[Test] Destiny : Les Ténèbres Souterraines.

image1

Avant de vous balancer son test de La Maison des Loups, le second DLC de Destiny, le Maître des Enfers s’est dit que ça serait cool de vous faire une piqûre de rappel concernant le premier DLC du jeu. Il a donc chargé son alter ego féminin, aka moi, de vous rafraîchir la mémoire de façon rapide mais néanmoins efficace. C’est donc ce que je vais faire.

Bzzz Bzzz motherf*ckers.

Intitulé Les Ténèbres Souterraines histoire de vous mettre dans l’ambiance tout de suite, ce premier DLC vous plongeait au cœur d’un cauchemar où la ruche est reine. Et au-dessus d’elle se trouve Cropta, son Dieu, tout en sobriété et en épée dangereuse qui fait mal. Vous avez déjà eu l’occasion d’en entendre parler lors de vos missions sur la Lune (mais si, vous allez botter des fesses d’esclaves dans une de ses maisons de vacances/le temple qui porte son nom).

Mais prenons du début.
Avec ce DLC venait évidemment un semblant de complément à l’histoire de base en s’appuyant sur un nouveau PNJ, Eris Morn. Cette ancienne gardienne est la seule rescapée de son escouade, décimé dans une mission suicide ayant pour but l’anéantissement de Cropta. Après des mois d’errance, c’est littéralement transfiguré qu’elle a établi son QG sur La Tour et vous donne de nouveaux contrats ainsi que de nouvelles missions de type Histoire et Assaut, afin de finir la tâche qu’elle et ses compagnons n’ont pas pu accomplir.
Ne nous mentons pas, ces quelques missions sont loin de rallonger de beaucoup la durée de vie du jeu -en terme de campagne principale j’entends- et ce n’est pas la diversité des contrats ou l’appât du gain qui va faire qu’on ira la voir quotidiennement tant ce qu’elle propose est peu intéressant. Les matériaux irradiants sont sûrement ce qui sera le plus à surveiller, une fois les équipements du raid obtenus.
Aucune nouvelle zone à découvrir, tout se passe sur la Terre et la Lune telles qu’on les connait, mais deux nouveaux assauts qui peuvent se révéler un joli challenge à haut niveau sont quand même à noter.
L’Epreuve n’est pas en reste et voit 3 nouvelles maps assez géniales s’ajouter à la liste déjà existante. En tant qu’amatrice de PvP, je peux vous garantir que je prends mon pied dessus.
Sachez enfin qu’en dehors des missions d’Eris, des Chevaliers apparaissent ponctuellement sur les zones de patrouille sur Terre et sur la Lune et qu’il est possible, après les avoir abattu, de récupérer leur épée histoire de se rejouer l’expérience du niveau hypra jouissif L’Epée de Cropta, et ça, que vous ayez acheté le DLC ou non. Cool n’est-ce pas? [Note de Liryc-Sama : pas vu de Chevalier depuis l’arrivée du DLC II]. [Note de Pitch: Ils sont partis acheter des gateaux!]

11269252_10152882695757215_1656269549010459064_o

Trop de hype en un seul objet.

Réduire Eris et son escouade au rang de noobies.

Le second ajout significatif de ce DLC était le second raid: La Chute de Cropta, dans lequel vous pouvez vous lancer en escouade de 6 joueurs (ou moins si vous êtes du genre PGM).

Coucouuuu Cropta, Coucouuuuuu!!

Coucouuuu Cropta, Coucouuuuuu!!

Comme son nom le suggère, votre équipe de gardiens va devoir regarder les monstres de la ruche dans les yeux, leur péter au nez, et faire de gros fuck aux prêtresses et chevaliers pour accéder à Cropta et lui botter les fesses. Pour y arriver il vous faut traverser plusieurs zones bien rythmées au sens propre comme figuré puisque pour accompagner vos combats PvE des morceaux bien sympathiques sont de la partie. On savait que le jeu ne pêchait pas spécialement sur la bande-son, mais c’est toujours bien de le préciser, je trouve ça important. Voilà.
Aucun gros challenge à prévoir cependant, le plus dur est de trouver sa tactique, mais une fois cette étape passée le niveau 30 devient très rapidement une formalité. Le raid en 33 sera un chouïa plus ardu à finir, mais avec des coéquipiers motivés et un minimum stuffés, rien d’impossible. Cropta prend décidément cher. Après l’avoir bien saigné je peux vous garantir que le niveau de difficulté de ce raid est moindre comparé au Caveau de Verre et au final, si j’étais mauvaise, je dirais qu’on pourrait vite se lasser de ce raid. Mais je ne le dirais pas. (oh wait.)
Le teamwork demandé pour en venir à bout est l’atout majeur qui fait que ce raid reste tout de même légitime et très plaisant à jouer (et c’est ce qui importe non ?) Le stuff lootable est plutôt honnête voire ultra badass, de quoi pimper votre/vos gardien(s) Cropta Style et lui/leur octroyer des bonus de défense sympathiques.
Car bien évidemment, avec tout ça venait son lot de nouveau stuff (armes et armures) qui vous permettait de monter jusqu’au niveau 32 de lumière. Cet équipement évolue en utilisant des matériaux irradiants uniquement trouvables chez Eris et dans ce raid. L’occasion de se le refaire toutes les semaines dans la bonne humeur et de looter, je sais pas moi, un petit Gjallarhorn par exemple (ou cinq, hein Liryc-Sama ?)

Si vous pensez que vous n'avez pas besoin de ceci, vous pensez mal.

Si vous pensez que vous n’avez pas besoin de ceci, vous pensez mal.

Alors oui, on a eu quelque peu l’impression que le contenu de ce DLC aurait pu/du se trouver sur le jeu de base, mais une fois passé l’amertume des 20€ supplémentaires (ou des 35€ du season pass si vous avez été malin), ce DLC n’est que fun et awesomeness. Développer son personnage jusqu’au niveau maximum reste encore très jouissif et ce procédé n’est pas prêt de perdre de son efficacité au fur et à mesure de l’avancé de la licence.
Comme tout le reste de Destiny il faut en faire l’expérience à plusieurs pour l’apprécier à juste titre et là, sans même vous en rendre compte, il est 3h du matin quand vous décidez de lancer un Cropta 33.
Je ne jette pas la pierre, been there, done that.

LLAP.

avatar Publié par le 26 mai 2015. Classé dans à la une, Actualités, PlayStation 3, PlayStation 4 (Pro), Tests et Avis, Xbox 360, Xbox One (X). Vous pouvez suivre les réponses de cet article via le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Une réponse pour [Test] Destiny : Les Ténèbres Souterraines.

  1. Pingback : [Test] Destiny - DLC.II - La Maison des Loups | Game Inferno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *