Yooka-Laylee : pas de quoi en faire une plate-forme !

Voilà longtemps que j’attendais un vrai jeu de plates-formes sur Xbox, car c’est un genre presque inexistant chez Microsoft. C’est donc avec le cœur rempli d’espoir que j’ai demandé au grand Liryc Sama de tenter de m’avoir le jeu Yooka-Laylee, et devinez quoi ? Suspense insoutenable : on l’a eu ! Alors merci à la Team Yooka et merci à toi, copain.

La version testée, merci encore à l’éditeur

Yooka-Laylee est un jeu vidéo de plates-formes en 3D ultra coloré. Il est édité par Team 17 et développé par le studio Playtonic Games. Le jeu est sorti le 11 avril 2017 sur Xbox One, Playstation 4, PC et il sera prochainement disponible sur Nintendo Switch. On le dit être le digne successeur de Banjo-Kazooie. Voici ce que j’en ai pensé, je vous préviens, ça sent un peu le cramé !

Un duo choupinou

Yooka-Laylee, c’est avant tout un duo de créatures (un caméléon vert et une chauve-souris violette) qui ne se déplace jamais l’un sans l’autre. Les voilà partis à la recherche des pagies : les pages dorées d’une livre magique qui se sont dispersées ici et là. Pour les récupérer, les deux compères seront amenés à explorer cinq mondes différents et à rendre des services à plusieurs personnages qui les paieront en pagies. Le tout est d’empêcher le vilain Capital B de reconstituer le livre, car alors, il pourrait réécrire l’univers.

Bienvenue dans les monde des Tropiques Tribulantes

Au gré de nos explorations, on croisera régulièrement le même protagoniste, à savoir Trowzer, un serpent qui nous vendra des techniques d’attaque ou d’adresse en échange de plumes ramassées aux quatre coins du jeu. Pourquoi des plumes ? Sûrement parce que c’est doux, poil au genou.

En pleine discussion avec Trowzer

Parmi les améliorations fournies par Trowzer, il y a par exemple le Crache-Misère. Ce pouvoir permettra à notre petit caméléon de choper des baies avec sa langue afin de les recracher lors de situations bien spécifiques. Par exemple, une baie de couleur bleue contient en fait de l’eau. Pratique lorsqu’on veut éteindre un barrage de feu qui empêche d’accéder à l’une des pagies.

Oui, les pagies ont des yeux, et même qu’elles sourient !

Je voudrais pouvoir vous dire que j’ai pris mon pied en jouant à Yooka-Laylee, même si ce n’est pas très pratique pour jouer, avouons-le. Malheureusement, ce fut loin d’être le cas.

Pour commencer, j’ai trouvé que le jeu manquait de personnalité. Yooka-Laylee a en fait piqué des idées à différents jeux de plates-formes bien connus :
– Les roulades pour se déplacer et prendre de la vitesse : Sonic.
– Tourbillonner pour donner des coups de queue aux ennemis : un poil de Crash Bandicoot, références au jeu que l’on retrouve aussi dans les décors.
– Gober des trucs avec la langue pour les recracher sur les ennemis : un mélange de Yoshi et de Kirby.

Ensuite, j’ai trouvé que certains personnages, ou plutôt devrais-je dire « choses », qui peuplent les mondes, ne sont pas franchement imaginatives. On trouve de tout et n’importe quoi, et ça donne… Rien.

Un truc… Ou peut-être bien un machin…

Pour finir, je suis obligée de parler des dialogues interminables que l’on est forcé de se coltiner tout au long du jeu, dans une langue faite de bruitages qui à la longue, voire dès le début, est vraiment irritante. Je dirais même EXASPERANTE !

J’ai tout de même quelques bonnes choses à dire : faut pas pousser mémé dans les pagies.

Les graphismes sont plutôt bons.

Les mondes sont mignons et assez vastes, d’autant qu’on a la possibilité de les développer.

Le gameplay est facile d’utilisation et se mémorise vite.

De petites énigmes pimentent parfois le parcours, ce qui donne un peu de fil à retordre.

Avec Yooka-Laylee, on est dans du jeu 100% plates-formes/aventure, un genre que j’apprécie normalement beaucoup, beaucoup, beaucoooooooooup. Mais là, ça a fait flop. Je me contenterai d’un 4/10, pour les quelques points positifs que j’ai cités juste au-dessus, et c’est déjà pas mal !

avatar Publié par le 28 avril 2017. Classé dans à la une, Actualités, Tests et Avis, Xbox One. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *