The Purge 2: Anarchy – Cauchemar ou réalité en devenir?

The Purge 2 : Anarchy est un thriller et film d’action sorti dans les salles obscures françaises le 23 juillet 2014 et « traduit » sous le titre American Nightmare 2 : Anarchy. Il faudra m’expliquer un jour cette manie qu’on a de modifier un titre de film en anglais pour un autre titre de film en anglais ! Bref !

L'affiche du film

L’affiche du film

Pour ceux qui s’inquiéteraient de ne pas avoir vu The Purge première du nom, pas de souci, les deux films étant totalement dissociables. Néanmoins, je vais juste faire un petit récapitulatif de l’histoire de fond. Ben oui, il y a bien une histoire et on est loin du film à deux balles de série Z.

L’action de The Purge se situe aux Etats-Unis, dans un futur pas si lointain. L’insécurité et le chômage sont dorénavant quasi nuls, grâce à une nouvelle loi mise en place par les Pères Fondateurs, et servant à éradiquer ces fléaux. La loi en question consiste à rendre le crime légal une nuit par an durant 12h. Lors de cette fameuse nuit, les hôpitaux et la police sont indisponibles. Les adorables êtres humains que nous sommes peuvent alors laisser libre court à leurs pulsions les plus violentes. Si le système de Purge semble faire ses preuves en permettant à l’homme de se libérer de toute la pression et la rage qu’il accumule au long de l’année, il ne fait pas bon faire partie des minorités qui sont souvent prises pour cible, ce qui en passant arrange bien les affaires de l’état…

Les nuits de Purge, certains se prennent pour dieu...

Les nuits de Purge, certains se prennent pour dieu…

Dans le premier volet de The Purge, l’action se déroule totalement en huis clos, dans la maison d’une famille aisée, laquelle est située dans un quartier résidentiel. Si il n’est pas essentiel et obligé d’en passer par ce premier volet, il est quand même intéressant de le voir, l’action de The Purge 2 : Anarchy se situant quant à elle en ville. On a ainsi deux visions très différentes et complémentaires de La Purge, de la manière dont elle peut être vécue selon le milieu d’où on vient et l’endroit où l’on se trouve.

On dit que l'argent ne fait pas le bonheur, mais s'offrir un pauvre pour Purger semble rendre certaines personnes heureuses...

On dit que l’argent ne fait pas le bonheur, mais s’offrir un pauvre pour Purger semble rendre certaines personnes heureuses…

Qui plus est, le sujet en lui même fait réfléchir. Après tout, sous notre apparence d’être évolué et ce costume d’être humain que nous portons chaque jour sommes nous véritablement, profondément humains ? Ou est-ce que seule notre conscience nous retient, nous empêche de céder à nos plus bas instincts et à cette nature violente qui est tapie au fond de nous ? Ne perdons nous pas de plus en plus patience au quotidien ? La pression de la vie, de la « normalité », n’est-elle pas trop lourde à porter pour certains, au point qu’ils en viennent à rechercher l’affrontement pour des choses anodines ? Au volant par exemple…

Je ne peux pas trop vous en dire sur le second film, car l’intrigue vaut vraiment le coup d’être préservée. Je peux quand même laisser filtrer que l’action se situe donc en centre ville, qu’un jeune couple va avoir des problèmes de voiture peu de temps avant le début de La Purge et qu’il ne sera pas facile pour lui de survivre au milieu du chaos environnant. Concernant l’élite de la société, elle s’en donne ici à cœur joie, au détriment des minorités… De préférence, mais pas que… Enfin, une mère et sa fille adolescente, ainsi qu’un père meurtrit, constituent avec le couple dont j’ai parlé plus haut, le groupe de personnes qu’on sera essentiellement amené à suivre le long du film. Si la VF du premier volet était franchement limite et même désastreuse selon les personnages, ici rien à redire. L’intrigue, elle, fonctionne parfaitement et est maintenue jusqu’au bout.

Quand on ne trouve pas d'endroit où se cacher, il n'y a plus qu'à courir...

Quand on ne trouve pas d’endroit où se cacher, il n’y a plus qu’à courir…

The Purge 2 : Anarchy est pour moi un excellent thriller qui n’a pas à rougir face à d’autres films du même genre et plus populaires. J’ai stressé à plusieurs reprises et j’ai adoré ça, alors je vous conseille vivement de vous rendre au cinéma pour vous faire une toile ou plutôt, pour vous laisser prendre dans la toile de ce Cauchemar Américain.

avatar Publié par le 30 juillet 2014. Classé dans à la une, Actualités, Movie Inferno, The Other Inferno. Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *