Game Inferno

Dans l'enfer du jeu

à la une Dossiers

Pourquoi je m’en branle de l’affaire Zoe Quinn…

…au point que je ne devrais même pas faire un papier sur le sujet… Mais je suis une grosse pute à clics.

Bon, ce n’est pas vraiment une news à clics que je vais faire, je ne suis pas comme ça voyons. Je vais plutôt vous livrer mon avis sur tout ce bordel. En fait, je pourrai limite m’arrêter au titre, à savoir « on s’en branle », mais j’ai quand même envie d’argumenter sur le sujet car je suis consciencieux (c’est chiant à écrire comme mot ça, et à dire aussi).

Donc, pour ceux qui seraient totalement hors des réseaux sociaux et des internets, je vous résume un peu le truc. Quoique vous ne pourrez pas lire ce qui va suivre si vous n’avez pas internet… CQFD comme disait Jules César en traversant le Rubicon. (Comment ça ce n’est pas ce qu’il a dit? Chuuuut !)

Zoe QuinnZoe Quinn est une développeuse indépendante de jeux vidéo qui fait parler d’elle depuis quelques mois parce qu’elle aurait (le conditionnel oui, ça ne fait pas de mal) vendu ses charmes à un journaliste de Kotaku pour avoir un coup de pouce par rapport à son jeu. Elle aurait aussi (toujours au conditionnel) fricoté avec pas mal de personnes du milieu du JV. Cela dit, elle y bosse donc forcément, elle a moins de chance de fricoter avec les éboueurs. Un moment, il faut quand même prendre en compte le facteur « milieu professionnel ».

ENFIN bref, elle aurait fait plein de « trucs pas cool ». Il y aurait même des preuves (discutables) de ses « mauvais agissements », du coup la communauté des « gamers » s’est insurgée. Ajoutons à ça que le prénom « Zoe » est un prénom féminin (au cas où vous n’auriez pas bien compris qu’on parlait d’une femme) et que même si je ne partage pas l’avis des féministes, force est de constater que les femmes ont tendance à en prendre plein la gueule. Cette histoire est donc du pain béni pour les trolls des internets, cons comme des pieds de chaise pour rappel.

Pour suivre mon raisonnement efficacement, on va admettre une minute que tout ce qui lui a été reproché est vrai. J’ai envie de dire : et alors!? Premièrement, les pots de vins ça n’a rien de nouveau, dans ce milieu comme dans un autre, ça gueule déjà suffisamment dans tous les sens contre tel ou tel site qui serait acheté par les éditeurs afin de favoriser certaines licences (Doritos gate), mais cette grogne dépasse rarement les quelques petits articles ici et là que l’on peut trouver sur la toile.
Par contre, il suffit qu’une femme utilise, non pas l’argent mais son corps pour obtenir des faveurs et ça y est, c’est l’holocauste ! Elle se fait insulter, juger et tout le monde débarque, arme au poing, prêt à lui mettre des « headshot » parce que c’est dégueulasse de faire ça, bla bla bla…

Ce qu’il se serait passé avec le journaliste de Kotaku aurait justement (soi-disant) un rapport avec la notation de son jeu. Excusez-moi du peu, j’espère ne froisser personne, mais les joueurs un minimum avertis savent depuis quelque temps déjà que se fier à la note d’un site concernant un jeu, c’est particulièrement con et ce peu importe le site (enfin surtout les 3 plus connus).
Alors ne venez pas me la jouer en me disant qu’elle a fait ça pour tromper les joueurs et vendre plus de jeux. NON, deux fois NON, trois fois NON (comme le Kaioken, ça marche aussi avec les Kamé hamé ha).
Les pots de vin, peu importe leur nature, c’est dégueulasse. Je ne cautionne pas ce qu’elle est sensée avoir fait, je dis juste qu’on s’en fout complètement. Cela fait des années que c’est ainsi et si on fait un minimum preuve d’esprit critique, on ne se fie pas simplement à la note d’un site (je sais, je radote)… A moins que vous soyez totalement aveuglés par la magnificence de Kotaku, m’enfin là c’est une autre histoire.

Pour ce qui est du « Elle aurait couché avec plein de gens du milieu du jeu vidéo pour s’attirer leurs faveurs « , c’est facile pour ceux qui en auraient profité, de crier sur tous les toits après coup que c’était pour des faveurs. Il n’en était peut être rien. C’est bien connu, si vous jetez un morceau de pain sec à des canards, ils vont tous se ruer dessus en caquetant comme des sauvages. Il se passe la même chose dès qu’une personne un peu connue à des soucis. Vous pouvez être sûr que des personnes qui n’ont jamais rien dit vont d’un coup se réveiller et annoncer au monde entier qu’eux aussi ont dû supporter des trucs pas cools. Il y en a dans le tas qui disent vrai… Mais il y a aussi beaucoup d’”Attention People”.

Puis j’ai envie de dire, Zoe Quinn, si elle a vraiment fait ça, elle fait quand même ce qu’elle veut de son cul, non? Depuis quand la “Communauté Jeux Vidéo” serait garante d’une éthique et aurait un droit de veto sur les actions de ses semblables? C’est quand même le comble venant d’une communauté (joueurs, éditeurs, développeurs, marketeux marketeurs) qui a quand même pas mal de merde à balayer devant sa porte…

Encore une fois admettons qu’elle est fautée, admettons vous dis-je. Elle serait donc la plus vilaine créatrice de jeu au monde et la seule à soudoyer les journalistes (ou autres) pour faire vendre de la « merde »? Son jeu, combien parmi ceux qui la critique y ont vraiment joué?
Je le dis clairement, je n’ai pas joué à son jeu et, même s’il est vrai qu’apparemment il n’est pas tip top, il doit quand même plaire à certains joueurs, non? Après tout, il y en a bien qui joue à Base Jump Simulator

Depression QuestBon si j’ai bien pigé, son jeu Depression Quest serait une sorte de roman interactif (je me trompe peut-être mais ce n’est pas trop mon genre de prédilection) et il est sans doute vraiment cool. Qu’est-ce qui nous prouve que JUSTEMENT ses notations négatives ne sont pas biaisées par la vendetta que Zoe Quinn subit en ce moment? Soyons sérieux, un jeu peut-il réellement récolter autant de 0 sur Metacritic? Même un super mauvais jeu (et il en existe un tas à mes yeux) ne peut pas mériter une telle note! Ne serait-ce que parce qu’un 0 sous-entend l’absence de tout! Or, même dans le pire jeu du monde il y a un peu de gameplay et des graphismes… Si ça ce n’est pas une note rageusement envoyée pour lui plomber son jeu, qu’est-ce que c’est?

Depression Quest Metacritic
Ah! Il y a un 1 aussi! L’honneur est sauf

.
De toute manière, que son jeu soit bon ou mauvais, je suis partisan d’une pensée que j’appelle “créative”. A savoir que je juge une oeuvre par rapport à son contenu, pas par rapport à son créateur. Je ne juge pas l’oeuvre de Michael Jackson par rapport à l’homme aux déboires judiciaires. Je ne juge pas les livres de Louis-Ferdinand Céline par rapport à l’auteur antisémite qu’il était (et notre système éducatif fait de même puisque Céline est étudié dans beaucoup de classes. Pour ma part, j’ai eu le droit à Voyage au Bout de la Nuit lorsque j’étais lycéen).
Un artiste, quel qu’il soit, fait ce qu’il veut de sa vie privée. Son oeuvre doit être jugée pour ce qu’elle est. Certains me diront que certaines oeuvres ne peuvent être comprises que lorsqu’on connait la vie de l’artiste en question. C’est parfois vrai… C’est souvent de la branlette artistique.
Je me fous de la vie de Michel Ange et ça ne m’empêche pas d’apprécier le plafond de la Chapelle Sixtine..

Les bonnes idées d'Hergé...
Les bonnes idées d’Hergé…

Si on devait juger les oeuvres par rapport à leurs créateurs, il y a, par exemple, pas mal de bouquins de la littérature française (pour ne parler que d’elle) qui devraient dégager, surtout quand on sait que beaucoup avaient des penchants pour les jeunes garçons, fumaient de l’opium ou étaient des alcooliques notoires.

Bien évidemment, il existe des cas particuliers (comme toujours). Je prendrai l’exemple du chanteur de Lostprophets qui a été accusé de pédophilie… Là, ça va quand même loin et on peut se dire : « je ne sais pas si je pourrai écouter leur musique sans arrière pensée ». Je parle bien sûr comme une personne lambda n’écoutant pas ce groupe mais je pense bien que le fan se fout complètement de la vie privée du chanteur et il a (sans doute) raison! Et bien c’est pareil pour Zoe Quinn! Que son jeu soit un GOTY ou la pire daube de l’histoire, qu’est-ce qu’on en a à foutre de sa vie privée???

Histoire de “puter” un peu, les sites qui relayent ces racontars dans tous les sens au point d’en faire limite une news par jour, c’est du n’importe quoi. Qu’on soit clair et net: depuis quand le milieu du jeu vidéo s’est-il transformé en People Magazine?
On en est quand même arrivé au point où Phil Fish, créateur de Fez, a vu son site piraté et ses données personnelles balancées sur le net, tout ça parce qu’il avait “osé” prendre la défense de Zoe Quinn (qui apparemment, d’après internet, n’a pas le droit d’être défendu…). Ma traduction de son tweet défensif (ci-dessous) n’est peut-être pas exacte mais en gros, ça donne :

« Vous qui attaquez Zoe, vous n’êtes que des lâches. Vous attaquez cette femme de la manière la plus primitive qui soit. Méprisables couards que vous êtes (…) Les petites merdes sous-humaines que vous êtes se révèlent enfin sous leurs vrais jours » .(Je ne traduirai pas le reste, d’autant que je ne sais pas trop comment traduire “Manboobs” qui, associé à « ball-less », ne doit pas être joli).

Phil Fish Tweets
Les tweets originaux de l’ami Phil

.

Tout ce tapage me dégoûte vraiment… Le pire c’est qu’en soit, je m’en branle pas mal de cette affaire. Je n’ai pas joué à son jeu et je n’y jouerai probablement jamais. Je ne connaissais pas Zoe Quinn il y a 3 semaines et je l’aurai probablement oubliée dans 1 mois. Cependant, ce déferlement de haine gratuite est tout simplement gerbant.

Mettez vous à sa place 2 secondes. Il n’est pas nécessaire d’être féministe pour se rendre compte que le milieu du JV est quand même majoritairement composé d’hommes (pas besoin d’avoir fait MIT pour le savoir). Sachant cela, en admettant que tout ce qui lui est reproché soit vrai (ou pas), comment ça va se passer pour elle maintenant? Qui acceptera de bosser avec elle après toutes ces casseroles que cette communauté (gerbante) lui a collées au cul?
Je vois déjà venir les mecs qui lui demanderont des « faveurs » pour travailler avec elle et qui la descendront en flèche si elle a « l’outrecuidance » de refuser… Si jamais elle accepte, il se passera quoi? On aura droit à un nouveau QuinnGate, c’est ça?

La position dans laquelle elle est en ce moment n’est vraiment pas envieuse. Elle va se taper une réputation atroce dans le milieu, à tort ou à raison, on s’en fout finalement. L’important c’est que professionnellement ça va être super chaud de sortir la tête de l’eau. Croyez-moi, on retient beaucoup plus facilement vos mauvaises actions que vos bonnes. Parce que si demain Zoe Quinn sort le meilleur jeu de ces 10 dernières années, il y aura 3 possibilités:

– Soit il sera reconnu comme tel mais avec la réputation qu’internet lui aura donnée. Tout le monde lui gueulera dessus en disant qu’elle a eu des « coups de pouce » d’autres personnes. Finalement son talent ne sera pas reconnu.
– Soit internet va se braquer en disant qu’elle n’a pas pu faire ça toute seule, que c’est grâce à ses relations qu’elle a réussi et donc qu’elle n’a aucun mérite… Cercle vicieux! Son jeu ne marchera pas. Excusez-moi mais Bobby Kotick est un connard de première et pourtant les jeux Activision/Blizzard se vendent très bien… Encore une distinction homme/femme faisant la part belle à la gente masculine.
– Pire encore, si elle sort un jeu mauvais, tout le monde dira qu’elle n’est capable de rien seule et que si ses jeux antérieurs étaient plus intéressants, c’est forcément que d’autres personnes ont travaillé dessus à sa place! Genre elle est développeuse mais elle couche avec le monde entier pour qu’on fasse le jeu à sa place… Well well…

Troll

.

Alors oui, je caricature. Cela dit, il y a tellement de trous du cul cachés un peu partout sur le net que ça ne m’étonnerai même pas de voir surgir des réactions de ce type.
Selon moi, malheureusement, ce n’est pas demain qu’elle sortira un nouveau jeu parce qu’il faut que toute cette histoire se tasse (en espérant pour elle que ça se fasse au plus vite). C’est dommage car, mauvais ou pas, un jeu reste un jeu. Il y a toujours quelqu’un pour y jouer, l’apprécier et en redemander. Priver Zoe Quinn de développer, c’est priver certains joueurs de s’amuser sur ses éventuelles créations.

En bref, si ses jeux sont mauvais, c’est parce qu’elle n’a pas de talent. S’ils sont bons, c’est qu’elle est douée. Dans les deux cas, c’est SA vie privée alors occupez-vous de vos miches! Ce n’est pas parce que son (abruti) de petit ami a balancé un max de trucs sur le net (genre un carnet d’adultère ou je ne sais plus quelle saloperie) qu’il faut considérer que sa vie est publique. Zoe Quinn fait ce qu’elle veut de sa vie et personne n’a rien à en dire!

Sur ce, je vais prendre un Xanax pour me calmer ou je vais flinguer la moitié des connards qui profitent de cette affaire pour déverser leur bile nauséabonde gratuitement.
N’oubliez pas que le jeu vidéo, c’est avant tout du jeu!

Jouez bien, Jouez plein, Paddle à tous.

2 COMMENTS

  1. La voix de la sagesse !

    Les joueurs se posent en pères la vertu pour lapider la femme adultère sans s’interroger une seule seconde sur leur légitimité à le faire.

    Qu’on dénonce le népotisme même si on n’y connait que dalle, admettons. Mais franchement la scène indé n’est certainement pas la cible la plus représentative ou scandaleuse.

    L’image médiatique du joueur (et pas de la communauté, parce qu’un loisir commun ne fait pas de nous une communauté) qui devenait presque potable ne risque pas de s’améliorer avec ce genre de vendettas aveugles et dégueulasses.

  2. Jolie plume, j’ai beaucoup apprécié cette lecture et je partage ton avis.

    Cette affaire a révélé une fois de plus les gros travers des gamers, ou du moins cette masse infâme de gueulards qui polluent nos plages web. Et que dire de la presse vidéoludique qui en fait ses choux gras (un top 10 des héroïnes de jeux « pas sexy », sérieusement??).

    Tout cela me conforte juste dans la voie que j’ai choisi depuis quelques temps: prendre juste les infos dont j’ai besoin sur twitter et ne plus fréquenter les sites et autres forums… Depuis, je dors mieux, ma tension est descendue, ma libido est au top (ou pas, allez savoir) et j’ai même du temps en plus pour jouer…

    Et pour finir, un bon mot de Brassens: « Ne jetez pas la pierre à la femme adultère, je suis derrière ». 😀

LEAVE A RESPONSE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :