale sur PS4

Disponible sur Xbox One le 25 juin 2020 et sur Steam en Août 2020

Prix conseillé: 14€99 sur PS4 / PC

Season Pass: 24€99 sur PS4/PC

Screenshots personnels à partir du mode photo du jeu

 

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :